Handicap & Accessibilité: artisans, commerçants en 1er ligne

Handicap & Accessibilité: artisans, commerçants en 1er ligne

Résumé : Commerçants et artisans, serez-vous prêts au 1er janvier 2015 ? Pour vous permettre de mener à bien vos démarches d'accessibilité, les réseaux des Chambres de commerce et des Chambres des métiers proposent des services et solutions adaptées.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le 1er janvier 2015, tous les ERP (Etablissements recevant du public), quelle que soit la catégorie (de 1 à 5, définie en fonction de la quantité de public et de personnel accueillie) devront « être adaptés ou aménagés afin que les personnes handicapées puissent y accéder et bénéficier des prestations offertes dans des conditions adéquates » (Décret n° 2009-500 du 30 avril 2009 - JO. du 3.05.2009). Une échéance imminente qui suscite une mobilisation d'envergure chez les professionnels, qu'ils soient artisans ou commerçants. C'est pourquoi, selon leur statut professionnel, ils peuvent trouver conseils et aides auprès de leur chambre « de commerce et de l'industrie » ou « des métiers et de l'artisanat ».

Les chambres des métiers : coup de pouce aux artisans


Le 15 mars 2012, une vaste opération accessibilité était menée par la Chambre des métiers et de l'artisanat du Val d'Oise. Sous le titre, « Entreprises artisanales, accessibles à tous ». Le programme est pragmatique et passe en revue toutes les composantes de ce volet : définition de l'accessibilité, de la notion d'ERP ou de handicap, réglementation et obligations vis-à-vis de la loi du 11 février 2005, règles d'accessibilité, dérogations possibles et aides financières et techniques. Puisque rien ne vaut la preuve par l'exemple, des bonnes pratiques étaient également à l'honneur. Les petites entreprises réclament des réponses concrètes ! Car, en effet, pris dans le dédale légal, et face à la latitude d'interprétation des textes, certains ne savent plus où donner de la tête... Pour les accompagner au long-cours, cette Chambre des métiers de Cergy-Pontoise, édite également un petit « Guide de l'accessibilité » qui, en 25 pages, passe en revue toutes les modifications à apporter pour se mettre en conformité avec la loi. Y compris la liste des professionnels du bâtiment susceptibles d'engager de tels travaux. Des plans, des schémas, des cotations permettent d'orienter les modifications dans le bons sens aussi bien en matière d'accès aux locaux que d'éclairage.

Un exemple parmi tant d'autres car cet accompagnement est offert aux artisans dans la plupart des Chambres des métiers qui émaillent notre territoire. Leur liste figure sur le site de l'APCMA qui chapote l'ensemble du réseau. On peut néanmoins déplorer le manque d'informations diffusées par cette dernière : impossible d'identifier un interlocuteur concerné par cette question et aucune réponse lorsqu'on tape « Accessibilité » ou « Handicap » dans le moteur de recherche du site. Reste alors à se consoler avec les initiatives locales.... Le 20 mars 2012, c'est la Chambre des métiers de l'Oise qui organisait à son tour une journée dédiée à cette question, avec, pour slogan, « De la théorie à l'action ». A Nantes, plusieurs documents en ligne permettent de s'informer, y compris une vidéo sur le thème « Des commerces accessibles à tous ». Dans la Vienne, des rencontres intitulées « Cafés de l'emploi et de la formation » ont également permis de donner plus de visibilité à ce sujet.

Les chambres de commerce : en faveur des commerçants


Cet engagement est également celui du réseau des Chambres de commerce et d'industrie. Elles sont réunies au sein d'une structure nationale, l'Assemblée des chambres françaises de commerce et d'industrie (ACFCI), dont le siège se trouve à Paris, qui regroupe 126 chambres locales et 27 régionales (liste complète sur le site  www.cci.fr). En 2011, elles ont accompagné 700 000 créations ou reprises d'entreprises. Pour la plupart d'entre elles, l'obligation d'accessibilité se fait pressante... C'est à ce titre que l'ACFCI était présente sur le salon européen de l'accessibilité « Urbaccess » qui s'est tenu pour la première fois à La Défense en janvier 2012.

La préoccupation qui revient le plus souvent dans la bouche, notamment, des commerçants qui occupent des locaux souvent anciens, c'est « Va-t-il falloir tout casser ? » et évidemment « Combien ça va me coûter ? ». Chacune des Chambres de commerce de France est en mesure de répondre à leurs interrogations, souvent par l'intermédiaire d'un interlocuteur dédié. Leur implication se manifeste à des degrés divers : actions de sensibilisation, pré diagnostic, éditions de guide papier ou en ligne, formations... Quelques exemples ? La Chambre de Cognac édite un guide pratique tandis que celle de Belfort propose différents ateliers d'information. Au niveau national, le CEFAC (Centre d'études et de formation des assistants techniques du commerce des services et du tourisme) propose tout au long de l'année des formations de deux jours sur le thème « Accessibilité aux locaux commerciaux et traitement des interfaces de voierie ». Même si l'ACFCI collabore avec chacune d'elle pour développer de nouvelles idées et tenter d'offrir une offre de services plus homogène, il revient à chaque chambre de déterminer les actions qu'elle souhaite mettre en œuvre. A quatre ans de l'échéance fatidique, certaines d'entre elles mènent des démarches de plus en plus offensives pour sensibiliser les entreprises et leur permettre d'être en règle avec la loi.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Partager sur :

Réagissez à cet article !  


Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.

Haut