Nouveau métier : des infirmiers en guise de médecins ?

Résumé : Des infirmiers hyper compétents pour pallier la pénurie de médecins et assurer le suivi des patients, c'est ce que vise le métier d'infirmier en pratique avancée qui vient officiellement d'être créé. Il concerne seulement quelques pathologies.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Par Elia Vaissiere

Le décret entérinant la naissance du métier a été publié le 19 juillet 2018 au Journal officiel mais, depuis près de deux ans déjà, Eléonore Vitalis est "infirmière de pratique avancée" (IPA), dans deux centres de santé à Nanterre (Hauts-de-Seine). Souhaitant "évoluer" après plusieurs années d'exercice, elle s'est engagée dans un programme expérimental, mené par l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, pour "préfigurer la mise en oeuvre concrète de la pratique avancée". Objectif : intégrer, comme une trentaine d'infirmières franciliennes, un master spécialisé innovant, monter en compétences, et prendre partiellement en charge une patientèle âgée, atteinte de maladies chroniques ou polypathologique, réalisant des actes habituellement réservés aux médecins.

Des compétences reconnues

Vieillissement de la population, désertification médicale… Alors que de nombreux malades, aux parcours de soins complexes, nécessitent un suivi rapproché et que les médecins sont surchargés, l'IPA peut "prendre le relais". À Nanterre, le médecin traitant d'un patient diabétique par exemple peut, "si l'état du malade est stable", le confier pour un an à Mme Vitalis. "Poumons, cœur, examen des pieds", entretien poussé : "tous les trois mois, pendant une heure", l'IPA mène une "consultation de suivi", avant de renouveler l'ordonnance, éventuellement l'adapter ou prescrire des examens complémentaires, qu'elle doit encore, tant que son statut n'est pas officiel, "faire valider par un interne". Coordinatrice du parcours de soins, elle réalise "un bilan annuel personnalisé", fait "le lien entre la ville, l'hôpital, les spécialistes, et autres interlocuteurs du patient". Elle participe à des visites à domicile, "avec l'objectif à terme d'y aller seule", lorsque la réglementation lui donnera cette autonomie. "Nos compétences seront bientôt reconnues et valorisées", se réjouit-elle.

Des pathologies limitées

S'il prévoit bien d'offrir aux infirmiers, après trois ans d'expérience et un master, le droit de renouveler, d'adapter des ordonnances ou de prescrire certains examens, le texte ne définit pas le futur salaire des IPA. Il a par ailleurs été plusieurs fois amendé, après des mois de négociations houleuses, les médecins craignant d'être peu à peu remplacés. "On ne remplace personne, on enrichit la prise en charge, toujours au sein d'une équipe pluridisciplinaire", explique Suzy Gonsseaume, IPA à l'hôpital Robert-Debré à Paris. L'infirmière regrette la "timidité" du texte, qui limite le champ d'intervention des IPA à "quelques pathologies". Trois spécialités sont ainsi prévues, au choix : "oncologie", "maladies rénales chroniques, dialyse, transplantations rénales", ou encore "pathologies chroniques stabilisées, prévention, polypathologies courantes en soins primaires".

La mucoviscidose exclue

Champ d'expertise de Suzy Gonsseaume, la mucoviscidose n'en fait pas partie. Pourtant, "vivant au quotidien" avec cette pathologie évolutive, les enfants malades et leurs familles ont besoin d'être régulièrement suivis, accompagnés pour apprendre à gérer "l'apparition des symptômes, la charge de soins", argue-t-elle. Après quinze ans d'expérience, Mme Gonsseaume sait "analyser les signaux d'alerte, orienter", mène des consultations individuelles ou en groupe, des séances d'éducation thérapeutique, et répond par téléphone à "toutes les questions" des patients. Espérant voir un jour son expertise "reconnue", elle aimerait "développer la recherche" voire "enseigner".

Le début de l'histoire

Dans les établissements pilotes "les IPA ont trouvé leur place et répondent à un réel besoin", sourit Ljiljana Jovic, responsable du projet à l'ARS. Auditionnée en juin à l'Assemblée nationale, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a reconnu que le consensus trouvé n'était pas "à la hauteur des ambitions". Avec des masters ne correspondant pas exactement au décret, les IPA déjà formées devront par ailleurs "repasser certains modules", avait précisé en mai Cécile Courrèges, directrice générale de l'offre de soins. "On écrit le début de l'histoire", s'était-elle enthousiasmée, tablant sur l'ouverture d'une dizaine de formations dès septembre, l'élargissement à la psychiatrie en 2019, et à "d'autres domaines" à l'avenir.

© Viacheslav Iakobchuk/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr