Le plan autisme 'volontariste',mais doutes sur l'application

Résumé : La plupart des associations sur l'autisme ont jugé 'volontariste' le plan gouvernemental présenté vendredi, qui prévoit notamment la création de 4.100 places d'accueil sur cinq ans, mais ont exprimé des doutes sur son application.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

 

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

PARIS, 16 mai 2008 (AFP) - 
Pour Autisme-France, le plan "semble montrer une volonté politique de faire évoluer favorablement la situation de l'autisme en France", mais "manque cruellement de précisions sur sa mise en oeuvre concrète sur le terrain".

Les associations souhaitent également que ce plan ne soit pas réduit au secteur médical. Regrettant un "grand absent", le ministère de l'Education, Autisme-France constate que "le pilotage des mesures semble confié uniquement au secteur sanitaire".

Pour Marcel Hérault, de Sésame-Autisme, qui y voit un plan "ambitieux et volontariste", "il faut encourager le développement du secteur médico-social en multipliant les petites structures et aussi motiver les éducateurs".

"Il ne faudra pas qu'on fasse de la garderie, mais qu'on s'appuie sur l'intelligence et l'affectivité des autistes pour qu'ils réussissent à vivre comme les autres", a-t-il souligné.

Autisme-France qui regrette que "seulement 4.100 places sur 5 ans" soient proposées "alors qu'il naît chaque année entre 6.000 et 8.000 bébés autistes", estime que la "pénurie va s'aggraver, notamment pour les adultes".

Elle craint également que "les stratégies éducatives et comportementales ne soient pas mises en avant, alors qu'elle représentent une attente importante des familles". "On prévoit au mieux de recenser les méthodes et de pratiquer une expérimentation au compte-gouttes", alors que ces approches "ont fait leurs preuves à l'étranger depuis des années", dit-elle.

Autisme-France émet aussi des craintes sur la mise en oeuvre de nouvelles méthodes, en s'appuyant sur les dispositifs existants "qui ont montré leur immobilisme". Sa vice-présidente Agnès Woimant s'interroge notamment sur la "capacité d'évolution des professionnels" du secteur.

La formation devrait, souhaite l'association, s'appuyer sur des professionnels internationaux qui puissent évaluer leur contenu.
"J'attends de voir par qui vont être formés les formateurs", se demande aussi Elaine Hardiman-Taveau d'Asperger Aide, ajoutant que ces maladies "sont mal connues des professionnels français".

Enfin, M'Hammed Sajidi, de l'association Léa pour Samy (parents d'autistes), estime qu'"on ne peut pas adhérer à un plan ambigu qui va renforcer tout ce qui est inadapté sur le terrain". D'après lui, "beaucoup d'argent va à des choses inefficaces et coûteuses alors qu'on peut faire beaucoup mieux avec moins".
mv-jud/im/bma

 

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 18-05-2008 par Crépuscule :
Ce qui m'agace, c'est que d'une pierre, d'un coup, d'un cas, ça fait une généralité...

Ce n'est pas structure adaptée qu'il manque, ce sont des espaces à l'école, et partout dans notre société, où chacun sait que la différence existe et existera toujours !

Le 28-05-2008 par laurence :
desolé c'est bien des structure adaptée qu'il manque mon fils a 25 ans et cela fait plus d'un an que je cherche une place en foyer occupationnel sans en trouver il n'y a pas de place donc pas assez de structure

Le 29-05-2008 par nathalie :
Encore une fois a chaque gouvernement des audits, des promesses , faite venir les parents pour parler de l'autisme le vrai! 4100 places une gouttes d'eau par rapport aux besoins.Je suis membre de CA de structures et je vois au contraire cela se dégrade mal traitance,négligences sont au rendez-vous.Nathalie B

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr