Thomas, 16 ans : parcours d'un élève extra-ordinaire

Résumé : Thomas Mordant est atteint de la maladie des os de verre. Ce qui ne l'a pas empêché de suivre une scolarité en milieu ordinaire, de décrocher son Bac S à 14 ans avec 18,97 de moyenne et de préparer le concours d'entrée à Normale Sup...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Vous avez aujourd'hui 16 ans. Quel impact votre handicap, également appelé «ostéogenèse imparfaite»,  a-t-il eu sur votre scolarité ?
Thomas Mordant : Un impact énorme puisque j'ai une forme très sévère et suis en corset et en fauteuil roulant électrique. Je me fatigue très vite et ne peux aller en cours que le matin. Depuis la fin du primaire, je poursuis l'après-midi à la maison mais en position allongée. Et comme, depuis quelques années, je ne suis plus capable d'écrire, j'ai besoin en permanence de la présence d'un auxiliaire qualifié.

H.fr : Pourquoi précisez-vous «qualifié» ?
TM : Parce qu'en prépa math, il vaut mieux qu'il comprenne.

H.fr : C'est en effet une autre de vos «particularités», une certaine «précocité»…
TM : Oui. J'ai sauté le CM2, la 5e et la seconde. En 2011, j'ai participé au Concours intégral (QCM en math) et suis arrivé premier devant 25 000 élèves, avec un sans-faute. Et puis, en 2013, j'ai obtenu 18,97 de moyenne générale au Bac S. J'avais 14 ans et demi. Actuellement, j'ai 16 ans et suis en Maths Spé au lycée Hoche de Versailles. Je prépare les concours des Écoles normales supérieures en avril.

H.fr : Le problème des AVS, c'est qu'ils n'ont souvent pas fait de longues études…
TM : Oui, et cela devient compliqué dès le lycée, surtout en S. Même s'ils ne sont pas censés aider, il faut tout de même qu'ils soient en mesure de prendre des notes, par exemple lorsque je dicte une formule. Alors mes parents ont dû se débrouiller par eux-mêmes pour trouver les bonnes personnes. Cette année, je suis accompagné par une professeure en retraite et un ancien polytechnicien. Longtemps, je me suis aussi fait accompagner par «Votre école chez vous», un dispositif qui propose de l'enseignement à domicile jusqu'en terminale. Mes parents me donnent parfois un coup de main car ils sont polytechniciens ; ma maman ne travaille pas pour s'occuper de moi et de mon frère de 15 ans. Mais, le jour de l'examen, je suis le seul à devoir assurer !

H.fr : Vous avez toujours suivi une scolarité en milieu ordinaire ?
TM : Oui, à aucun moment je ne suis allé en établissement spécialisé. Évidemment, à cause des multiples opérations pour solidifier mes os, à l'époque où la maladie évoluait rapidement, en primaire, j'ai passé du temps à l'hôpital et trois semaines chaque été en Bretagne, près du centre de Kerpape où j'étais accueilli pour ma rééducation. Mes parents louaient une maison à proximité ; après mes séances, nous partions en famille faire d'autres activités. Et puis, au bout de 5 ans, nous avons eu envie de voir d'autres horizons…

H.fr : Durant toutes ces années, vous n'avez jamais rencontré d'obstacles ?
TM : Ah si, bien sûr. En 2008, l'entrée en 6e a été un peu compliquée car il fallait trouver un établissement adapté. La plupart des collèges de secteur étaient inaccessibles ; seul l'un d'entre eux avait un ascenseur mais on a répondu à mes parents qu'il était réservé aux professeurs ! Alors, évidemment, nous étions assez fâchés. Comme aucun collège public ne pouvait ou ne voulait m'accueillir, nous avons opté pour le privé mais ce n'était pas un choix délibéré. Pour la prépa, je suis de nouveau dans un établissement public.

H.fr : Cette réponse était sidérante. Vous n'avez pas eu envie de vous battre ?
TM : En fait, mes parents voulaient surtout que je fasse ma scolarité dans de bonnes conditions, ils avaient envie de partir sur de bonnes bases et ont préféré choisir un endroit qui avait vraiment envie de m'accueillir. Apprendre, c'est ma passion, alors ma priorité c'était de me sentir à l'aise.

H.fr : Parce que le milieu enseignant était lui aussi réticent ?
TM : Ponctuellement. J'ai eu des professeurs exceptionnels mais, dans les petites classes, j'ai aussi entendu : « Il y a des endroits pour des élèves comme toi… ». Comme moi ? Je savais lire à trois ans ; une maîtresse de maternelle a pourtant dit à mes parents : « Même les singes peuvent apprendre à lire ! ».

H.fr : Mais comment expliquer de telles réflexions ?
TM : Parce que comme j'étais lourdement handicapé, certains enseignants s'imaginaient que j'avais aussi un handicap mental. Un amalgame assez fréquent qui peut expliquer ce rejet global. On a même dit à ma mère : « Vous n'avez pas fait le deuil du handicap physique alors vous n'êtes pas en mesure d'admettre que votre fils a aussi un handicap mental ».

H.fr : Et vos camarades, comment se comportent-ils ?
TM : Ils sont plutôt très amicaux même si j'ai toujours apprécié la solitude. Je crois que comme j'ai, finalement, deux formes de différences, la précocité prend le pas sur le handicap.

H.fr : Avez-vous vu « Une merveilleuse histoire du temps », le film sorti début 2015 sur la jeunesse de Stephen Hawking devenu astrophysicien malgré une maladie dégénérative…
TM : Ma maman oui mais pas moi parce qu'avec mes révisions je n'ai vraiment pas le temps. Mais je ne suis pas certain que nos deux parcours soient comparables…

H.fr : Le vôtre commence néanmoins à intriguer de grands scientifiques puisque, récemment, vous avez fait une rencontre incroyable…
TM : Oui, Cédric Villani est venu me rendre visite à la maison, à l'occasion d'une conférence qu'il donnait dans mon lycée. C'est la médaille Fields en 2010, l'équivalent du prix Nobel en mathématique. Nous avons discuté pendant près d'une heure. De maths évidemment ! Je voulais avoir quelques détails sur son livre «Théorème vivant». Et j'ai pu lui poser toutes les questions sur le métier d'enseignant chercheur. Depuis, je n'ai plus aucun doute, je veux devenir le premier chercheur français en mathématiques en fauteuil électrique.

H.fr : Et pourquoi pas l'X (Polytechnique), comme vos parents ?
TM : Parce qu'il faut être apte militairement !

H.fr : Pensez-vous que votre parcours peut être un moteur pour d'autres jeunes handicapés ?
TM : Je ne sais pas. J'espère. Je me dis en rencontrant d'autres jeunes que cela peut les motiver... En tout cas mon kiné, Jean-Luc Corne, en est persuadé. C'est mon plus grand fan. Il pense que je peux ouvrir la voie à d'autres, parle de moi à tout le monde et alerte les médias. Après mon bac, j'ai fait le 20h de TF1. Et si je réussis mes prochains concours, il ne va sûrement pas lâcher l'affaire… Mais c'est vrai que j'ai envie de continuer à témoigner car l'aventure ne fait que commencer.

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-04-2015 par Jean-Luc Corne :
Mon cher Thomas,
Je me dois de réagir dans les premiers. Je suis fier de toi et je tiens à te dire "Merci" publiquement pour cette aventure humaine que tu me fais vivre quotidiennement ! J'ai failli à ma neutralité de professionnel de Santé mais peu importe, je ne pouvais pas et ne devais pas faire autrement ! Ton Kiné et dévoué serviteur, Amicalement. Jean-Luc CORNE.

Le 02-04-2015 par mb :

Secrétaire de Thomas depuis 2 ans, après un long combat administratif je ne peux que souhaiter à la fois une belle réussite à Thomas et une attention particulière aux enfants handicapés moteur à haut potentiel.Avant Thomas j'ai enseigné la physique à un jeune mal-voyant qui a intégré HEC et à un jeune sourd qui a intégré supelec avec des scolarités en milieux ordinaires.Tous ont réussi grâce à leur volonté et l'engagement de leurs parents

Le 02-04-2015 par Pierre Nazereau :
Je ne sais pas si tu t'en souviens, Thomas, tu es venu chez moi avec ton frère et ta maman, il y a 8 ans. J'ai moi aussi une ostéogenèse imparfaite, et je vis dans un appartement adapté. J'ai suivi ton parcours, et je suis très fier de toi, très admiratif, et les mots sont faibles. Je sais que tu iras très loin, au bout de tes envies, même si elles sont certainement sans limites ! Bravo à toi, je t'embrasse, amicalement. Pierre.

Le 02-04-2015 par vero :
bonjour felecitation a ce jeune homme moi aussi ma fille a cette maladie ils sont tres inteligent le pire c'et la souffrance a cause de toute les fractures

Le 02-04-2015 par Marin Guiraud :
Salut Thomas c'est Marin
Je sais pas si tu te souviens de moi on était ensemble en première
Jespère que tout se passe bien de ton coté et que tes examens seront un succès même si je pense que cela ne devrait être qu'une formalité pour toi
Bonne continuation !!

Ps: Je suis moi aussi devenu fan de maths... peut être un peu grâce à toi :)

Le 02-04-2015 par Bénédicte :
Bravo Thomas, je t'avais vu dans le reportage de TF1 et j'ai vu dans ton regard de jeune adolescent que tu serais un brillant homme !! L'OI nous donne la force et le courage d'être et de devenir des êtres d'exceptions ... La présidente de l'AOI

Le 03-04-2015 par Fanghorn :
Bonsoir Thomas, je viens de lire ton interview et dois bien admettre que ton parcours, et ton obstination force l'admiration.
Je suis moi même atteint d'un syndrome polymalformatif très rare appellé Syndrome de Solomon & Fretzin.

Parmis la plétaure d'atteintes possibles je n'ai herrité que de l'atteinte de la peau (naevus verruqueux et naevus sébacée de Jadassohn), des yeux (pincement du nerf optique droit, tumeurs des yeux et paupières et opacité de la cornée), du cerveau (aumentation et deformation cranienne, hydrocephalie, ralentissement mental et epilepsie)...
Malgrès tout, je me suis battu contre les professeurs, les aleas de la vie, les gens qui voulaient me mettre de côté, j'ai suivi une scolarité normale, terminé un BTS en Informatique, je vais sur mes 27 ans et complète un permis B classique malgrès mon épilepsie (totalement controlée) et ma cessité droite...

Le 03-04-2015 par Fanghorn :
Je suis fier de toi, car par ton combat et ta progression déjà bien supérieure à la mienne, tu prouve encore une fois que notre différence n'en est en fait pas une et que comme tout le monde nous restons libres de nos choix, de nos vies, passions...

Seul le regard des gens nous mets à l'écart...

Aussi j'ai mis près de 26 ans à comprendre que tout le monde ne peux ou ne veux pas comprendre...
Et que peu importe les autres, leurs opinions ou médisances...

Seul toi, ta famille et tes amis comptent...

Vis d'abord pour toi car les amis et la famille ne te rendent que la seule chose que tu rayonne...

Si tu reussi et est heureux, tu constateras qu'ils le seront sincèrement heureux pour et avec toi...

J'ai mis 26 ans avant d'apprendre à faire avec et à sourrire à la vie...

Salutations d'un ami qui sait qui nous sommes.

Landry alias Fanghorn

Le 03-04-2015 par Annie tredup :
Bonjour Thomas, bravo, nous nous sommes jamais rencontrés, mais je te connais par l'intermédiaire de notre kiné Jean Luc Corne. Bon courage à toi. Annie

Le 04-04-2015 par Brigitte :
Cher Thomas, ton témoignage sans détour est émouvant tant par la description des nombreux obstacles que par ta détermination à les surmonter, grâce à ta grande volonté et l'aide de tes proches.Je tiens aussi à parler de ton sourire lumineux et ta pointe d'humour, qui témoignent de ta joie de vivre. C'est un beau cadeau pour nous tous, Brigitte

Le 09-04-2015 par UlrichStephane :
Très admiratif de ton parcours. Mes félicitations et du courage Thomas.

Le 14-04-2015 par Ivy :
Bonsoir Thomas,
Nous ne nous connaissons pas, mais j'ai entendu parlé de toi. Ta curiosité insatiable, la volonté que tu manifestes, et ta force de vie nous donnent une sacrée leçon et nous montrent les infinies possibilités de l'être humain. Continue à être une étoile brillante qui nous indique le chemin vers la compréhension et la tolérance des différences. Merci pour ton témoignage. Ivy

Le 14-04-2015 par Wheelboy :
Salut Thomas,
C'est fantastique de voir ton parcours, car malgré tes limitations fonctionnelles, tu mords dans la vie à pleine dent. J'ai travaillé avec un jeune homme qui avait le même type de déficience et qui se déplaçait en fauteuil roulant électrique comme toi. Je connais bien ton handicap et j'espère que tu réaliseras ton rêve de devenir le premier chercheur français en mathématiques en fauteuil électrique. Je suis moi-même une personne ayant une déficience physique. Je me déplace en fauteuil roulant manuel depuis l'âge de 19 ans suite à un accident de plongeon. J'ai terminé mes études après une réadaptation de 23 mois. Après mes études, j'ai débuté à travailler à temps plein en 1984 et je tenais à te dire qu'il y a des personnes en fauteuil roulant électrique qui travaillent dans différents milieux à Montréal, Québec au Canada. Tout est possible et avec ton potentiel, il n'y a pas de doute que tu as beaucoup à apporter à la société. Bonne chance. Jean 56 ans, Montréal.

Le 02-07-2015 par LERICHE. Patrick :
Bonjour Thomas. Merci à toi et à celles et ceux qui t'accompagnent dans ce combat qu'est ta vie de témoigner en faveur de l'acceptation de la différence dans notre societe. Tu pose un problème crucial en soulevant la nécessité de qualification et de compétence pour les AVS à partir d'un certain niveau d'études . On est proche de la professionnalisation de ce métier , il faut donc rester vigilant.

Le 15-07-2015 par Andrea Negro :
Bonjour Thomas.
Je viens de découvrir cet article et je tiens à te féliciter pour ton parcours. Je te souhaite le meilleur pour ton avenir, qui s'annonce brillant malgré ton handicap.

Bonne continuation,
Andrea Negro

Le 21-07-2015 par David :
Bonjour Thomas,
j'ai vu que tu avais intégré ULM. J'imagine que tu as déjà entendu à peu près tous les compliments de la Terre, et ils sont bien sur mérités. J'ai moi aussi fait une prépa à Hoche il y a 20 ans (avec de bien moins bon résultats que toi :) ), je ne sais pas si c'est ca qui me fait sentir proche de ton histoire, mais je suis fasciné. par quoi ? ton intelligence, ton courage, celui de tes parents, .... ? je ne sais pas. peut être juste par la beauté des mathématiques, et des génies qui arrivent à s'en rapprocher (bon, tu n'es pas encore officiellement un génie, ne prend pas la grosse tête non plus :), mais tu commences sérieusement à t'en rapprocher)

bonne continuation, je pense que tu n'as pas fini d'inspirer ceux qui t'entourent.

David

Le 22-07-2015 par BD :
Bonjour Thomas,

Tu ne te souviens sûrement pas de moi, pourtant je t'ai vu évoluer, au collège- lycée Blanche de Castille du Chesnay d'abord, puis j'ai suivi de près ton évolution à Hoche (qui était aussi ma Prépa) ensuite, une de tes AVS étant la professeure particulière de mes frères.

J'ai toujours été bluffé par ton parcours, tu semblais évoluer rapidement et sans accroc. Je te félicite pour tout ce que tu as accomplis jusqu'à présent, tu sers d'exemple à de nombreux enfants qui, limités physiquement ou pas, croient que le monde ne leur est pas ouvert. Certes, la vie est difficile, mais ta détermination nous prouve que tout est possible quand on y croit et qu'on s'en donne les moyens.

Bravo pour ton intégration d'Ulm, qui n'est, crois-moi, que le début d'une belle aventure pour toi. Je te souhaite un avenir aussi, voire encore plus brillant que Stephen Hawking !

Bonne continuation,
Benjamin.

Le 13-08-2015 par guillou / lafond/baudemont/abondant 28 :
bonjour , tres touché ,beaucoup d'admiration pour thomas la maman et le papa la surprise pour moi mon arriere ect grand mere marie Catherine durvye epouse de jean baudemont puis le nom de mordant dans la famille lafond (rose)? qui figure dans la famille lafond d'abondant 28

Le 05-09-2015 par Francois-Yves OLLIVIER (Sourd Lyon 69) :
Messieurs, mesdames,
Je suis étonné davoir lu cet article. Félicitation! Je suis peu handicapé moteur cérébral et sourd à 80% selon ma carte de linvalidité. Je suis passionné de la science et de la technologie. Jai fait mes calculs extraordinaires mais super compliqués après avoir réalisé mes programmes écrits en Basic sur mon ordinateur malgré mon handicap. Mes résultats sont exacts à 100% selon mon père. Quelques trentaines années plus tard, ma jeune nièce est actuellement une étudiante en polytechnique à Lausanne en Suisse. Alors je suis fier delle et bien sûr tellement fier de Thomas! Je souhaite à Thomas:" Bonne continuation et bon courage! " Vive laventure scientifique.
François-Yves OLLIVIER (Lyon 69)

Le 07-09-2015 par Mamebabe :
Bonsoir thomas,
Notre emotion est tellement forte!nous qui t.avons vu tant souffrir avec ce courage hors du commun .Avec nos tres vives félicitations.
Et notre affection..
Tes anciens gardiens qui ne t,oublierons jamais.

Le 09-09-2015 par charlotte :
Cher thomas,
Cela fait deux fois que je te vois a la tele.toutes mes felicitations pour cette rentree a normale sup!
Je suis avs au college cette annee(deja ete au lycee,en primaire et maternelle).je me bats avec mes modestes moyens pour que les avs soient d un certain niveau pour aider dans n importe quelle annee d etudes.un de mes meilleurs souvenirs c est d avoir passé l epreuve de maths du bac avec mon eleve.je te souhaite de belles choses ainsi qu a ta famille.

Le 14-09-2015 par Nm :
Coucou Thomas , j'espère que tu lira ce message , je t'ai demandé comme ami sur Facebook , je voudrait parler avec toi , je m'appelle Noëlle et j'ai 16 ans et j'ai la même maladie que toi
Bravo pour ton parcours

Le 17-09-2015 par dodie :
Bonjour Thomas Mordant,
J'ai été très touchée par votre témoignage et par la justesse de la présence de votre mère à vos côtés. J'y suis d'autant plus sensible que Pierre mon mari, a connu 30 ans de vie couché sur une planche, vivant avec l'ostéogenèse lui aussi. Il est maintenant assis depuis 35 ans environ. Mais en avion, il voyage couché horizontalement.
Je vous informe qu'à la suite de graves soucis avec une compagnie d'aviation, Pierre a un système validé par cette compagnie, ce système lui permet de voyager en avion, couché, en payant une place pour lui en tarif économique.
J'ai fait faire ce système par un spécialiste qui fabrique des coques et orthèses sur mesure. C'est en quelque sorte un prototype.
Je vous le signale de manière tout à fait désintéressée.
N'hésitez pas à me contacter si vous le souhaitez.

Je vous souhaite la réussite de vos beaux projets, et aussi de belles rencontres dans votre parcours de vie.

Marie-Odile

Le 18-09-2015 par Isabelle Mordant :
Bonjour à tous,

Merci de tous ces commentaires qui me touchent énormément, qu'ils viennent d'amis ou d'inconnus. Si la réussite de Thomas donne courage à d'autres, je m'en réjouis. Thomas est très heureux de sa rentrée à Normale Sup, il y est très bien accueilli et je pense qu'il va pouvoir profiter au mieux de la richesse et de la diversité des enseignements qui lui sont proposés.

Marie-Odile, merci de l'information que vous donnez sur la façon dont voyage votre mari : effectivement cela nous intéresse ; je me renseigne auprès du site pour savoir comment nous pouvons en discuter directement.

Bonne continuation à tous,

Isabelle (la mère de Thomas)

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr