Transports : une vraie priorité donnée au handicap ?

Résumé : Deux ministres disent confirmer la priorité donnée à l'accessibilité aux transports à l'occasion d'un trajet avec les Compagnons du voyage. Les Assises de la mobilité entendent repenser les transports pour tous. Chacun peut contribuer.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Les transports en commun lorsqu'on est en situation de handicap ? Quelle galère ! Quel remède ? Dans le cadre de la semaine des associations, Elisabeth Borne, ministre des Transports, et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, se sont rendues le 8 novembre à l'école de Chaillot à Paris afin de rencontrer les équipes pédagogiques et d'échanger avec les responsables de l'association « Les Compagnons du voyage » (article en lien ci-dessous). Cette association créée par la SNCF et la RATP en 1993 facilite les déplacements des personnes ayant des difficultés temporaires ou permanentes, en les accompagnant de porte à porte en utilisant les transports en commun. Chaque mois, l'association assure environ 2 000 accompagnements individuels, grâce à 70 accompagnateurs formés et expérimentés.

En situation réelle

Lors de cette visite, les ministres ont ainsi réalisé un trajet entre l'école et le métro avec des accompagnants de l'association et des élèves en situation de fragilité. A cette occasion, elles ont également échangé avec des agents RATP en station, formés pour répondre aux besoins spécifiques des personnes handicapées ou à mobilité réduite. Il leur a notamment été présenté la démarche de labellisation S3A, consacrée à l'accueil des personnes handicapées mentales, ainsi que les équipements dédiés (article en lien ci-dessous).

Assises nationales de la mobilité

Les ministres ont ensuite réuni les responsables accessibilité des deux grands opérateurs SNCF et RATP. Cette question fait partie des thèmes clés des Assises nationales de la mobilité, qui visent à identifier les besoins et les attentes prioritaires des citoyens en matière de mobilité, en accordant une attention particulière aux transports de la vie quotidienne, aux zones rurales et périurbaines et à faire émerger de nouvelles solutions. L'enjeu handicap a notamment fait l'objet d'un atelier dédié le 24 octobre 2017, rassemblant à la fois associations, opérateurs de transports et organismes spécialisés, qui a permis de dégager une série de priorités. Un groupe de travail se tiendra courant novembre et devra permettre de déboucher sur des propositions dans le cadre des Assises.

Chacun peut contribuer

Rappelons qu'une plateforme collaborative (en lien ci-dessous) dédiée permet à tout un chacun, jusqu'à fin décembre, de faire des propositions concrètes, et notamment en matière de handicap à travers la rubrique « Mobilités plus solidaires : réduire les fractures sociales et territoriales ». David, l'un des contributeurs, demande ainsi si les personnes handicapées moteur sont « indésirables dans le métro parisien » tandis qu'Insoumispascontent suggère de « créer une sorte de chèque emploi/service de transport pour personnes handicapées ou âgées ». Cette grande consultation s'adresse à tous (usagers, collectivités, associations, opérateurs de la mobilité, acteurs économiques…) et doit nourrir la préparation de la Loi d'orientation des mobilités qui sera présentée au premier semestre 2018.

A travers cette visite, les ministres disent confirmer « leur détermination commune à améliorer l'accessibilité de tous les publics aux transports en commun, et la place centrale qu'elles entendent accorder à l'accompagnement humain des personnes handicapées ou à mobilité réduite dans leurs déplacements ».

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 10-11-2017 par Lilhandi :
Il faut trouver une solution pour ceux qui ont une maladie génétique neurologique rare identifiée. Ceux-là sont incapables de prendre les transports en commun, avant je les prenais mais aujourdhui cest impossible sans tomber

Le 11-11-2017 par Janine :
personnellement ,je trouve que le principal défaut du métro parisien est que c'est un coupe-gorge alors si en plus on a moins de moyens pour se défendre ,et vu l'indifférence générale.Rappelez moi comment sont rentrés chez eux certains terroristes après leur attentat? En rer....Quand je vois des aveugles dans le métro ,je suis terrorisée pour eux.

Le 11-11-2017 par Odile31 :
Tant que l'ordonnance accessibilité de 2014, ratifiée en 2015, ne sera pas abrogée, il n'y aura pas d'accessibilité au transport possible dans ce pays, sauf dans quelques Métropole sur quelques grands axes. La fin de la notion de continuité de la chaîne de déplacement voulu par la loi de 2015 est une atteinte grave à notre liberté d'aller et venir. Les transports de substitution ne répondent pas aux besoins à cause des ruptures de charges, c'est-à-dire à cause de l'obligation de changer plusieurs fois de mode de transport pour arriver à destination. De plus, les transports de substitution ne respectent pas la réglementation prévoyant des conditions analogues transports publiques, puisque toutes les AOT imposent une inscription et une réservation obligatoire en toute illégalité. Quant au transport adapté, il n'existe que dans quelques grandes villes, et il dysfonctionne majoritairement car les AOT cherchent à faire des économies sur le dos des plus fragiles.

Le 11-11-2017 par Odile31 :
Suite : Alors nous proposer des aides bénévoles, ou des accompagnants hors de prix pour des personnes titulaires de minima sociaux, c'est du foutage de gueule. Quant à ce système de compagnonnage, repris par Faciligo, j'ai tenté d'y faire appel, mais je n'ai trouvé personne, et le prix qui m'était demandé était prohibitif.

Le 11-11-2017 par Odile31 :
Quant aux assises nationales de la mobilité, il n'est pas sûr que le gouvernement souhaite vraiment une participation massive, notamment dans les ateliers organisés sur l'ensemble du territoire. En fait je ne suis même pas sûre que ce soit dans tous les départements. Et par exemple, pour la région toulousaine, après bien des recherches j'ai découvert sur le site qu'il y avait une réunion prévue dans la banlieue toulousaine le 13 novembre, mais il a fallu faire d'énormes recherches contacter la mairie de Pibrac pour connaître l'horaire et le lieu : vous êtes sûrs qu'ils veulent notre avis ?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr