Polémique AAH, les associations satisfaites mais vigilantes

Les associations de personnes handicapées ont exprimé leur satisfaction après le retrait du projet contesté de modification du calcul de l'AAH, en promettant de rester vigilantes sur la mission sur les minimas sociaux confiée à un député.

5 novembre 2015 • Par

Thèmes :

Illustration article

La secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Ségolène Neuville, a annoncé le 2 novembre 2015 au soir, à l'Assemblée nationale, que le gouvernement renonçait à prendre en compte dans le calcul de l'AAH (Allocation adulte handicapé) les intérêts non imposables des comptes d'épargne, tels que le livret A (article en lien ci-dessous). Elle a précisé que « dans le cadre de la mission qui lui a été confiée sur les minimas sociaux par le Premier ministre », le député PS Christophe Sirugue devrait faire « des propositions sur la simplification des minimas sociaux dans leur globalité ».

La spécificité de l'AAH reconnue ?

Véronique Bustreel, en charge du dossier à l'Association des paralysés de France (APF), s'est félicitée du retrait, tout en regrettant que l'APF « ait dû faire l'étude d'impact qui aurait dû être faite par le gouvernement. Cela a conduit à un mois d'atermoiements alors qu'il était très facile de se rendre compte des conséquences », a-t-elle souligné auprès de l'AFP. Par ailleurs, « on est encore dans l'expectative, parce qu'on s'interroge sur la mission confiée à Christophe Sirugue, dont on ne connait pas le périmètre », a ajouté Mme Bustreel. « On voudrait que la spécificité de l'AAH par rapport aux autres minimas sociaux soit reconnue », a-t-elle dit, soulignant que les personnes qui touchent l'AAH (807 euros par mois maximum) « resteront toute leur vie en situation de handicap ».

Réfléchir à un revenu d'existence satisfaisant

Elle a souhaité que cette mission « permette de réfléchir à un revenu d'existence satisfaisant ». L'une des revendications de l'APF est que l'AAH soit « nominative, et non calculée en fonction des ressources du foyer ». La Fnath (accidentés de la vie) s'est elle aussi félicitée dans un communiqué que le gouvernement « renonce à ces économies de bout de chandelle », mais a promis de rester « vigilante » sur les travaux de la mission Sirugue, « pour que les personnes handicapées n'en ressortent pas lésées ».

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires7 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
7 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.