Services à domicile : les asso tirent la sonnette d'alarme

Résumé : Deux fédérations d'aide à domicile ont soumis 15 propositions aux candidats à la présidentielle, estimant que les mesures proposées pour la prise en charge des personnes fragiles ne sont "pas à la hauteur" des besoins.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Adessadomicile et l'UNA, deux fédérations qui rassemblent 1 000 associations et structures à but non lucratif, rappellent, le 14 mars 2017, que l'offre d'accompagnement est "inéquitable" selon les territoires, et que les organismes intervenant auprès des personnes âgées et handicapées "font face à d'importantes difficultés financières". "Pénibles et mal rémunérés" ("un tiers des salariés de la branche est payé au Smic"), les métiers ont une faible attractivité, ajoutent-ils dans un communiqué.

Des fonds non reversés

Ces fédérations estiment qu'au niveau national, "le financement n'est pas au rendez-vous" et qu'"il manque entre 1 et 1,5 milliard d'euros" pour la prise en charge des personnes âgées et handicapées à domicile. Par ailleurs, elles affirment qu'"au niveau départemental, les fonds fléchés à l'attention du service à domicile ne sont pas correctement reversés". Certains départements, en difficultés financières, consacrent selon elles ces sommes à d'autres dépenses sociales. Certains encouragent par ailleurs les bénéficiaires de l'APA (aide personnalisée à l'autonomie) à employer directement leur auxiliaire de vie plutôt qu'à passer par une association, qui gère les formalités et est donc mieux adaptée à leur vulnérabilité.

Un droit fondamental d'être aidé

Parmi les 15 mesures soumises aux candidats, Adessadomicile et l'UNA proposent que soit reconnu "un droit fondamental d'être aidé, accompagné, soigné à domicile", avec la mise en place d'un nouveau champ de protection sociale, un "cinquième risque" de la Sécurité sociale, garantissant "une équité d'accès aux services à domicile". Elles préconisent également une refonte de la prestation de compensation du handicap (revalorisation et réforme des modalités d'accès), le développement d'une politique de prévention et de santé de proximité accessible à tous (y compris en zones rurales isolées), ou encore une revalorisation des salaires des salariés de la branche.

© goodluz/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr