Bébés au bras malformé : une famille de l'Ain porte plainte

Une famille de l'Ain a déposé une plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui" dans le cadre de l'affaire des enfants nés avec un bras malformé, annonce le 19 août 2019 son avocat.

19 août 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Cette plainte, la première à intervenir dans le dossier selon Me Fabien Rajon du barreau de Lyon, a été déposée au parquet de Marseille, dont le tribunal de grande instance dispose de l'un des deux pôles de santé publique en France, avec celui de Paris. "Cette plainte est déposée pour le compte d'une famille de victime de l'Ain aux fins d'ouverture d'une information judiciaire", précise l'avocat dans un communiqué.

Des investigations impartiales ?

Elle intervient après qu'un comité d'experts, en juillet, a exclu dans ce département toute investigation supplémentaire de cas groupés d'enfants nés avec un bras malformé, recommandant en revanche une enquête sur des cas dans le Morbihan. "Nous souhaitons que des investigations approfondies soient conduites par un magistrat instructeur indépendant et spécialiste des questions sanitaires et environnementales", ajoute Me Rajon. Pour lui, plusieurs familles concernées, au-delà du département de l'Ain, "se posent des questions quant à l'impartialité des investigations (scientifiques, ndlr) en cours". En octobre, l'organisme Santé publique France avait indiqué n'avoir identifié aucune cause pour les cas groupés suspects et avait estimé qu'il n'y avait pas d'"excès de cas" dans l'Ain.

Une nouvelle enquête

Mais les inquiétudes dans les régions concernées avaient poussé le gouvernement à lancer une nouvelle enquête, menée par Santé publique France et l'agence de sécurité sanitaire Anses (article en lien ci-dessous). Une vingtaine de scientifiques avaient été chargés depuis février d'analyser les cas groupés d'enfants - 20 au total - nés dans le Morbihan, l'Ain et la Loire-Atlantique avec une "agénésie transverse des membres supérieurs" (ATMS). Ce comité a recommandé, en juillet, de mener des investigations complémentaires uniquement pour les cas situés dans le Morbihan. Dans l'Ain, les scientifiques ont à nouveau conclu à "l'absence d'excès de cas" de malformations. En Loire-Atlantique, ils ont dit vouloir attendre "la fin de l'année" pour achever le recensement des cas et statuer sur un éventuel "excès".

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.