Trophées H'up 2022 : lumière sur 6 handipreneurs inspirants

Ils étaient 100 au départ... 100 entrepreneurs handicapés prêts à tout pour mettre en lumière leur initiative inspirante et faire rayonner l'handipreneuriat. Six finalistes ont été récompensés lors des Trophées H'up le 8 novembre 2022. Présentation.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

« Comment les bigleux ont fait pour savoir que j'étais sur scène ? », plaisante Hamou Bouakkaz, président de H'up entrepreneurs. Le 8 novembre 2022, au Carreau du temple, à Paris, l'ambiance est à la fête... et à la « déconnade ». Comme chaque année, les Trophées H'up célèbrent les 80 000 « handipreneurs » français. Stéphanie Loire, journaliste Europe 1, est la maîtresse de cérémonie de cette cinquième édition, placée sous le haut patronage d'Emmanuel Macron, président de la République. « La salle est pleine, multiple, à l'image de notre société, elle est belle, à l'image du modèle français qui est bousculé mais qui tient ferme et est, plus que jamais, un modèle d'avenir », affirme Hamou, qui en profite pour saluer sa directrice générale, Pauline Arnaud-Blanchard qui, « ayant eu la bonne idée de faire un bébé cette année », est remplacée temporairement par Valérie Debray-Louis Cobb. Une cérémonie pleine d'humour donc, de discours inspirants, de « good vibes »... et de récompenses ! Parmi les cent ambitieux qui ont tenté leur chance cette année, six se sont distingués grâce à leur parcours particulièrement inspirant.

Entrepreneur de l'année : Sid Nouar – 1000 & 1 signes

S'il y en a un qui s'est assurément démarqué, c'est Sid Nouar, nommé entrepreneur de l'année. Sourd de naissance, ce « boss » de 42 ans a ouvert le restaurant marocain 1000 & 1 signes, qui n'embauche que du personnel non-entendant. « Les clients entendants sont bien évidemment les bienvenus car le but est aussi de les sensibiliser à la culture sourde et à la langue des signes », notamment via un menu qui enseigne les prémices de la LSF.

Créateur en herbe : Dora Blasberg – ProAdapt

Cette jeune femme de 30 ans « pleine d'énergie » a un handicap invisible causé par une maladie rare auto-immune et une spondylarthrite. Dispensée de sport depuis l'enfance et sommée par les médecins de ne « pas bouger », à 25 ans, c'en est trop. Dora contacte un ami qui lui concocte un programme d'activité physique sur-mesure. « Ma vie a changé positivement. J'ai retrouvé du peps, ma joie de vivre, mon sommeil, et mes douleurs chroniques ont diminué. Et je me suis dit que je devais absolument, à mon tour, aider le plus de personnes possible », confie-t-elle. C'est ainsi que ProAdapt voit le jour en août 2022. Cette innovation digitale entend répondre à « un enjeu majeur de santé publique », via deux services : un programme d'activité physique adapté et des interventions en entreprise pour sensibiliser collaborateurs, managers et dirigeants à l'importance de la santé et du bien-être notamment pour être plus productifs.

Entrepreneur créateur : Vanessa Malet – Mon carré doux

Vanessa Malet, 32 ans, vit également avec un handicap invisible. Ses six chirurgies dorsales « qui ne se sont pas très bien passées » lui ont causé des douleurs neuropathiques invalidantes qui se traduisent par une sensation de brûlure permanente l'empêchant de porter des vêtements qui couvrent son dos. Sans cesse à la recherche d'outils pour la soulager, elle et ses patients, cette infirmière en cancérologie a mis au point « Mon carré doux ». Ce coussin de confort rembourré vise à réduire les douleurs des personnes porteuses de dispositifs implantables (qui permettent de recevoir des traitements comme des chimiothérapies mais aussi des pacemakers ou des défibrillateurs), causées par les lanières de sac-à-dos, la ceinture de sécurité ou encore une brassière. « Je ne vais pas vous mentir en vous disant que tout est rose mais, dans la pénombre, quand on cherche, on trouve toujours un peu de lumière », assure Vanessa, « particulièrement émue » de recevoir ce prix. « Je vais continuer de chercher parce que moi, la lumière, je ne l'ai pas encore trouvé », rebondit Hamou Bouakkaz, aveugle.

