Nouvelle filière service à la personne, vers plus d'emplois?

Résumé : Une filière "services à la personne" voit le jour pour structurer ce secteur qui peine à attirer les professionnels ; 400 000 emplois pourraient être créés. 2.7 millions de particuliers-employeurs sont concernés, dont des personnes handicapées.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Un "contrat de filière services à la personne" a été signé le 23 février 2017 entre le gouvernement et les principaux acteurs de ce secteur qui regroupe 5% des emplois et vient en aide aux plus fragiles, mais peine à attirer des professionnels.

Trois priorités

Le contrat, passé avec les principales fédérations professionnelles (ADMR, Familles Rurales, Fesp...), les représentants des collectivités, les partenaires (assurance maladie, vieillesse, Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie...) et des organisations syndicales, vise à "structurer un secteur d'avenir, présentant de nombreuses opportunités de créations d'emplois". Il se décline selon trois priorités : "simplifier et harmoniser les dispositifs de soutien afin de permettre à la filière de se développer, accroître l'attractivité et l'emploi, et mettre en place une stratégie qualité pour accompagner une demande croissante", ont expliqué dans un communiqué les secrétaires d'État aux Personnes âgées, Pascale Boistard, aux Personnes handicapées, Ségolène Neuville, et à l'Industrie, Christophe Sirugue.

1,4 million de salariés

Le secteur des services à la personne représente plus de 1,4 million de salariés, répartis dans 35 000 organismes. Il bénéficie à 2,7 millions de personnes. Le secteur compte trois branches principales : celle des salariés du particulier-employeur (jardinage, ménage, garde d'enfants...), la branche de l'aide, de l'accompagnement, des soins et des services à domicile (bad) et celle des entreprises de services à la personne. Il concentre de nombreux écarts, que ce soit en termes de salaires ou de temps de travail, notamment entre les entreprises individuelles et les structures regroupant plusieurs milliers de salariés, et ses marges sont faibles.

Les défis de demain

"La poursuite du développement de ce secteur nous permettra de faire face aux défis de demain : la question du vieillissement, le respect de la liberté de choix des personnes en situation de handicap et en perte d'autonomie, mais également la garde d'enfant ou l'accompagnement des familles", ajoutent les signataires du communiqué, espérant "mieux sécuriser les parcours des professionnels". Le contrat de filière pourrait en outre permettre un renforcement de la lutte contre le travail non déclaré, estimé par la Dares à 25% des heures prestées selon le gouvernement. En 2014, 880 millions d'heures ont été rémunérées. Selon un rapport de France stratégie, organisme placé auprès du Premier ministre, 400 000 d'emplois pourraient être créés dans le secteur d'ici 2022.

© Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-02-2017 par Sylvie :
Malheuresement tout doit être revu dans les secteur du maintien à domicile....
Du debut à la fin ....
Énormément de travail en perspective .... Cela fait des années que tout le monde planche dessus en vain .... Stratégie électorale ?????


Le 23-02-2017 par Fifi :
ET oui, il y a un gros problème avec les conditions de travail des aides à domicile. Est-ce que l'on décide de mettre le doigt là où ça fait mal pour enfin relever le défit de demain ?

Le 23-02-2017 par MARTIN :
Conditions de travail déplorables, bas salaires, turn-over, manque de qualification...il y a du boulot !

Le 26-02-2017 par Jack :
Le problème est qu'il une formation adapté à chaque handicap .
Et que les associations doivent se spécialiser par handicap et ne pas s'étendre à tous les handicaps .

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches