L'accessibilité universelle, une chimère en temps de crise?

Prendre les transports, trouver un cabinet médical accessible... Une mission difficile en temps normal pour certaines personnes handicapées, et impossible durant le confinement. L'accessibilité, déjà boiteuse, a été ébranlée par la crise sanitaire.

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

France. Mai 2020. En plein confinement. Dans les transports en commun, il n'est pas rare de croiser des personnes dépourvues de masque. « Escroc ! », lancent les uns tandis que d'autres crient à l'injustice ou envient leur « chance ». Mais la chance n'a rien à voir là-dedans, sauf si le handicap en est une... « Je suis dans mon droit », tentent-elles de se justifier, brandissant leur ordonnance médicale. « Pas de canne blanche, pas de fauteuil roulant = pas de handicap », s'imaginent alors les voyageurs amers, convaincus d'avoir épinglé un fraudeur. Aïe, la sensibilisation a encore de beaux jours devant elle... « 80 % des handicaps sont invisibles ! », rétorque généralement le principal concerné. En vain. Les esprits s'échauffent, les noms d'oiseau fusent... « Maintes fois les chefs de bord ont dû jouer les médiateurs », témoigne Carole Guéchi, directrice de l'accessibilité au sein de la SNCF. Résultat : les voyageurs sans protection visible sont désormais interdits dans les transports, qui requièrent a minima, le port d'une visière. Une décision « difficile » mais inéluctable, selon Mme Guéchi, pour éviter les « agressions verbales » et autres « situations explosives ».

Des transports à l'arrêt

« En temps de crise, comment répondre à la fois aux requêtes du gouvernement et aux demandes de mobilité de toute la population ? », s'interroge Carole Guéchi. C'est tout l'enjeu de son travail depuis le début de la pandémie. Durant le confinement, « il a fallu travailler dans des urgences incroyables avec des équipes restreintes », entraînant parfois des situations inédites qui ont particulièrement entravé la mobilité des personnes handicapées, concède-t-elle. Certains moyens de transport ont notamment été interrompus pendant deux mois, de même que l'activité de plusieurs gares. De nombreux ascenseurs, dans les métros notamment, ont été condamnés, « par mesure de prévention, en cas de panne », précise Carole Guéchi. Deux raisons à cela : l'absence de personnel en gare et la fermeture des sociétés de maintenance. Autre changement : « Les informations transmises dans les gares étaient principalement sonores, très peu visuelles », poursuit Mme Guéchi. Un obstacle supplémentaire pour les personnes déficientes auditives qui s'explique, selon elle, par le fait que « les mesures évoluaient très rapidement ».

Une mise en accessibilité retardée

Quatre mois après la fin du confinement, son impact est encore palpable. « Le programme de mise en accessibilité des gares a été freiné par la suspension des chantiers », explique Carole Guéchi qui déplore un « retard de six mois sur le calendrier des Ad'Ap ». Pour rappel, depuis 2015, l'ensemble des établissements recevant du public (ERP) et des installations ouvertes au public ne respectant pas les règles en matière d'accessibilité doivent déposer un Agenda d'accessibilité programmée, qui engage le propriétaire à réaliser des travaux. « Nous planchons actuellement sur une solution pour absorber ce retard mais ce n'est pas simple car d'autres chantiers sont en cours », reprend Carole Guéchi, évoquant une « situation d'entonnoir ». Pour remettre la SNCF sur de bons rails, le gouvernement a alloué, dans son plan de relance, 120 millions d'euros (la moitié en 2020 et le reste en 2021), à ces travaux d'accessibilité. Pour l'heure, « seuls 60 % des voyageurs ont retrouvé le chemin des gares », observe la spécialiste évoquant une « hésitation au voyage » et un « ralentissement net de la mobilité des personnes vulnérables (âgées et handicapées) ».

Espaces publics, logement... Des difficultés accrues

Si se déplacer représentaient la principale difficulté durant le confinement, elle est loin d'être la seule... Selon l'enquête de l'Apact (Association pour la promotion de l'accessibilité et de la conception pour tous), « Accessibilité et crise sanitaire », réalisée entre le 1er juillet et le 30 août 2020 auprès de 150 répondants, les transports en commun se disputent la tête du classement avec les espaces publics (54 % ont rencontré des difficultés). Pour certains, marcher dans la rue, tout comme se garer, est devenu un véritable parcours du combattant. « Et pour cause, les terrasses des cafés et autres restaurants empiètent encore sur les trottoirs et les places de parking réservées aux personnes handicapées », pointe Soraya Kompany, fondatrice de l'Apact, lors d'une web-conférence le 28 septembre. Les réseaux numériques arrivent en troisième position avec 27 % des suffrages, mettant en lumière la difficulté d'effectuer des démarches en ligne, de trouver des sites Internet accessibles mais aussi de travailler et de consulter un médecin à distance. Enfin, 18 % des sondés déplorent les obstacles rencontrés en matière de logement, notamment en raison d'ascenseurs en panne non réparés qui ont provoqué un « double confinement » -certains allant jusqu'à évoquer une « séquestration ».

Des services obsolètes en temps de crise ?

L'accès aux services n'a pas été non plus de tout repos... Sur le banc des accusés ? L'accès aux soins (39 %), aux loisirs (39 %), au travail (27 %), à l'école (18 %), à la communication (18 %) et aux élections municipales (9 %). Quant aux difficultés majeures face au respect des mesures sanitaires, la distanciation physique et le port du masque sont principalement pointés du doigt. Les répondants déplorent également l'absence de mise en place de relais d'aide et le manque de signalétique adaptée dans les files d'attente. « Les mesures d'accessibilité en matière d'accueil et de services aux personnes, encore insuffisantes, ne sont pas adaptées aux exigences des situations exceptionnelles », constate Soraya Kompany qui alerte sur l'urgence de connaître ces situations, de les analyser, pour en tirer des leçons et prévenir d'éventuelles récidives.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.