Aidants à bout : des formations gratuites pour les aider

Résumé : Comment sensibiliser et former les aidants familiaux qui, pour certains, sont en grande détresse ? L'APF met en place un programme dédié soutenu par le CNSA. D'ici 2019, 300 sessions gratuites promettent de former 3 000 aidants.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Près de 8,3 millions de personnes aident régulièrement un proche, en grande majorité des femmes. Selon l'Insee, plus de huit aidants sur dix disent ressentir une lourde charge et éprouver un sentiment de solitude, et les trois-quarts se sentent anxieux, stressés ou surmenés. « Ce qui fait tenir, c'est le sens du devoir. On peut aller très loin, trop loin », confie l'un d'eux. Face à ce constat, un nouveau programme de sensibilisation et de formation des aidants familiaux de personnes ayant un handicap moteur ou de personnes polyhandicapées, est mis en place par l'Association des paralysés de France (APF). Les actions seront déployées jusqu'à fin 2019 avec l'objectif d'accompagner 3 000 aidants à travers 300 sessions, gratuites financées par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie). Dans chaque région, 25 sessions en moyenne seront mises en place.

Binôme aidant et professionnel

Ces formations seront animées par des binômes composés d'aidants familiaux et de formateurs spécialistes des thèmes abordés. Ce programme a pour mission principale de contribuer à l'amélioration de la qualité de vie des aidants familiaux. La dynamique de groupe facilite leur expression, valorise leurs connaissances et compétences, permet d'ajuster les approches et les outils d'apprentissage et d'encourager la collaboration et l'émulation entre pairs. Elle propose également de sensibiliser les aidants à leurs propres besoins, afin de préserver leur qualité de vie et la relation avec leur proche.

Quels thèmes ?

Les thèmes proposés sont les suivants : l'annonce du handicap ou de la maladie, les aides et les droits, les répercussions psychologiques et relationnelles du rôle d'aidant, être aidant à différentes étapes de la vie, se maintenir en bonne santé, la complémentarité entre aidants professionnels et aidants familiaux, la manutention du corps humain, l'alimentation, les aides à la communication, l'entretien du matériel.

D'autres actions en cours

Ce programme répond aux orientations de formation et de sensibilisation des aidants de personnes atteintes de sclérose en plaques fixées dans le plan Maladie neurodégénératives (PMND) et aux mesures fixées dans le volet polyhandicap et la stratégie nationale de soutien aux aidants de personnes en situation de handicap issus du Comité interministériel du handicap (CIH) du 2 décembre 2016. Cette convention CNSA-APF s'inscrit ainsi dans la continuité des actions déployées par l'association dans ce domaine : mise en place du Collectif inter-associatif des aidants familiaux (en 2004), formulation de recommandations sur la problématique des aidants familiaux (en 2006), mise en place d'un groupe interne de travail (en 2011)...

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 15-01-2017 par metais aurelie :
il faudrait élargir a d'autres aidants pour des personnes qui s'occupent d"handicap sensoriel.

Le 17-01-2017 par decoster :
bonjour, moi sa m interesserer, de participer a une formation pour aider et a me soutenir,dans mon role d aidant, je sui maman d un enfant polyhandicapé, et je vieseule avec mon fils,il va en externa,I;E.M, si y il y ades stage a paris ou en banlieu parisienne, a seine saint denis, a saint denis, ou pas loin, je n ais pas de voiture pour y aller, et il faut que je soit a l heure pour mon fils quand il rentre l aprés midi, merci

Le 19-01-2017 par papa usé :
OK mais comment faire quand on a un enfant adulte en très grande dépendance, et que les prestataires se déclarent "non gréés pour ça" ?

Le 21-01-2017 par hazan :
monconjoint a la maladie de parkinsons et moi je suis aveugle . Je fais partie d'un groupe d'aisants cela m'aide de partager avec d'autres personnes nos difficultés mais je souhaiterais avoir au moins une fois par mois un aprèsmidi pour penser un peu à moi pour me ssesoucer . J hazan

Le 23-01-2017 par achoum :
Je pense que tout les handicaps doivent être pris en compte du moment ou nous sommes aidant pour un membre de notre famille. Ceci engendre à un moment ou un autre des difficultés, physique morale, psychologique, relationnelle. Sans compter sur les difficultés face aux professionnels (docteur, fournisseur matériel etc). l'indifférence ou l'incompréhension de certain. tout ceci est notre quotidien, maman solo de deux enfants dont un âgé de 18 ans polyhandicapés. En IME actuellement. il est dépendant sur tout la toilette, le repas l'habillement etc. Dernièrement mon trop plein était de toujours faire la même chose le traintrain couche toilette repas nutrition la nuit j'avais l'impression d'être un robot programmer! Alors aider les aidants les formés ok mais allons nous avoir un suivi ou juste 2 ou 3 rencontre et après laisser à notre sort ?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches