A l'Assemblée, les élèves handicapés font débat

Résumé : L'Assemblée nationale a retoqué une proposition de loi LR pour "l'inclusion des élèves en situation de handicap", le ministre de l'Education mettant en avant "le chemin" déjà pris par le gouvernement et une concertation à venir.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

"Personne ne peut décemment regarder dans les yeux ces familles, ces enfants, ces adolescents, ces accompagnants et leur dire que l'urgence est ailleurs", a plaidé Aurélien Pradié (en médaillon), qui défendait, le 11 octobre 2018, un texte de loi LR pour "l'inclusion des élèves en situation de handicap" dans le cadre d'une "niche parlementaire" LR.

Un statut unique d'accompagnant

L'élu du Lot a rappelé que "le nombre d'élèves (en situation de handicap) accueillis est passé d'environ 100 000 en 2006 à (...) 340 000 en 2018", de nombreux élèves étant restés sans solution d'accompagnement à la rentrée. Sa proposition de loi prévoyait notamment un statut unique "d'accompagnant à l'inclusion scolaire", mieux rémunéré, pour les auxiliaires de vie scolaire (AVS) ou les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Elle visait aussi à "décloisonner" l'accompagnement entre scolaire et périscolaire. Anticipant le rejet de son texte, M. Pradié a fustigé le "mépris" des députés LREM, le chef de file du groupe Christian Jacob dénonçant aussi la volonté de la majorité de "fermer le ban".

Réponse du ministre

Jean-Michel Blanquer a observé que le texte comportait "bien entendu des éléments intéressants" sur cette "priorité gouvernementale", mais a refusé d'être "caricaturé comme quelqu'un qui ne voit pas les difficultés actuelles et les pistes d'amélioration". Il a notamment souligné qu'à la rentrée 2018, "20 000 élèves de plus que l'an dernier" avaient été accueillis, observant aussi que le statut unique prôné par M. Pradié est "très précisément la feuille de route que nous nous sommes fixée". "Il y a donc un chemin qui est pris qui est clairement conforme à ce que vous appelez de vos voeux", a-t-il affirmé au député LR, ajoutant que ses "pistes de réflexion" pourront être le point de départ d'une concertation prévue fin octobre devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH).

Une concertation en cours

"Ce n'est pas par la loi qu'on va changer les choses car nous avons tous les ingrédients pour réussir", a assuré par la suite la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, renvoyant elle aussi à la concertation. Les LR ont vu "une trahison" dans le rejet du texte avant l'examen de ses articles, par 70 voix contre 54. Des élus d'autres groupes se sont aussi dits "attristés", François Ruffin (LFI) lançant aux "marcheurs" que ce vote leur collerait "à la peau comme une infamie" (vidéo ci-dessous).

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 12-10-2018 par JBD95 :
Je note 70 voix contre et 54 pour! Cela fait 124 votant/577 inscrits. Où sont passés les 453 voix manquantes?

Le 12-10-2018 par Angele :
Il faut que le statut des Aesh, sans leur présence l inclusion scolaire est impossible. On ne peut pas les maintenir dans cet état de précarité sans se soucier de savoir comment elles et ils survivent dans cette société.

Le 12-10-2018 par Philibert :
Mais que ces députés qui sont supposés œuvrer pour le bien public lèvent leurs gros ... de leurs confortables fauteuils et viennent se frotter à la réalité ! Je vis avec une AESH, elle gagne 850€ net par mois pour travailler dans une école inadaptée aux besoins des enfants !!

Le 13-10-2018 par Chacha :
Mais pourquoi donc le métier d'Aesh (Avs) n'attire pas les candidats??? Avec 1300€ par mois et 60h de formation par semaine.....d'après M Blanquier...!

Le 13-10-2018 par Pathis :
L'intervention de Mr Blanquer sur BFM n'est que mensonges!Messieurs les journalistes venez sur le terrain vérifier les contrats!Les quotats d'heures ont baissé à la rentrée 2017/18 dans mon service un 34h s'est transformé en 30h soit -83€ net mensuel! Et cette anné perte de 22€net "baisse" du % pour toujours 30h travaillé! C'est cela l'avancé!une marche arrière oui!jusqu'où ira t'on ? Avec 870€ net mensuel c'est de l'exploitation! aucun dédommagement carburant pour se rendre sur son lieu de travail si celui ci nécessite le véhicule et encore moins de gratuité de repas!la maltraitance faîte aux femmes (se sont des contrats essentiellement féminins) et bien voyez vous elle commence ici sous couvert de l'état et chacun ferme les yeux...qui parle des AESH ? de leur condition de travail ? de leur statut en dessous du seuil de pauvreté ? A ce jour personne à part Mr Ruffin !!! Et c'est bien dérangeant, je vous l'accorde Mr Blanquer de faire des éclats sur une peinture aussi polie....

Le 14-10-2018 par Un parent :
Père d'un enfant non conforme je connais le parcours du combattant pour obtenir l'AVS finalement accordé après un an de galère.

Et lors du passage au collège on remet le couvert. Le 14 octobre mon enfant n'a pas encore vu l'AESH dit "mutualisé" dont un partage équitable lui accorderait en théorie 9 minutes par semaine...

On remercie vivement MM Pradié et Ruffin de leur action. Et on saura comment traiter les candidats En Marche lors des prochaines élections : directement à la poubelle.

Le 14-10-2018 par OWickerman :
Je suis papa de deux enfants handicapés, leur maman a du arrêter de travailler pour s'occuper d'eux (elle gagnait moins que moi).
Cette proposition de loi était un espoir pour nous, malheureusement LREM n'a pas vu en quoi les actionnaires et les banquiers auraient pu profiter de ce texte, donc il n'a même pas été examiné...

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr