Auvergne-Rhône-Alpes : nouveau plan d'aide au handicap

Résumé : Le 29 août 2017, la Région Auvergne-Rhône-Alpes dévoile les grandes lignes de son plan dédié au handicap : manuels pour élèves dys, robot pour lycéens hospitalisés, amélioration des transports, soutien des start-up du champ du handicap...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

« C'est tout le monde que l'on fait progresser et grandir lorsque l'on prend soin des personnes en situation de handicap. ». C'est par cette phrase que Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a conclu, le 29 août 2017, à Lyon, la conférence qui visait à présenter un nouveau fonds de soutien aux initiatives en matière de handicap.  Ce domaine relève, en principe, de la compétence de l'État et des départements mais pas question, selon lui, de « rester les bras croisés ». La région a donc décidé de dégager une enveloppe de 4 millions d'euros en investissement et un million en fonctionnement. À ses côtés, Sandrine Chaix, conseillère déléguée régionale aux personnes handicapées, a exposé les différentes pistes de travail à mettre en place durant l'année scolaire à venir.

Le numérique au service des élèves

Qui dit rentrée dit école, programme, classe et manuels scolaires. Comment en bénéficier en cas de handicap ou d'hospitalisations régulières ? Grâce au numérique ! En ce sens, la Région finance des tablettes numériques incluant des manuels, auxquels les lycéens handicapés ou malades peuvent avoir accès. C'est le cas de Laura, inscrite en terminale ES à Vienne, venue témoigner pour l'occasion, qui s'en sert au quotidien. « Comme tous les cours auxquels j'assiste n'ont pas lieu dans la même salle, je n'ai pas à me déplacer avec », explique-t-elle.

Un « robot-lycéen » à l'école

Autre dispositif à développer pour les jeunes régulièrement hospitalisés : un robot-lycéen, piloté depuis un ordinateur (lire article ci-dessous), qui permet de suivre les cours à distance. Une innovation de pointe qui contribue à plus de réussite, malgré des séjours parfois prolongés à l'hôpital. « Nous souhaitons aujourd'hui en financer davantage et encourager leur multiplication, a affirmé Laurent Wauquiez. Ces dispositifs favorisent le lien social et permettent de garder le statut d'élève. » En plus des trois existants, quinze robots (12 000 € l'unité) seront déployés dès la première année, avec au minimum un par département, l'enseignement privé étant également concerné. D'ici 2022, la région investira par ailleurs 222 millions d'euros pour rendre accessibles aux élèves handicapés 273 lycées de la région, soit 83 % des établissements. Dès l'été 2017 des travaux concernant, pour l'Auvergne, les lycées Albert-Monier à Aurillac (Cantal) et Geneviève-Vincent à Commentry (Allier), ont été financés.

Quid des troubles dys ?

Début 2017, la Région avait fait des troubles dys sa grande cause annuelle (article en lien ci-dessous) or peu d'actions ont été mises en oeuvre pour le moment. Compte-t-elle pérenniser son engagement dans ce domaine dans le cadre du nouveau plan d'investissement ? « Nous ne pouvons pas tout révéler, répond M. Wauquiez. Évidemment, ce qui a été décidé et entrepris cette année sera poursuivi à l'avenir. » En attendant, le livre blanc comportant les pistes de travail destinées à faciliter le quotidien des jeunes atteints de troubles dys, définies par des groupes de travail spécifiques, sera présenté le 7 octobre 2017 à l'Hôtel de Région à Lyon.

Soutien au secteur protégé

Le nouveau plan régional « vise par ailleurs à soutenir le secteur économique protégé », selon les porteurs de projet, à travers un fonds de développement des ESAT (établissements et services d'aide par le travail) pour leur permettre d'agrandir leurs locaux et d'investir dans les nouvelles technologies.

Focus sur l'innovation

Autre piste de travail évoquée par Laurent Wauquiez et Sandrine Chaix : la prise en charge du handicap dans le secteur de l'innovation. « Nous souhaitons encourager les associations et start-up qui œuvrent en faveur du handicap, telles que IguideU, qui propose des outils de découverte sensorielle de lieux aux personnes aveugles et malvoyantes ».  La société WeGoTo, conceptrice d'un boîtier automatique capable de lister les équipements adaptés ou non au handicap dans une ville, a également été citée. Côté budget, la Région évoque des forfaits d'accompagnement de 5 000 à 10 000 euros.

Toujours plus de handisport

Le handisport figure également parmi les volets évoqués le 29 août. « C'est un levier à mobiliser de façon plus intensive, a souligné le président de Région. Nous devons encourager une pratique sportive capable de faire jouer des personnes handicapées et valides ensemble. Tous les clubs que nous accompagnons financièrement doivent être investis en ce sens. » Parmi les mesures prises, le financement par la Région d'une double licence sportive annuelle pour les jeunes en situation de handicap est désormais inclus dans le Pass'Region, carte comprenant de multiples réductions et destinée aux 15-25 ans résidant en Auvergne-Rhône-Alpes. Une initiative inédite qui s'ajoute à la double prime, mise en place début 2017, pour permettre aux lycéens handicapés d'acheter des supports éducatifs adaptés en plus des manuels scolaires.

Les transports en ligne de mire

Enfin, parmi les autres objectifs de ce plan régional, les transports devraient faire l'objet d'un groupe de travail. Celui-ci visera à « lister les pistes de choses à faire dans ce domaine », concernant notamment l'accès à tous les TER circulant dans la région. Lucie Carrasco, créatrice de mode atteinte d'amyotrophie spinale, est d'ailleurs venue témoigner des conditions « déplorables » dans lesquelles elle a déjà été obligée de voyager en France. « J'ai dû rester allongée sur une banquette durant sept heures à l'aéroport de Roissy en attendant un nouveau fauteuil après que la compagnie a cassé le mien », a-t-elle confié lors de la conférence. Ce plan entend également mieux soutenir les associations de personnes handicapées au travers d'aides (de 5 000 à 10 000 €) pour l'acquisition de véhicules de transport adapté.

© Aimée Le Goff

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 03-09-2017 par Sylve :
BonjourM Wauquiez.
Merci de vous intéresser aux handicapés mais voilà
Il y a aussi les handicapés mentaux comme ma fille de 18 ans.
J'ai jamais pu travailler pour m'en occuper et j'ai même pas un salaire d'aidant décent. Tout confondu ns avons 400 euros par mois.
C'est une situation compliquée.J'ai 57 ans et suis très fatiguée ayant eu un cancer du sein et victime de la prothèse PIP.
Voilà Mr.
Cordialement.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr