Incontinence fécale : 3 millions de fois tabou !

Résumé : Un numéro Vert (dès le 15 novembre 2011) et une conférence grand public (26 novembre à Paris) pour un sujet jamais abordé : l'incontinence fécale. Question tabou par excellence ! Et pourtant 3 millions de Français sont concernés...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

L'incontinence urinaire, on ose en parler, à grand renfort de publicités dans les magazines senior, joliment "marketisées" pour mieux faire passer le message. Mais l'incontinence fécale, qui a jamais prononcé ce mot ? Elle touche pourtant trois millions de Français. Tabou oblige, le problème reste confiné dans les salles d'attente des consultations de colo-proctologie. Le silence est en passe d'être brisé avec deux évènements importants en novembre : un colloque sur ce thème et la mise en place d'un numéro Vert. Selon le professeur Siproudhis, président de la Société nationale française de colo-proctologie (SNFCP) « ces tribunes permettent aux patients non seulement de verbaliser leur souffrance mais aussi de s'informer sur les différentes solutions qui existent pour améliorer leur qualité de vie. »

L'incontinence fécale, c'est quoi ?


L'incontinence fécale est une fuite incontrôlable de matières fécales (selles liquides ou solides) qui se répète et persiste pendant une période prolongée, à l'exclusion d'une infection ponctuelle, comme par exemple une gastro-entérite. Dans de nombreux cas, l'incontinence fécale est due à la lésion des nerfs ou des muscles qui contrôlent le rectum et l'anus. Cette lésion peut avoir été causée par une opération chirurgicale, un accouchement ou une blessure. D'autres pathologies peuvent aussi conduire à l'incontinence, comme la constipation chronique, le diabète, le syndrome inflammatoire intestinal (maladie de Crohn) et certaines pathologiques neurologiques dégénératives (maladie de Parkinson ou sclérose en plaques par exemple).

Un véritable calvaire


Plus des deux tiers des personnes incontinentes n'ont jamais consulté un médecin pour ce motif. Ceux qui en souffrent s'enferment dans le silence. Côté spécialistes (gynécologues, gastro-entérologues), une enquête régionale rapporte que, 8 fois sur 10, les patients n'ont pas osé aborder cette question avec le médecin consulté. Ils doivent souvent renoncer à toute vie sociale, professionnelle, sportive et affective, contraints de rester à leur domicile. Comment envisager le moindre trajet, à pied, en voiture ou en transport en commun, lorsque la notion de besoin est telle qu'il faut se presser aux toilettes dans l'instant ? Honte et dégoût de soi sont les sentiments les plus souvent décrits, associés à la dépression et à l'isolement physique et moral. Un véritable calvaire !

Les solutions existent...


Même si, dans certains cas, l'incontinence fécale est irréversible et évolutive, des mesures peuvent être prises dès l'apparition de certains facteurs, et résorber ainsi 60 à 70% des incontinences. Le Pr Siproudhis poursuit en citant comme exemple « les précautions hygiéno-diététiques et une régulation du transit pour les patients constipés ou souffrant de diarrhées. Il est également possible de rééduquer l'anus chez un kinésithérapeute spécialisé (technique du biofeedback). Les femmes ayant subi une déchirure du périnée lors de leur accouchement doivent avoir un suivi post-partum et surveiller leur périnée lors d'éventuelles nouvelles grossesses. » C'est seulement après ces différentes thérapies qu'un bilan est pratiqué si l'incontinence persiste. Selon les résultats des différents examens cliniques, anatomiques et fonctionnels, des solutions sont encore possibles, comme la chirurgie réparatrice, et plus récemment la neuromodulation des racines sacrées.

Un numéro Vert + une conférence


Le professeur Siproudhis, qui est également gastro-entérologue et proctologue au service des maladies de l'appareil digestif du CHU de Rennes, constate que « nous accueillons trop souvent des patients qui n'ont jamais pu verbaliser leur souffrance ». C'est pourquoi, la SNFCP a mis en place des espaces d'écoute dédiés pour leur permettre de s'exprimer et d'obtenir des réponses concrètes à leur problème. » Un numéro Vert, le 0 800 202 053, sera donc disponible à partir du 15 novembre, destiné aux patients, à leur entourage ou aux aidants. Mais attention, ce service n'est pour le moment proposé que pour trois mois.

Parallèlement, dans le cadre de ses Journées de colo-proctologie, la SNFCP organise, pour la première fois en France, une conférence débat sur ce thème. Cette rencontre entre le grand public et les professionnels de santé vise à libérer la parole des personnes qui souffrent en silence de cette pathologie. Elle aura lieu le 26 novembre de 15h à 17h, à la Maison des Arts et Métiers (9 bis avenue d'Iéna - 75016 Paris)

Plus d'info:

www.snfcp.org (Attention, l'accès à la conférence est libre et gratuit mais le colloque, sur deux jours, ne l'est pas). Tél. : 01 45 65 41 15
Résa sur : conferenceincontinencefecale@lauma-communication.com
Numéro vert : 0 800 202 053 (gratuit depuis un poste fixe)

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-07-2014 par Bacconnier :
où s'adresser pour savoir si une personne agée handicapée, non incontinente, en EHPAD, a le droit d'etre accompagnée pour aller à la selle au moment de son besoin, ou si elle doit attendre l'heure du protocole ou "faire dans ses protections", comme on lui suggère.Merci.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches