Un lieu d'accueil fait le pari de la mixité

Résumé : Accueillir dans un même lieu de jeunes autistes, des adultes handicapés et des personnes âgées dépendantes: c'est le pari d'un nouveau centre médico-social à Paris, qui promet aussi de s'ouvrir aux habitants du quartier.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS,

Le centre Robert Doisneau, qui a choisi d'exposer en permanence une centaine de clichés du photographe dans les espaces commun du bâtiment, a ouvert ses portes en décembre dans le XVIIIe arrondissement de la capitale.

Inauguré mercredi par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, il entend notamment répondre à des besoins insuffisamment couverts à Paris.

Dans ses 15.000 m2, vont bientôt se côtoyer 240 personnes réparties entre un Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), un institut médico-éducatif pour adolescents souffrant d'autisme et un foyer d'accueil pour handicapés, avec une unité spéciale pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Quelque 250 salariés (animateurs, aides-soignants assistants sociaux, éducateurs, psychologues...) s'y relaieront.

"On a favorisé la mixité des publics et des handicaps ce qui, sur notre territoire, reste extrêmement rare", explique David Viaud, directeur général de la Fondation hospitalière Sainte-Marie, à l'origine du projet.
Pour ce professionnel du secteur sanitaire et médico-social, "la France n'est pas habituée culturellement à mélanger les différents publics", contrairement aux pays d'Europe du nord par exemple. "Je me suis rendu compte que, bien souvent, les différents professionnels de santé ne se parlaient pas assez", déplore-t-il aussi.

Symbole de ce cloisonnement, "les établissements sont souvent clos et entourés de hauts murs", regrette-t-il.

'Ici, c'est le Club Med!'

Tout l'inverse du centre Robert Doisneau, qui se veut avant tout, un lieu "ouvert" et "accessible" à tous, à l'instar du grand couloir qui traverse le rez-de-chaussée et fait figure de "rue intérieure".
Ici, tout a été pensé pour que les résidents "se sentent bien et chez eux", assure David Viaud.
Une lumière douce irradie des espaces aérés et lumineux, des fauteuils douillets invitent à la détente dans les espaces communs. Dans les chambres, un papier peint design et des luminaires "maison", dépoussièrent l'image habituelle des maisons de retraite.

"Ici, je suis sur un petit nuage, c'est le Club Med !", témoigne Doumouia Maury, victime d'un AVC, qui s'estime "très chanceux" d'avoir emménagé ici. Le personnel "fait tout pour qu'on reste autonome", assure-t-il.
Grâce à la mutualisation prévue des espaces, il pourra bientôt partager des activités ou des ateliers avec les autres résidents.

Trois directrices travaillent sur cette "transversalité", ou la façon de mixer les handicaps et les générations, explique David Viaud.

Mais le centre se veut aussi un lieu d'ouverture sur le quartier, en pleine mutation, afin de "développer le lien social" avec les habitants.

Des commerces de proximité, comme une sandwicherie et un coiffeur, seront bientôt installés au rez-de-chaussée du bâtiment, avec une entrée en son sein et une autre à l'extérieur.

Sur la terrasse végétalisée, un potager doit être partagé entre les différentes structures du centre et les écoliers du quartier seront aussi invités à y jardiner. Outil thérapeutique, ce potager aura ainsi valeur de "lien intergénérationnel".

Sont également en projet des rencontres avec les habitants du quartier, autour de journées portes ouvertes et d'expositions temporaires.

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 20-02-2014 par Stéphane Grassi :
BRAVO !!!

Nous nous sentons moins seul ...

http://ajcmarseillesport.info/blog/

Le 20-02-2014 par Sergio :
Si l'on reçoit que des personnes en situation de vulnérabilité je ne vois pas où est la soi-disant mixité, puisque l'ouverture aux habitants du quartier n'est pour l'instant qu'une promesse. À moins d'entendre par lá mélanger des personnes en situation de handicap entre elles ce qui, à mon avis, n'a aucun sens.

Le 24-02-2014 par alberto :
une petite réponse a Sergio,l'ouverture de la Maison du 21 siècle ( a Saint Dié dans les Vosges,)a ouvert en 1995 et depuis nous continuons a accueillir des personnes avec des handicaps différentes et aussi des ages différentes lidée est que tout le monde peut apprendre de tout le monde (comme nous)et l'ouverture sur lextérieur est aussi possible c'est mon travail depuis des années je suis chargé de lUrbanité ,l'ouverture sur la cité.Il s'agit de restituer aux résidants une vie sociale et culturelle.ils peuvent ainsi se réaliser malgré leur handicaps.Cette ouverture vers lextérieur est pour eux une chance thérapeutique majeure il s'agit non seulement de faire "sortir" nos résidants ,mais de faire "entrer"les personnes chez nous ,notre site www.association -turbulences.com et mon n° de téléphone pour plus d'explications 06.08.43.48.76

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr