Prestation de compensation du handicap : quelles aides?

Depuis 2006, la Prestation de compensation du handicap finance des aides humaines et techniques : matériel, aide animalière, aménagement du logement ou du véhicule... Le point avec un focus sur les nouveautés 2021, comme la PCH parentalité.

• Par

Thèmes :

Commentaires2 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

90 % des bénéficiaires ont reçu une PCH (prestation de compensation du handicap) pour financer de l'aide humaine, 22 % pour des charges exceptionnelles ou spécifiques, 13 % pour l'aménagement d'un logement ou d'un véhicule, 2, 2 % pour une aide technique et 0,5 % pour une aide animalière (chiffres 2015). La Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) publie un bilan complet dans son étude N° 1182 de février 2021. L'occasion de revenir sur les contours de cette prestation qui, depuis 2006, est versée par les conseils départementaux aux personnes handicapées, qu'elles vivent à leur domicile ou résident en établissement, même si les droits attribués peuvent différer selon la situation. Il s'agit d'une aide personnalisée visant à financer les besoins de compensation dans cinq domaines…

5 volets

• L'aide humaine. Elle a pour objectif de fournir une surveillance régulière ou de l'aide d'une tierce personne pour les actes essentiels de la vie quotidienne. Le tarif horaire applicable est variable selon le statut de l'aidant : le plus élevé (montant à partir du 1er octobre 2020) s'applique au service prestataire (17,77 euros par heure ou dans la limite du montant fixé entre le service prestataire et le département), suivi du tarif mandataire (15,63 euros, ou 16,40 en cas de réalisation de gestes liés à des soins) puis de l'emploi direct (14,21 euros ou 14,91 en cas de soins) et enfin du tarif pour un aidant familial (3,99 euros ou 5,98 si celui-ci renonce totalement ou partiellement à son activité professionnelle). Depuis le 1er janvier 2021, elle est étendue à la préparation du repas et la vaisselle (article en lien ci-dessous) ; l'aide ménagère et l'entretien du linge demeurent cependant exclus.

• L'aide technique. Elle est destinée à l'achat ou la location d'un matériel compensant le handicap. Le montant maximum s'élève à 3 960 euros par période de trois ans.

• L'aménagement du logement. Son montant maximal est de 10 000 euros pour une durée de dix ans.

L'aménagement du véhicule, que la personne handicapée soit conducteur ou passager. Son montant est plafonné à 5 000 euros par période de cinq ans, selon les modalités suivantes : tranche de 0 à 1 500 euros = 100% du coût pris en charge et tranche supérieure à 1 500 euros = 75% du coût pris en charge. Attention, la PCH ne peut pas prendre en compte l'achat d'un véhicule. A cette aide, s'ajoute le surcoût lié au transport en voiture particulière : 12 000 euros maximum sur une période de 5 ans. Ou encore le surcoût lié au trajet avec d'autres moyens de transport : 5 000 euros sur 5 ans.

• Les charges spécifiques sont des dépenses permanentes et prévisibles liées au handicap et non prises en compte par un des autres éléments de la PCH. Il peut s'agir par exemple des frais d'entretien d'un fauteuil roulant (limités à 100 euros par mois). Quant aux charges exceptionnelles, ce sont des dépenses ponctuelles liées au handicap et non prises en compte par un des autres éléments de la PCH. Il peut s'agir, par exemple, de frais de réparations d'un lit médicalisé (1 800 euros par période de trois ans).

• L'aide animalière. Elle est destinée à l'acquisition et l'entretien d'un animal participant à l'autonomie de la personne handicapée (3 000 euros par période de cinq ans).

Quelles conditions ?

L'accès à la PCH n'est pas soumis à condition de ressources mais son montant varie selon les ressources du bénéficiaire. Attention, de très nombreux revenus ne sont pas pris en compte, notamment les revenus professionnels de la personne et de son conjoint et les allocations liées ou non à la situation de handicap (AAH, RSA, allocations chômage, pension d'invalidité, prestations familiales…). Les ressources prises en compte sont donc : les revenus des valeurs et capitaux mobiliers, les plus-values et gains divers et les revenus fonciers de la personne handicapée et éventuellement de son conjoint, partenaire pacsé ou concubin.

Si elles ne dépassent pas 27 007,02 euros par an, le taux maximum de prise en charge de la PCH est de 100 % des montants limites par type d'aide. Si elles sont supérieures, ce taux n'est plus que de 80 %. Trois critères d'éligibilité, liés à l'âge, à la résidence et au handicap doivent également être remplis. Comme l'ensemble des prestations liées à une situation de handicap, la PCH est exonérée de l'impôt sur le revenu, sans plafond.

A quel âge ?

La barrière d'âge de 75 ans pour bénéficier de la PCH a enfin sauté depuis le 1er janvier 2021. En d'autres termes, une personne de 75 ans et plus dont le handicap et a été reconnu avant 60 ans (selon les critères définis par l'article D. 245-1 du Code de l'action sociale et des familles) peut désormais faire sa demande (article complet en lien ci-dessous). Un autre combat reste à mener par les associations : supprimer, également, le seuil des 60 ans.

Pour les enfants

Depuis avril 2008, la PCH est ouverte aux enfants et adolescents handicapés. Les enfants remplissant les conditions qui ouvrent droit au complément de l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH) peuvent soit opter pour la PCH dans l'ensemble de ses volets, soit conserver le bénéfice du complément AEEH. Par ailleurs, les enfants bénéficiaires d'une AEEH de base n'ayant pas opté pour la PCH peuvent bénéficier du volet 3 de la PCH (aménagement du logement et du véhicule, surcoûts résultant du transport).

La nouvelle PCH parentalité

Requête historique des associations, la « PCH parentalité » destinée à soutenir les parents en situation de handicap voit le jour le 1er janvier 2021 (article en lien ci-dessous). Ils toucheront un forfait de 900 euros par mois les trois premières années de vie de l'enfant et de 450 euros de trois ans jusqu'au septième anniversaire. Auquel s'ajoute un budget aides techniques : 1 400 euros versés à la naissance, puis 1 200 à ses 3 ans et 1 000 à 6 ans. Une avancée notable même si les associations dénoncent le fait que cette aide est versée sous forme de forfait et non pas individualisée et qu'elle n'est dédiée qu'aux allocataires qui touchent déjà la PCH, excluant, de fait, certaines personnes handicapées, notamment psychiques.

Complément possible

Le Fonds de compensation du handicap (FDC) est un dispositif géré par chaque MDPH. Il est chargé d'accorder des aides financières afin de permettre aux personnes handicapées de faire face aux frais liés à leur handicap restant à leur charge après avoir fait valoir leur droit à la prestation de compensation.

Pour toute demande de PCH via la MDPH, il faut remplir le formulaire cerfa no 15692*01.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.