Orange business recrute sur Hello handicap
Orange business recrute sur Hello handicap
Orange business recrute sur Hello handicap

Amputé des deux jambes, un Népalais à l'assaut de l'Everest

Un ancien soldat népalais, amputé des deux jambes, veut réaliser son "rêve d'enfant" en atteignant le sommet de l'Everest. Sa devise ? "Ni jambes, ni limites". Il deviendrait ainsi le 1er amputé au-dessus des genoux à se hisser sur le Toit du monde.

• Par
Illustration article Amputé des deux jambes, un Népalais à l'assaut de l'Everest

Par Paavan Mathema

Hari Budha Magar a été amputé au-dessus des genoux après avoir sauté sur un engin explosif artisanal en servant en Afghanistan en 2010, dans la Brigade des Gurkhas, une unité de soldats népalais au sein de l'armée britannique. Après des années de rééducation et d'entraînement, l'homme de 43 ans prévoit l'ascension de l'Everest en mai 2023, projet qu'il présente sur son site Internet avec le slogan "ni jambes, ni limites".

Premier amputé au-dessus des genoux sur le Toit du monde ?

Une fois le choc du handicap passé, "mon objectif a été de voir ce que je pouvais faire physiquement", explique-t-il à l'AFP avant de partir pour le camp de base de l'Everest. Il expérimente le parachutisme, le kayak et le ski. "Cela m'a ouvert l'esprit et j'ai tout essayé", dit-il. Bientôt, il pourrait devenir le premier amputé au-dessus des genoux à se hisser sur "le Toit du monde" à 8 849 mètres. Pour Hari Budha Magar, qui a grandi sur les contreforts de l'Himalaya, l'ascension de l'Everest est "un rêve d'enfant". "Quand je skiais, la vue des montagnes me rappelait l'Everest. Je me demandais tout le temps si je pourrais grimper un jour, alors j'ai essayé et j'ai réalisé que c'était possible", raconte-t-il.

Handicap : l'Everest temporairement inaccessible ?

L'alpiniste estropié porte une combinaison spécialement conçue pour lui, doublée de silicone au niveau des cuisses pour les protéger des engelures. Des crampons ont été fixés à ses prothèses raccourcies. Il a déjà atteint la cime du Mera Peak à 6 476 m d'altitude au Népal et celle du Mont Blanc (4 808 m), plus haut sommet de France. Seuls deux amputés des jambes, au-dessous des genoux, sont déjà parvenus au sommet de l'Everest : le Néo-Zélandais Mark Inglis en 2006 et le Chinois Xia Boyu en 2018 (Lire : Un double amputé parvient au sommet de l'Everest ). Lui-même se préparait également à l'expédition en 2018 mais avait dû repousser son projet pour faire campagne contre une loi, adoptée par le Népal en décembre 2017 et révoquée depuis, interdisant l'ascension de l'Everest aux personnes ayant eu une double amputation ou aux aveugles pour des raisons de sécurité (Lire : Le Népal interdit ses sommets aux grimpeurs handicapés ?). "Il y a eu beaucoup d'obstacles mais finalement tout se met en place pour (réaliser) mon rêve, je suis heureux", dit-il.

"Je croyais ma vie finie"

Le calendrier de son ascension coïncidera, par le plus grand des hasards, avec le sacre de Charles III, à l'instar de la première ascension de l'Everest par le Néo-Zélandais Sir Edmund Hillary et le Népalais Tenzing Norgay qui s'était déroulée lors du couronnement d'Elizabeth II, il y a 70 ans. "Je me suis battu pour cette couronne. J'ai perdu mes jambes pour cette couronne", rappelle-t-il. Le vétéran porte des shorts, quelle que soit la température, et exhibe aujourd'hui fièrement ses prothèses, ce qu'il n'aurait pas assumé peu de temps après son accident. "Je croyais ma vie finie, je pensais que j'allais passer le reste de ma vie sur un fauteuil roulant", dit-il, confiant avoir eu pendant deux ans des pensées suicidaires et s'être mis à boire. Il s'est ressaisi par amour pour ses trois enfants.

Plusieurs records... d'optimisme ?

"Mon objectif principal est d'informer sur le handicap. Si j'avais été au courant, je n'aurais pas perdu deux ans de ma vie, j'en aurais fait bon usage", admet-il. Les personnes handicapées ne sont pas condamnées à l'inertie, il y a "juste une façon différente de faire les choses". "Tant qu'on peut adapter sa vie au temps et à la situation, tout est possible, il n'y a aucune limite, le ciel est la limite", estime-t-il. Son guide Krishna Thapa considère leur expédition avec optimisme. "C'est un grand alpiniste (...), il se prépare depuis six ans et a battu plusieurs records", souligne M. Thapa avec admiration, "aucun autre grimpeur n'a réalisé cela".

© Instagram Hari_budha_magar / climber.abiral

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2024) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».
Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.