Caisses : la carte qui offre une priorité sans heurt !

Fini le temps d'attente aux caisses des supermarchés pour les clients handicapés ? Peut-être, grâce à la borne Priocall, un système novateur, sorte de sésame anti-incivisme. Son inventeur est Français et lui-même handicapé !

6 novembre 2012 • Par

Thèmes :

Illustration article

Marre de faire la queue à la caisse des supermarchés, de brandir sa carte d'invalidité, de devoir se justifier devant les autres clients, au prix parfois, de quelques altercations ? Juan Guerrero a trouvé la solution. Il a inventé Priocall, un système électronique de gestion de file d'attente (breveté) destiné aux personnes à mobilité réduite pour qui la station debout et l'attente en caisse s'avèrent pénibles.

Le sésame anti civisme

Une carte nominative est délivrée sur présentation d'une carte d'invalidité mais, également, sur présentation d'un certificat médical, aux femmes enceintes et à toute personne souffrant d'une réduction temporaire de mobilité (accident, fracture...). Dès son arrivée dans une file d'attente, le client, muni de sa carte, manifeste sa présence en l'insérant dans une borne, qui émet un signal lumineux. L'hôtesse l'invite alors à se présenter en priorité. « Il faut savoir, précise Juan, que, jusqu'à maintenant, les caissières n'ont pas vraiment le pouvoir de faire passer les personnes prioritaires et, face au manque de civisme, ont souvent bien du mal à arbitrer les conflits. Ce système renforce la légitimité des clients handicapés. »

Médaille d'or du concours Lépine

Cette invention est née d'une colère. Juan est handicapé depuis l'âge de 21 ans suite à un accident lors de son service militaire, une atteinte aux jambes qui limite sa station debout. « J'étais dans un bureau de poste et j'ai présenté ma carte de priorité. Mais, pour la première fois en vingt ans, deux clients m'ont dit de prendre une chaise et de faire la queue comme tout le monde. Ça a été une terrible humiliation... » Juan ne se démonte pas. Informaticien, il élabore, en quelques mois, son prototype « d'appel prioritaire ». Si novateur qu'il décroche la médaille d'or du concours Lépine.

L'euro de trop !

Depuis, plusieurs enseignes de la grande distribution ont décidé de faire confiance à ce concept facile à mettre en œuvre et peu coûteux. Chaque magasin détermine les conditions d'obtention de la carte. Certains demandent un chèque de caution, de cinq à dix euros, qui n'est encaissé qu'en cas de perte. « D'autres, peut-être cinq ou six en France, la font payer, s'étonne Juan. » C'est notamment le cas d'un magasin situé à Orly qui a fixé ce montant à un euro. Cette contribution, certes symbolique, met le feu aux poudres chez certaines personnes concernées qui estiment que leur situation de handicap les met déjà suffisamment à contribution.

Aujourd'hui, ce sont 42 magasins qui, en France, sont équipés. Et d'autres à l'étranger. Une grande enseigne de supermarchés française souhaite même généraliser la borne Priocall à l'ensemble de ses magasins. « Ce doit être une bonne invention, conclut son inventeur, car, jusqu'à maintenant, aucun magasin n'a souhaité retiré sa borne. »

www.priocall.com

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Partager sur :

Commentaires26 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
26 commentaires


























Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.