Entrepreneur expérimenté : Jason Chemama – Handieasy

« Etre entrepreneur expérimenté, c'est quoi ? Quand vous gagnez de l'argent et que les impôts frappent à votre porte pour vous dire : 'Bonjour, on va prendre un tiers', ou quand vous avez un contrôle fiscal », plaisante le judoka Anthony Martins-Misse, lauréat de l'édition 2020, qui codirige TRG (The retailers group) France, une société de conseils en affaires et gestion. « Mais c'est surtout expérimenter sa propre liberté, ses propres limites. C'est savoir qu'on peut avoir des rêves mais surtout qu'on est capable de les accomplir », ajoute-t-il avant de confier le soin à son « père », l'ex judoka et ancien ministre des Sports, David Douillet, de remettre ce prix à... roulement de tambours... Jason Chemama !

Cet autodidacte de 22 ans, qui s'exprime à l'aide d'un assistant vocal, vit avec une infirmité motrice cérébrale depuis sa naissance, en raison d'une erreur médicale. « On dit que l'erreur est humaine mais que dire quand celle-ci aurait pu vous condamner à devoir rester à vie dans un centre de soins et sans avenir professionnel ?, raille-t-il. J'ai donc dû préparer mon évasion ! » Ne pouvant communiquer par la parole de façon audible et utiliser ses mains pour écrire, il fonde Handieasy en 2018 et développe des bras adaptés pour smartphones qui lui permettent de communiquer à l'aide de son nez via une tablette et un téléphone, et d'autres dispositifs tels qu'une gourde adaptée composée d'une paille articulée. Objectif : « boire sans effort ! » « Croyez en vous et soyez persévérants. Foncez et vous serez récompensés ! », exhorte Jason.

Entrepreneur à l'international et prix du public : Irene Nevado – La vida espera

Deux trophées pour le prix d'un ! Irene Nevado se distingue dans la catégorie « entrepreneur à l'international » mais s'attire également les bonnes grâces du public, ce prix lui étant remis par Gilles Barbier, fondateur de Handicap.fr. A 42 ans, Irene a survécu deux fois à la mort. Atteinte de mucoviscidose et greffée deux fois des deux poumons, cette Espagnole de 42 ans a été en attente de greffe durant deux ans. Constamment sous oxygène, il lui était impossible de travailler, alors elle a espéré, imaginé, entrepris... « La greffe ce n'est pas seulement attendre, c'est se préparer mentalement et faire des exercices qui vont aider à aller mieux », explique-t-elle. Avec la Vida espera (La vie attend, en français), elle souhaite créer des centres d'aide aux personnes en attente de greffe prises en charge par des kinésitérapeuthes, des coachs sportifs, des psychologues, partout dans le monde. Buena suerte* !

Entreprendre, un « accélérateur d'émancipation »

« Entreprendre, c'est le meilleur accélérateur vers l'émancipation et un moyen très puissant de s'affranchir des situations de handicap que l'on peut rencontrer au quotidien, estime Jérémie Boroy, président du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNPH). Pour y arriver, cela suppose des efforts et la mobilisation des acteurs publics. » « Les projets et les idées font avancer notre pays ! », félicite autant qu'il exhorte, de son côté, Jean-Christophe Combe, ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées. « Les personnes en situation de handicap qui en ont ne sont pas encore assez nombreuses et subissent de multiples freins, déplore Hamou Bouakkaz. Nous allons donc doubler le nombre d'entrepreneurs que nous accompagnons. » « Ces Français qui sont 'grincheux' ou je ne sais quel autre préjugé, ils se battent et espèrent être contribuables de leur pays. Les personnes handicapées sont des centres de recherche ambulant, des laboratoires de déconstruction de préjugés, ils écartent la norme, l'agrandissent », poursuit le président en clôture de son avant-dernière cérémonie. Et de conclure : « Gardons l'humour, gardons cette petite étincelle, cette flamme de créativité qui sommeille en chacun de nous ! ». RDV l'année prochaine à Lille, Lyon ou Mulhouse...

* Bonne chance !

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.