67 parastronautes français à la conquête de l'espace

22 589 aspirants aux étoiles sont candidats pour devenir l'un des rares futurs astronautes européens, près de 3 fois plus qu'en 2008. 67 parastronautes français ont postulé mais une seule place est dispo. La guerre des étoiles peut commencer ?

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

L'effet Thomas Pesquet ? Jamais les candidats pour devenir les futurs astronautes européens n'avaient été aussi nombreux, surtout en France, signe de l'appétit croissant pour l'espace d'une génération aussi plus féminine. Au-delà de cette mission en orbite basse, à 400 km d'altitude, les nouveaux arrivants ont aussi en tête les futures missions lunaires, auxquelles l'ESA va participer dans les dix ans à venir. Et, plus tard encore, Mars.


4 fois plus de femmes

Les candidats, originaires des 22 Etats membres et trois Etats associés de l'Agence spatiale européenne (ESA), ont postulé aux avis de candidatures à l'issue de la clôture de la campagne de recrutement, ouverte du 31 mars au 18 juin. L'ESA avait reçu 8 413 candidatures pour sa précédente sélection, en 2008, dont le Français Thomas Pesquet faisait partie. La campagne 2021, qui souhaite une nouvelle génération d'astronautes plus diversifiée, a attiré près de trois fois plus de monde et quatre fois plus de femmes (5 419). "C'est extraordinaire et certainement historique", s'est réjoui le directeur général de l'ESA, Josef Aschbacher.

Un parastronaute à mobilité réduite

"La concurrence s'annonce encore plus rude pour ces métiers de rêve, très convoités", a-t-il souligné. Entre quatre et six candidats seulement franchiront la ligne d'arrivée fin 2022, au terme du long processus de sélection de six étapes. L'ESA retiendra également, pour la première fois, une vingtaine de personnes pour créer un "corps de réserve", ainsi qu'un astronaute avec un handicap physique pour un futur projet, une première mondiale. La France arrive largement en tête des candidatures, avec 7 137 aspirants, dont 1 662 femmes et 67 personnes handicapées. Suivent l'Allemagne (3 700 candidats), le Royaume-Uni (1 979), l'Italie (1 860) et l'Espagne (1 344). L'ESA va désormais sélectionner les candidatures, pour lesquelles il est requis d'avoir moins de 50 ans, un diplôme de master scientifique ou d'ingénieur et au moins trois ans d'expérience professionnelle. Environ 1 500 candidats seront retenus pour la prochaine étape qui comprend les tests psychologiques.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.