Pauvreté et handicap : une asso interpelle les députés

Résumé : "Réveille ton député" : l'Association des paralysés de France (APF) organise jusqu'au 29 mars 2018 une campagne visant à alerter les parlementaires sur la pauvreté dans laquelle vivent un grand nombre de personnes handicapées.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Répercutée sur les réseaux sociaux sous le mot-dièse #RéveilleTonDéputé, une mobilisation nationale portée par l'Association des paralysés de France (APF) vise à sensibiliser les députés aux difficultés quotidiennes des personnes handicapées, aggravées, selon l'association, par certaines mesures décidées par le gouvernement. Les adhérents de l'association organisent depuis le début de la semaine et jusqu'au 29 mars des rassemblements devant des permanences de députés dans plusieurs villes de France, distribuent des tracts aux passants ou organisent des conférences de presse. Pour dire halte à la pauvreté !

Des ressources dégradées

"Loin de progresser, les ressources des personnes en situation de handicap ont été dégradées ces derniers mois pour nombre d'entre elles", regrette l'APF. La hausse de l'Allocation aux adultes handicapés (AAH) est "insuffisante", "ne concerne pas l'ensemble des bénéficiaires" et n'interviendra que progressivement en novembre 2018 et novembre 2019, signale-t-elle. Certains pensionnés d'invalidité sont impactés par la hausse de CSG, et ceux qui sont en emploi doivent perdre la prime d'activité à partir de juin 2018.

Annulation des mesures prises

L'APF demande l'annulation des mesures pénalisantes liées à l'AAH (fusion des deux compléments de ressources) et aux pensions d'invalidité. Elle souhaite aussi la suppression de la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l'AAH. Elle demande "l'ouverture d'un chantier de lutte spécifique contre la pauvreté des personnes handicapées" et appelle à la création d'un "revenu individuel d'existence", afin que plus aucune personne en situation de handicap ne vive sous le seuil de pauvreté de 1 015 euros par mois. Selon l'association, la moitié des personnes handicapées ont un niveau de vie inférieur à 1 540 euros par mois.

© Waldbach/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 28-03-2018 par Poutoutoudoux :
Ne surtout pas globaliser et mettre tout le monde dans le même sac : s'il en est un qui se bat bec et ongles pour améliorer à TOUS les niveaux, la vie des personnes handicapées, l'accès à l'emploi, les aidants, l'accessibilité, le montant des allocations, ..., c'est bien le député de l'Ille-et-Vilaine, Monsieur Gilles LURTON !
Référez-vous à toutes ses interventions à l'Assemblée Nationale que vous pouvez trouver notamment sur son profil Facebook. Nous n'avons qu'à nous féliciter d'avoir un député tel que lui, d'une transparence, d'une honnêteté sans borne, qui se met réellement au service de ses administrés, qui consacre son temps entre l'hémicycle et sa région et ce, depuis le tout début de ses mandats électoraux.
Je ne suis ni de sa famille, ni une de ses proches mais j'estime que lorsque l'on a un homme de valeur qui œuvre dans le bons sens, il faut le défendre contre les manifestations ou critiques hors de propos.

Le 28-03-2018 par Scandal d'état :
Et ça ose dire encore que la France est le pays des droits de l'homme

Le 29-03-2018 par villadescoteaux :
la grosse arnaque c'est le fait de faire croire qu'on peut partir à la retraite à taux plein. C'est faux.Pas de décote mais on a un pourcentage en fonction des années travaillées. Pas normal. Quand on demande une retraite anticipée, physiquement on n'en peut plus.

Le 29-03-2018 par villadescoteaux :
quand on a un handicap, on vieillit plus vite que les autres.Il faut se battre pour qu'on puisse partir à taux plein à la retraite.
Je vais toucher 900 euros alors que j'ai un bac plus 10 années d'études !!!!

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr