USA : des personnes handicapées cobayes d'un labo

Dans les années 40, un géant pharmaceutique a mené des expérimentations sur la syphilis au Guatemala, notamment sur des personnes handicapées mentales. Il est jugé aux Etats-Unis.

7 janvier 2019 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

La justice américaine a décidé que le géant pharmaceutique Bristol-Myers Squibb, l'université Johns Hopkins et la Fondation Rockefeller doivent être jugés pour leur rôle dans une expérimentation menée dans les années 1940 sur des centaines de Guatémaltèques délibérément infectés avec la syphilis.

1 milliard de dédommagement

Ainsi, 774 victimes, voire des membres de familles de victimes, réclament au total un milliard de dollars de dédommagements, a indiqué un juge fédéral américain. L'expérimentation incriminée avait pour but de vérifier si la pénicilline pouvait prévenir les maladies sexuellement transmissibles. Les victimes assurent qu'elles n'avaient pas donné leur consentement pour subir ces expérimentations. Le juge Theodore Chuang a rejeté la demande de la défense de ne pas autoriser le procès.

Prostitués, soldats, déficients mentaux…

L'expérimentation réalisée dans les années 1940 et 1950 a été révélée par le médecin Susan Reverby, professeur à Wellesley College aux Etats-Unis. Elle a pris connaissance des faits en étudiant des notes de John Charles Cutler, un expert en maladies sexuelles décédé en 2003, et qui a dirigé l'expérimentation incriminée. John Charles Cutler et ses collègues chercheurs ont fait participer à cette expérimentation, des soldats, des personnes avec un handicap mental, des prostitués et des détenus de droit commun.

L'ancien président américain Barack Obama avait présenté ses excuses en 2010, tandis que sa secrétaire d'Etat à l'époque, Hillary Clinton, avait qualifié cette affaire d'"ouvertement dépourvue d'éthique".

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.