Sportifs handicapés mentaux &Jeux Paralympiques,suite et fin

Résumé : Suite à l'éditorial de Yves Foucault, président de la FFSA (Fédération française du sport adapté), dans nos colonnes, s'insurgeant contre les propos de Gérard Masson, président de la fédération Française Handisport, nous publions son droit d

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Face au début de polémique soulevée par la Fédération Française du Sport Adapté en réaction des propos de notre président Gérard Masson, sur l'intégration des handicapés mentaux au sein des Jeux Paralympiques, notre Comité Directeur tient à préciser clairement notre position et réfute l'attitude discriminatoire avancée.

Nos adhérents sportifs handicapés physiques, visuels ou auditifs ne souhaitent pas être assimilés à des handicapés mentaux et ne veulent pas que le grand public fasse l'amalgame; notamment lors des grandes compétitions.

C'est un constat unanime qui n'a rien à voir avec le mépris et cela ne signifie pas pour autant que les handicapés mentaux ne doivent pas faire de sport ; au contraire et nous avons maintes fois démontré notre solidarité avec nos amis du sport adapté.

Où est la discrimination dans cette position ?

Pourquoi vouloir rassembler à tout prix des publics dont l'approche et surtout la pratique du sport est si différente ?

Sous prétexte du mot commun handicapé, faut-il diluer les identités ou cultures respectives liées à chaque fédération ?

Si ce raisonnement tenait, devrions-nous alors accuser de discrimination les sportifs valides ou leurs instances de ne pas accueillir les sportifs handicapés lors des Jeux Olympiques ? Ce serait parfaitement infondé et démontrerait une méconnaissance de notre sociologie.

Nous réitérons sans ambiguïté nos vœux les plus sincères quant à l'accès des handicapés mentaux à la pratique sportive, mais de grâce, qu'on arrête de vouloir pousser dans les mêmes cases et sans discernement des personnes qui incarnent des situations non comparables et qu'on arrête de vouloir nous donner ce sentiment de culpabilité sans aucun fondement.

 

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 09-11-2008 par Henri Galy :
Un argument du Comité directeur d'Handisport est parfaitement irrecevable : "Si ce raisonnement tenait, devrions-nous alors accuser de discrimination les sportifs valides ou leurs instances de ne pas accueillir les sportifs handicapés lors des Jeux Olympiques ?"...
Un nombre croissant d'handicapés et de valides pensent au contraire que les sportifs handicapés devraient participer au JO avec les sportifs valides (dans des épreuves spécifiques évidemment). Le fait des les cantonner dans des sous-JO, organisés après les vrais JO, est, effectivement une discrimination, et doit être dénoncé comme telle.
Les sportifs handicapés devraient pouvoir pratiquer le sport au sein des clubs ordinaires, lesquels devraient créer des sections handisport, plutôt que d'obliger les sportifs handicapés à s'organiser au sein de clubs spécifiques. C'est cela que devrait revendiquer le comité directeur Handisport, s'il était vraiment soucieux d'intégration plutôt que de préserver...

Le 09-11-2008 par Gérard MASSON :
Nous souhaitons depuis de nombreuses années la création de Sections au sein des Clubs valides . Nous avons des conventions signées avec la plupart de Fédérations Valides . Le débat est au niveau de l'intégration au niveau des Jeux Paralympiques .

Le 10-11-2008 par Crépuscule :
Dire "Handicapé mental", rien que ces mots blessent et discriminent sévèrement, jugent, préjugent...
Lorsque je lis, vois, ou entends certains propos, j'ai souvent l'impression d'avoir aussi le mental blessé, bousculé, voire parfois brisé, rabaissé, heurté, etc.

Le 14-11-2008 par Lapalisssss :
Ces commentaires sont fait par des gens qui n'ont jamais abordé le sport avec des handicapés mentaux.
Personnellement, je suis handicapé disons physique (handicapé suite à un AVC), et voulant faire du sport j'ai essuyé des refus plus ou moins déguisés, m'orientant vers "Le" club handisport, mais bien que l'ambiance était très chaleureuse, le rythme ne me convenait pas du tout.
J'ai finalement réussi à trouver un club de valides où je suis la seule personne handicapée, mais dans un autre département.
Le handicap mental (très varié) est particulier, et le fait de ne pas l'intégrer aux épreuves paralympiques ne me choque pas.
Où s'arrête le handicap ? C'est une limite qu'il peut être nécessaire d'avoir, car nous sommes tous plus ou moins handicapés, et il n'est pas raisonnable d'acceuillir l'humanité.

Le 15-11-2008 par Guy PATIN :
Etant que membre d'handisport la réponse du comité directeur me désole et me blesse profondément.
Je me sens pas solidaire de cela.
Surtout ma formatio professionnelle (Educateur Spécialisé)maintenant en retraite.
Guy PATIN Cadre d'un club Handisport

Le 16-11-2008 par fab67 :
je suis choquée par cet article ,c'est de la discrimination .

Le 22-11-2008 par jacotmillet :
Je considere que c'est de la discrimination! il ne serait pourtant pas bien difficile de: au seins des jeux Olympiques traditionnels de créer des catégories de handicap aux même titre que les sportifs de combat qui sont classés par poids et qui ne sont pas sous estimés qu'ils soient poids "mouche" ou poids "lourd" bien que ne pouvant pas s'affronter (à la Boxe)par exemple; et là se serait humainement correcte et à peine plus compliqué qu'actuellement, et cela n'enlèverait rien àla fête du sport, bien au contraire. En ce qui concerne les handicapés physiques par rapports au handicapés mentaux auriez-vous un complexe de suppériorité si prononcé que vous ne suportiez pas de les cotoyer; ni ne suportiez la comparaison! à bon entendeur salut

Le 27-05-2009 par Domjos01 :
Le raisonnement du comité directeur de handisport me déçois fortement.Etant moi meme une personne a mobilité réduite.Il existe deja des categories, comme aux tennis de table entre les tetraplegique et le parraplegique et les personnes qui joue debout,en natation avec des groupes, au tir a l'arc, ou a la cible, pour le ski, assis ou debout, et j'en passe des exemples de différence au siens meme de handisport, cela est normal pour donnée une chance a tous. Imaginer en tennis de table une personne tetraplégique jouer contre une personne emputer d'une main, Quel sont les chance du tetra????
Alors pourquoi ne pas creer goupe, ou une classification suplementaire pour les personne qui souffre d'un handicap mental.
Cela est honteux de la part du comité directeur de handisport, si dans les année 70, des personnes aurrai reagis comme ça,on n'en serai surment pas la aujourd'hui.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches