Autisme : l'arrêté qui va en finir avec la psychanalyse?

Un arrêté publié au JO le 4 avril 2021 sonnera-t-il le glas de l'approche psychanalytique des troubles du spectre de l'autisme ? Il définit de manière précise les "méthodes reconnues scientifiquement" et les compétences des psychologues recommandés.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

La stratégie autisme 2018-2022 a mis en place un parcours de bilan et d'intervention précoce, tout d'abord pour les enfants de 0 à 6 ans inclus puis, depuis avril 2021, pour les 7-12 ans (article en lien ci-dessous). Il peut inclure, en plus des prestations de psychomotriciens et d'ergothérapeutes, l'intervention d'un psychologue. Mais, attention, ces professionnels doivent répondre à certains critères, très spécifiques, qui excluent totalement l'approche psychanalytique des TSA (trouble du spectre de l'autisme).

Mettre fin aux dérives

Pour mettre fin à cette dérive dénoncée depuis des décennies par le milieu de l'autisme -il les surnomme prosaïquement les Psycaca-, un arrêté daté du 10 mars 2021 « relatif à la définition de l'expertise spécifique des psychologues » (en lien ci-dessous) a fini par poser un cadre précis. Il a été publié au Journal officiel le 4 avril 2021 permettant ainsi son application. L'annexe de cet arrêté dresse la liste des compétences que le psychologue doit maîtriser en tout ou partie ainsi que les méthodes recommandées (liste en fin d'article). Ces dernières sont reconnues comme « scientifiquement valides » et répondent aux « recommandations de bonnes pratiques professionnelles » (RBPP) de la Haute autorité de santé (HAS).

Pas de consensus scientifique

En 2014 déjà, le Conseil d'Etat avait jugé que l'approche psychanalytique ne faisait pas l'objet d'un consensus scientifique. Pour mémoire, le 6 avril 2021, Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à l'Enfance, et Sophie Cluzel (Handicap) déclaraient à leur tour vouloir mettre fin à la confusion entre l'autisme, le TDAH (trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité) ou les troubles « dys » et les signes de maltraitance, notamment lors d'expertises judiciaires qui incriminent encore trop souvent les parents (article en lien ci-dessous). Du côté des psychanalystes, c'est évidemment une levée de boucliers ; l'Ecole de la cause freudienne organise d'ailleurs un webinaire fin mai 2021 pour soutenir le mouvement qui s'élève dans l'ensemble du champ psy, jugeant cet arrêté « inacceptable ».

Quelles règles ?

Pour pouvoir signer la convention, le psychologue doit avoir communiqué à la plateforme de coordination et d'orientation les preuves de sa compétence technique, la plateforme devant contrôler : ses diplômes, ses attestations de formation et son curriculum vitae détaillé. Il est tout de même précisé que s'il ne dispose pas « de l'expertise nécessaire, la structure peut lui proposer l'accès à une formation adaptée ». Enfin, le texte exige qu'il ait, en plus de celles des TSA, une connaissance étendue des troubles du neurodéveloppement ; qui comprend les troubles de la communication, des coordinations, des apprentissages (langage écrit, calcul, etc.) mais aussi du TDAH, du développement intellectuel ou encore, plus largement, des troubles anxieux, alimentaires ou du sommeil.

Ces interventions, financées par l'Assurance maladie, ne peuvent être réalisées que par le professionnel qui intervient en relation avec un établissement ou service social ou médico-social (ESSMS) spécialement désigné par l'Agence régionale de santé (ARS) et désignée sous l'appellation « plateforme de coordination et d'orientation » (ESSMS pour enfant et ado en situation de handicap ou expérimentaux de type Centre ressources autisme, ou CAMSP), sous réserve d'avoir conclu une convention spécifique avec cette structure et à condition que son intervention ait été prescrite par un médecin.

Liste des méthodes recommandées

Pour les programmes d'intervention à destination des enfants :
• Applied behavior analysis (ABA)
• Les groupes d'habiletés sociales et d'affirmation de soi
• Le modèle de Denver d'intervention précoce pour jeunes enfants
• Les outils de communication alternatifs augmentés (par échange d'images, signes, numériques, etc.)
• Le Pivotal response treatment (PRT) ou entraînement aux comportements pivots
• Le modèle Preschool autism communication therapy (PACT)
• La thérapie d'échange et de développement (TED)
• Le traitement et l'éducation pour enfants avec autisme ou troubles de la communication (TEACCH)
• Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC)
• La remédiation cognitive.

Pour les programmes d'intervention à destination des familles des enfants :
• Les entraînements aux habiletés parentales de type Barkley
• La guidance parentale dans les stratégies d'ajustement (coping)
• La méthode Incredible years
• La méthode Positive parenting program (triple P).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.