Des traces d'une forme de polio retrouvées à Londres

Des traces d'une forme de polio, maladie extrêmement contagieuse, dérivées d'une souche vaccinale ont été retrouvées dans des échantillons d'eaux usées prélevés dans une station d'épuration à Londres.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Des traces d'une forme de polio dérivées d'une souche vaccinale ont été retrouvées dans des échantillons d'eaux usées prélevés dans une station d'épuration à Londres, ont annoncé l'Organisation mondiale de la santé et les autorités britanniques le 22 juin 2022. "Il est important de noter que le virus a été isolé uniquement dans des échantillons environnementaux - aucun cas associé de paralysie n'a été détecté", a indiqué l'OMS dans un communiqué. L'OMS juge "important que tous les pays, en particulier ceux qui ont un volume élevé de voyages et de contacts avec les pays et zones touchés par la polio, renforcent la surveillance afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et de faciliter une réponse rapide". Selon l'OMS, "toute forme de poliovirus, où qu'elle se trouve, constitue une menace pour les enfants du monde entier".

Une maladie extrêmement contagieuse

La poliomyélite est une maladie extrêmement contagieuse qui envahit le système nerveux et peut causer une paralysie permanente. Le poliovirus sauvage est la forme la plus connue du poliovirus. Il existe une autre forme de poliovirus qui peut se propager au sein des communautés : le poliovirus circulant dérivé d'une souche vaccinale, ou PVDVc. Bien que les PVDVc soient rares, ils sont devenus plus fréquents au cours des dernières années en raison des faibles taux de vaccination au sein de certaines communautés. Les poliovirus circulants dérivés d'une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2) sont les plus répandus, selon l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite, un partenariat public-privé dirigé par les gouvernements nationaux avec six grands partenaires dont l'OMS. 959 cas ont été confirmés dans le monde en 2020.

"Génétiquement liés"

L'agence britannique de sécurité sanitaire a elle indiqué que les "isolats" avaient été retrouvés "dans de multiples échantillons d'eaux usées prélevés dans une station d'épuration de Londres entre février et juin". Cette station couvre une large zone dans le nord et l'est de la capitale britannique, couvrant une population de près de 4 millions d'habitants. "Ces résultats suggèrent qu'il peut y avoir une propagation localisée du poliovirus, très probablement chez des personnes qui ne sont pas à jour de leur vaccination contre la polio", explique Kathleen O'Reilly, spécialiste de la polio. Ces dernières années, une moyenne de 1 à 3 isolats de poliovirus par an a été détectée dans des échantillons d'eaux usées au Royaume-Uni. Mais ces isolats n'avaient aucun lien entre eux. Dans le cas présent, indique l'agence britannique de sécurité sanitaire, "les isolats (...) sont génétiquement liés", rendant nécessaire d'étudier la transmission de ce virus dans le nord-est de Londres.

Une épidémie possible ?

Selon les autorités britanniques, le scénario le plus probable est qu'un individu récemment vacciné soit entré au Royaume-Uni avant février en provenance d'un pays où le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) a été utilisé lors de campagnes de vaccination. Alors que le Royaume-Uni a cessé d'utiliser le VPO en 2004, plusieurs pays, dont le Pakistan, l'Afghanistan et le Nigeria, ont continué à utiliser le VPO contenant le virus de type 2 pour contrôler des épidémies. Le VPO est conçu à partir d'une forme atténuée du poliovirus vivant qui "nous immunise en se développant dans l'intestin pendant une courte période au cours de laquelle il peut être détecté dans les selles", explique Nicholas Grassly, professeur à l'Imperial College de Londres. "Ce virus peut occasionnellement être transmis et très rarement il (...) peut provoquer une épidémie de poliovirus dérivé du vaccin", indique-t-il, en indiquant que le VPO a été remplacé au Royaume-Uni par un vaccin inactivé injectable en 2004.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

 
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.