Conférence du handicap : Sarkozy s'exprime !

Nicolas Sarkozy s'adressera aux personnes handicapées ! Le 8 juin 2011, au Centre Pompidou (Paris), 750 acteurs du monde du handicap sont conviés à la 2ème Conférence nationale du handicap. Avant première avec Patrick Gohet, président du CNCPH*.

31 mai 2011 • Par

Thèmes :

Handicap.fr : La première conférence nationale qui s'est tenue en 2008 avait fait l'objet d'une communication préalable durant plusieurs mois. Cette édition semble passée sous silence. Pourquoi ?
Patrick Gohet
: Non, je ne crois pas. Il est vrai qu'en 2008, c'était la première édition, il y avait donc eu une mobilisation large et très tôt. Cette conférence reste peut être un peu méconnue du grand public mais tous les acteurs du secteur en parlent depuis longtemps déjà et s'y sont associés d'une façon ou d'une autre.

H
: Qui y est convié ? Les invités semblent triés sur le volet.
PG
: Il devrait y avoir 750 participants environ, ce qui est important. C'est une conférence institutionnelle, qui n'est pas ouverte au grand public mais reste néanmoins extrêmement large, avec une représentation forte des associations. Elle réunit notamment les membres des trois instances qui ont contribué à sa préparation : le CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées), l'ONFRIH (Observatoire national sur la formation, la recherche et l'innovation sur le handicap) et l'OBIACU (Observatoire interministériel de l'accessibilité et de la conception universelle). Y sont également conviés des acteurs de la société « ordinaire » comme des architectes, des sociétés de transport, des représentants du secteur de l'entreprise... Enfin, du côté des responsables politiques, de nombreux ministres y participeront, et pour commencer mesdames Bachelot (ministre des solidarités et de la cohésion sociale) et Montchamp (secrétaire d'Etat). Enfin, comme vous le savez, le Président de la République prononcera le discours de clôture.

H
: Quels ministères cette conférence implique-t-elle ?
PG
: Tous les ministères concernés par la question du handicap ont été mobilisés. Mme Bachelot et Mme Montchamp ont précisé qu'elles ont rencontré leurs collègues du Gouvernement pour préparer cette conférence. Coordonnés par le secrétaire général du comité interministériel du handicap, les différents ministères ont, notamment, examiné les analyses et les propositions des trois instances que je viens de vous citer, et ont défini les thèmes qui apparaissaient comme prioritaires.

H
: Quels seront ces grands thèmes à l'ordre du jour ?
PG
: Le programme annoncé porte sur l'accessibilité, l'éducation, la formation, l'emploi. Je pense que les participants, en particulier les ministres, seront conduits à aborder d'autres questions.

H
: En février dernier, Nicolas Sarkozy promettait un focus spécifique sur la scolarisation des enfants handicapés...
PG
: C'est évidemment un sujet inévitable, prioritaire, qui fera l'objet d'une des tables rondes. Il a été demandé au sénateur Paul Blanc de travailler sur ce thème. Le CNCPH en a traité également. Les conclusions tirées de ces contributions seront sans doute débattues au cours de la conférence. Il y a plusieurs points, dans ce domaine, qui restent en suspens, en premier lieu la question des AVS (auxiliaires de vie scolaire). Le deuxième, c'est la place de l'enfant handicapé à l'école. C'est le BAba, tout commence là. C'est à l'école que les enfants comprennent que la différence existe, c'est à l'école qu'ils peuvent apprendre et pratiquer déjà la solidarité. Et puis, du point de vue du jeune élève en situation de handicap, si l'on veut que, plus tard, il soit le plus inséré possible, il faut que la scolarisation le lui permette.

H
: En 2007, Nicolas Sarkozy disait : « La situation des handicapés était une priorité en 2007 et le restera. » A-t-il tenu ses promesses ?
PG
: La politique du handicap continue. Les travaux du CNCPH, avec de nombreux ministères, en témoignent. Il s'agit d'appliquer et de mettre en œuvre progressivement la loi de 2005 dans son intégralité. Un exemple : assurer la montée en charge des MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées). Depuis la promulgation de cette loi, la crise est survenue, notamment avec ses effets budgétaires. Qui peut le nier ? Pour autant, la politique du handicap reste l'une des grandes politiques nationales. Elle doit être considérée comme une priorité.

H
: Que peuvent attendre concrètement les personnes en situation de handicap de cette conférence ?
PG
: Elle est l'occasion de faire un état des lieux de la situation des citoyens handicapés et de mettre en perspective la nouvelle législation, d'imaginer les mesures à venir pour y parvenir... C'est une étape importante qui va être suivie d'un rapport gouvernemental qui sera soumis au CNCPH. Après avis de notre Conseil, il sera déposé sur les bureaux des deux assemblées et fera, nous l'espérons, l'objet d'un débat public, tant au Sénat qu'à l'Assemblée nationale..

H
: Vous qui avez été délégué interministériel en charge des personnes handicapées pendant sept ans, comment jugez-vous l'application de la loi 2005 ?
PG
: Nous ne sommes qu'à mi parcours de cette application. C'est compréhensible car c'est une loi de société et non pas de circonstance. Il lui faut donc du temps pour produire tous ses effets, notamment en termes de changement de perception du handicap. La loi est un instrument majeur mais elle n'y suffit pas, il faut aussi que les mentalités évoluent, que toutes les composantes de notre société s'approprient cette question. On ne peut pas nier que les choses ont déjà changé. La considération portée à la personne handicapée est aujourd'hui différente et a progressé, mais il faut aller plus vite et plus loin. Cela prend du temps.

H
: Nicolas Sarkozy doit intervenir en clôture de cette conférence. Qu'attend-t-on de son discours ?
PG : Le fait que le président de la République participe à la conférence, c'est important. Et je suppose qu'il ne viendra pas les mains vides. Comme il l'avait déjà fait en 2008, il tiendra probablement un discours de société, assorti de mesures concrètes.

* Patrick Gohet est, depuis octobre 2009, président du CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées), après avoir assumé, pendant sept ans, le poste de délégué interministériel aux personnes handicapées.


L'équipe d'Handicap.fr sera présente à la conférence et vous informera tout au long de celle-ci.

Partager sur :

Commentaires22 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
22 commentaires






















Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.