FAQ déconfinement : quel accès aux soins en cas de handicap?

N°7 : "Mon accès aux soins". Plusieurs jours après le déconfinement, des interrogations émergent en cas de handicap. Pour y répondre, le gouvernement publie des questions-réponses sur diverses thématiques.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Plusieurs jours après l'annonce du déconfinement, de nombreuses questions émergent notamment de la part des personnes handicapées. Pour tenter d'y répondre, le gouvernement a mis en place une foire aux questions (FAQ), divisée en plusieurs fiches thématiques, régulièrement actualisées. La septième : « Mon accès aux soins ».

• C'est quoi exactement la consultation médicale « bilan et vigilance » ?
Un décret du 29 mai 2020 prévoit la création de cette consultation médicale spécifique, prise en charge à 100% par l'Assurance maladie, pour assurer le rétablissement de la continuité des soins des personnes à risques ou souffrant d'une affection de longue durée et pour les aider à vivre au mieux la phase de déconfinement. Elle sera proposée par les médecins traitants aux patients à risques ou ceux souffrant d'une affection de longue durée qui n'ont pas pu être suivis en consultation pendant la durée du confinement.
Cette consultation poursuivra deux objectifs :
- Evaluer les impacts du confinement sur la santé de ces patients et de s'assurer de la continuité des soins ;
- Conseiller les personnes, en fonction de leurs fragilités et pathologies, sur les mesures de protection à adopter dans le cadre du déconfinement.

• Quelles sont les conditions pour se faire tester ? 
Les tests virologiques (RT-PCR) sont effectués dans des centres de dépistage dont la liste est disponible sur le site Internet de votre Agence régionale de santé ou sur :
https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid
Ces tests sont possibles :
- sur ordonnance médicale, aux personnes qui présentent des symptômes (parmi lesquels : difficultés respiratoires, fièvre, toux, fatigue inhabituelle, maux de tête, courbatures, maux de gorge, perte de goût ou d'odorat) ;
- sans ordonnance, aux personnes identifiées comme ayant été en contact, avec un risque élevé de transmission, avec une personne testée positivement. Vous serez alors contacté par les services de l'Assurance maladie qui vous demanderont de rester en « quatorzaine préventive » et vous indiqueront quand réaliser votre test (immédiatement si vous vivez dans le même foyer que la personne contaminée ou, le cas échéant, en observant un délai de 7 jours après votre dernier contact). Vous devrez alors prendre rendez-vous dans un lieu d'examen médical. Aucune prescription médicale ne vous sera demandée ;
- à certains publics dans le cadre de campagnes spécifiques de dépistage (personnes vulnérables, résidents de structures d'hébergement collectif et personnels exerçant dans ces structures en cas de premier cas confirmé).

• Comment les professionnels des brigades sanitaires et de dépistage vont prendre en compte mon handicap pour m'aider à faire les tests ?
A la demande du Secrétariat d'Etat au Handicap, CoActis Santé et ses partenaires ont réalisé deux fiches afin de permettre à ces professionnels de mieux vous accompagner lors d'un dépistage et d'un confinement :
- Fiche « Comment gérer au téléphone le tracing et le confinement d'une personne adulte en situation de handicap ? », destinée aux équipes de brigades sanitaires ;
- Fiche « Comment réaliser le test virologique (naso-pharyngé) chez une personne adulte en situation de handicap ? », destinée aux équipes de prélèvements.
Elles sont en ligne sur le site handiconnect.fr.

• Que se passe-t-il si je suis testé(e) positif/positive ?
Si vous êtes testé positif, vous devez être isolé. L'isolement n'est pas une punition, ni une sanction mais une mesure de précaution collective. Le gouvernement se fixe pour objectif de réaliser au moins 700 000 tests virologiques par semaine à compter du 11 mai. Ces derniers seront pris en charge à 100 % par l'Assurance maladie.
La personne testée positive a le choix de s'isoler :
- chez elle, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant 14 jours ;
- dans un lieu mis à sa disposition, notamment dans des hôtels réquisitionnés ;
- dans son établissement, lorsque c'est son lieu d'hébergement.

Des cellules territoriales sont organisées dans chaque département notamment pour accompagner les personnes qui seraient en difficulté. Des professionnels du médico-social seront en appui si besoin. Par ailleurs, si une personne est testée positive, il faut identifier tous ceux qui ont été en contact avec cette personne et les tester. Les malades atteints de Covid-19 et les personnes contact sont dotés de 14 masques par semaine. La délivrance de masques se fait sur prescription médicale et sur présentation d'un résultat positif à un test virologique Covid-19. Pour les personnes ayant été identifiées comme une personne contact, la délivrance de masques se fera sur indication de l'Assurance maladie via le téléservice « Contact Covid » dédié sur la plateforme « Ameli Pro ».

• Que se passe-t-il si je suis suspecté ou malade « Covid-19 » mais je ne peux pas être isolé à domicile ?
Plusieurs situations peuvent conduire à des difficultés de prise en charge des personnes handicapées :
- si elles sont suspectées ou malades « Covid-19 », sans possibilité d'isolement à domicile ;
- si leur proche aidant doit lui-même être isolé, sans pouvoir accompagner l'enfant ou l'adulte handicapé.
Pour accompagner ces situations exceptionnelles, les Agences régionales de santé (ARS) organisent l'identification d'unités Covid-19 dans quelques établissements de recours.

• Quels laboratoires seront autorisés de réaliser les tests de dépistage ?
En vertu de l'arrêt du 5 avril 2020, les préfets de département seront désormais compétents pour autoriser, après avis des ARS, la réalisation de tests RT-PCR au sein des laboratoires suivants :
- les laboratoires de recherches figurant sur une liste définie par arrêté ;
- les laboratoires vétérinaires et départementaux disposant des équipements nécessaires ;
- les laboratoires spécialisés disposant de certification de qualité mais ne pratiquant pas usuellement la biologie humaine.
Cette mesure permettra, si besoin est, de venir en appui aux laboratoires de biologies médicales actuellement en charge mais qui ne sont plus en mesure réaliser des RT-PCR en nombre suffisant.

• Puis-je retourner en ville me faire soigner ?
La reprise des soins de ville est fortement encouragée, les professionnels bénéficiant des équipements de protection nécessaires. Le port du masque grand public est très fortement recommandé pour l'accès aux cabinets de ville, obligatoire pour les personnes handicapées ayant des problèmes de santé, et il est conseillé de distribuer un masque chirurgical aux cas suspects ou confirmés Covid-19 dès leur arrivée au cabinet.

• Si je reste confiné, puis-je quand même me faire soigner ?
Pour les personnes en situation de handicap pour lesquelles un isolement ou une limitation des déplacements est conseillé, les mesures dérogatoires permettant un accès aux prises en charge à distance seront prolongées autant que nécessaire (facturation de téléconsultations, séances de préparation à la naissance et bilan valorisant la prévention à distance par les sages-femmes, IVG médicamenteuse à distance, télésoin, orthophoniste, ergothérapeute, psychomotricien, masseur-kinésithérapeute).

Partager sur :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :