Handicap : oubliée du système, elle rend sa carte d'électeur

Marie-José Duqueyroix affirme avoir été empoisonnée sur son lieu de travail. Depuis 7 ans, elle lutte pour faire reconnaître ses symptômes en maladie professionnelle. En vain ! Alors, le 27 mars 2017, elle a restitué sa carte d'électeur.

3 avril 2017 • Par

Thèmes :

Illustration article

Marie-José Duqueyroix et son époux ont rendu leur carte d'électeur. C'était le 27 mars 2017, à 11h, en mairie de Roussillon (Isère), en présence de leurs proches, d'un journaliste du Dauphiné libéré (photo ci-dessous) et même de certains élus. Une révoltée !

Empoisonnée sur son lieu de travail ?

A 65 ans, cette ex-salariée de la communauté de communes du Pays roussillonnais cumule les handicaps : œdèmes, troubles respiratoires, auditifs et visuels, sensibilité aux ondes électromagnétiques, douleurs incessantes… La faute à des produits chimiques sur son lieu de travail, auxquels elle dit avoir été exposée de 2006 à 2010, sans que son employeur, malgré de nombreuses alertes (chocs anaphylactiques, éruptions cutanées, nausées et maux de tête violents), ne s'en inquiète. Les médecins lui donnaient un an à vivre ; elle tient bon depuis quatre. « On nous a empoisonnés, martèle-telle. » « Nous » car, selon elle, certains de ses collègues ont continué à inhaler ces substances jusqu'en 2014. 

Mille lettres, pas de réponse

La Fonction publique refuse malgré tout de reconnaître ses symptômes comme maladie professionnelle. Marie-José doit survivre avec 500 euros par mois, comptant sur le soutien financier de son mari, pourtant en droit de prendre sa retraite depuis trois ans. Marie-José a frappé à toutes les portes, écrit au Défenseur des droits, à Manuel Valls, alerté les medias, déposé des plaintes… En vain. Mille lettres adressées à nos sénateurs, députés français et européens, pour deux ou trois réponses. En dépit de symptômes bien réels, on dit d'elle qu'elle a des « troubles graves anxieux et troubles de conversion » ; les portes se referment les unes après les autres. Le président de son ex-communauté de commune a toujours refusé de la recevoir. Selon elle, « il a laissé pourrir mon dossier avec des éléments qui l'accablaient ». Marie-José décide d'entamer une grève de la faim mais elle si fragilisée que cette décision mettrait sa vie en danger.

A quoi bon voter ?

Parce la République n'a pas fait son job, elle a décidé de la renier… « Nous sommes les oubliés de ce système alors à quoi bon voter ». Mme Duqueyroix a même envoyé une lettre à tous les candidats à la présidentielle ; « une seule » lui a répondu, l'invitant, via quelques phrases de propagande, à voter pour elle. « L'immobilisme de toutes ces responsables, nos élus... C'est compréhensible que les Français ne supportent plus les hommes politiques », écrivait-elle au Défenseur des droits en novembre 2015. « C'était très difficile pour mon mari de rendre sa carte d'électeur, confie Marie-José, mais il fallait un acte symbolique fort. » Elle explique que le personnel de la mairie a été « très surpris ». « Ils ne savaient pas quoi faire ; c'était la première fois qu'ils étaient confrontés à une telle situation. » Sa fille est allée ensuite rendre sa carte dans sa propre mairie. A travers cet acte symbolique, à quelques semaines des élections, tous trois entendent dire leur défiance à l'égard du système et des politiques…

© Capture écran page Facebook Dauphiné libéré

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires5 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
5 commentaires





Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.