Bébés malformés : création de deux comités pour expliquer

Deux comités ont été créés dans le cadre de l'affaire des bébés nés avec un bras malformé, l'un pour tenter de déterminer les causes des malformations, l'autre pour dialoguer avec les familles.

12 février 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Deux comités ont été créés dans le cadre de l'affaire des bébés nés avec un bras malformé, ont annoncé le 12 février 2019 les ministères de la Santé, de l'Ecologie et de l'Agriculture. Cette création a été préconisée par l'Agence sanitaire Santé publique France et l'agence de sécurité sanitaire Anses, que le gouvernement avait chargées en octobre d'une enquête. Cette proposition figure dans un rapport d'étape transmis le 1er février au gouvernement et rendu public.

Deux comités d'experts

D'une part, un "comité d'experts scientifiques (CES)" devra "identifier et analyser les différentes hypothèses" pouvant expliquer les malformations, parmi lesquelles d'éventuelles expositions à des substances toxiques (alimentation, environnement, médicaments...). "A ce stade, aucune hypothèse n'est privilégiée", souligne le communiqué des ministères. Le comité d'experts, qui tiendra une première réunion début mars, devra également "formuler des recommandations pour la prévention et la prise en charge des cas détectés". Il sera présidé par Alexandra Benachi, professeure de gynécologie-obstétrique à la Faculté de médecine Paris Sud et présidente de la Fédération française des centres de diagnostic prénatal.

Parallèlement, un "comité d'orientation et de suivi (COS) a également été constitué". Sa mission : "assurer un espace de dialogue, d'échange et d'information avec l'ensemble des parties prenantes" (familles, associations de patients ou de défense de l'environnement, professionnels de santé). Présidé par le sociologue Daniel Benamouzig, il se réunira pour la première fois le 21 février.

Dans toute la France

Plusieurs cas groupés de naissances de bébés touchés par ce type de malformations ont été identifiés ces dernières années : dans l'Ain (7 naissances entre 2009 et 2014), la Loire-Atlantique (3 entre 2007 et 2008) et le Morbihan (4 entre 2011 et 2013). Appelée "agénésie transverse des membres supérieurs", l'absence de formation d'une main, d'un avant-bras ou d'un bras au cours du développement de l'embryon représente moins de 150 cas par an en France. Les causes peuvent être génétiques, mécaniques (un problème vasculaire empêche le développement du membre) ou dues à des substances toxiques. En octobre, Santé publique France avait indiqué que les enquêtes n'avaient pas permis de trouver d'explication. Mais les inquiétudes dans les régions concernées avaient poussé le gouvernement à lancer une nouvelle enquête nationale.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.