Assistant projet de vie: nouveau métier dédié au handicap ?

Résumé : Testé dans 3 régions, l'Assistance au projet de vie est un dispositif innovant qui renforce le pouvoir d'agir des familles concernées par le handicap. Bientôt un nouveau métier pour les aider à accéder facilement à l'ensemble de leurs droits ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Besoin de l'appui d'un professionnel pour construire un projet de vie choisi et faciliter le parcours des familles et des aidants concernés par le handicap, qui tienne vraiment compte des attentes des bénéficiaires ? Ce dispositif innovant existe ; il s'appelle « assistance au projet de vie ». Depuis deux ans (2016-2017), plus de 300 familles bénéficient d'un APV au sein de cinq associations adhérentes de Nexem, principale organisation professionnelle des employeurs du secteur social, médico-social et sanitaire, en partenariat avec Klesia et l'Ocirp.

Familles face aux difficultés

Sa mise en œuvre a été motivée par le constat suivant : les familles concernées par le handicap rencontrent d'énormes difficultés pour construire le parcours de vie de leur enfant ou proche et trouver les accompagnements adaptés. Même si la loi du 11 février 2005 place au cœur du dispositif de compensation la formulation du projet de vie de la personne handicapée, les familles se retrouvent souvent démunies. Ce nouveau service de proximité propose donc de mobiliser localement tous les accompagnements adaptés dans le droit commun avec le soutien du secteur spécialisé. Il ne se substitue pas pour autant aux bénéficiaires dans les démarches. Son appui correspond à une assistance à la maîtrise d'ouvrage, qui favorise les coopérations avec les acteurs du territoire. « L'APV s'adresse à l'enfant et aux parents en même temps, explique une maman. C'est toute la famille qui est prise en compte. C'est très différent des autres interlocuteurs que l'on peut rencontrer qui sont centrés sur l'enfant. »

Des demandes multiples

Les demandes sont multiples : avoir une information sur une procédure, connaître les ressources disponibles, mieux comprendre un document administratif. D'autres souhaitent être conseillés pour préparer un dossier MDPH en vue d'une ouverture de droit. La majorité des demandes concerne la mobilité, la scolarité, l'insertion professionnelle, les loisirs ou encore l'hébergement. L'appui se fait dans la durée. « Quand on est parent, on souhaite que son enfant puisse choisir et prendre ses décisions, mais on ne sait pas comment s'y prendre, témoigne une autre famille. L'APV a permis à mon fils de choisir une orientation professionnelle. Il a pu visiter plusieurs ateliers dans lesquels il pourrait faire un stage et le fait d'avoir été sur place et d'avoir vu concrètement comment ça se passait, va l'aider à décider. En fait, l'APV accompagne à choisir. »

Un métier à part entière

Complémentaire de l'offre existante, ce dispositif a été testé sur sept territoires dans trois régions, soutenu par trois agences régionales de santé (Grand Est, Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur). Même si 85% des bénéficiaires ont un handicap mental ou cognitif et 57% sont âgés de 7 à 20 ans, il s'adresse à tous. Après deux ans d'observation, les chercheurs du laboratoire ACTé rattaché à l'Université Clermont Auvergne, ont fait le bilan de cette expérience (résultat en lien ci-dessous). Selon eux, l'APV peut être considéré comme un nouveau métier, qui réclame une formation spécifique, la création ou le recyclage d'outils, le développement de savoir-faire adaptés. En 2018-2019, le projet entre dans sa phase d'évaluation finale et de modélisation. À l'issue de l'étude d'impact, une démarche de certification ou de labellisation pourrait être engagée afin d'assurer la reconnaissance de ce dispositif. Son objectif, à terme, étant d'être déployé au niveau national.

© kerkezz/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 31-07-2018 par marc :
Pas trop compris… en fait lAPV aide les familles en difficultés pour comprendre les documents administratifs, les ressources disponibles, visite dateliers.. : une assistante sociale spécialisée handicap en quelque sorte, précieuse sans doute pour certaines familles et utile pour toutes, quand il sagit de soutien, qui jouerait aussi un rôle de CIO le moment venu.
Par contre, le dispositif ne se positionne pas clairement pour linclusion, la notion même de « projet de vie » réservée aux seuls enfants handicapés, ma toujours gêné, jy vois même parfois une forme une ségrégation.
De plus, ces APV, pour être neutres, ne doivent pas dépendre dassociations gestionnaires ou de financeurs dinstitutions, peut-être un métier en libéral financé par la PCH, ou service tel Pôle Emploi ?
Jaurais plus vu prioritairement une aide juridique aux familles pour défendre les droits de leurs enfants handicapés contre les pressions subies pour aller en institution

Le 02-08-2018 par Sandrine :
Ces postes d'assistant de projet de vie répondent véritablement aux besoins des personnes reconnues handicapées et à leurs familles. Etendre cette proposition à l'ensemble des territoires (pour l'égalité d'accès aux droits) devient pressant. Qui traitera d'une telle proposition ?

Le 08-08-2018 par lili :
des APV indépendants, ce serait bien. J'attends de le vérifier. Si oui, ce pourrait être intéressant.
Car ce que l'on vit depuis toujours avec notre enfant n'a rien à voir avec de l'indépendance et les parents sont gentiment écartés ... On est d'abord là pour soutenir nos enfants.

Le 09-08-2018 par Watson :
Cela fait 1 an que j'ai fini une formation d'agent magasinier en CRP, je n'ai toujours pas trouvé de travail. Ma conseillère Cap emploi n'est pas à sa place, elle vous indique n'importe quoi. Je me démerde tous seul pour ma recherche de travail. Il faudrait plus d'appuis de la part des conseillers pôle emploi et cap emploi

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr