Le groupe Seb recrute sur Hello Handicap Le groupe Seb recrute sur Hello Handicap Le groupe Seb recrute sur Hello Handicap

Enquête ouverte après des violences sur un jeune handicapé

Le parquet de Belfort a annoncé le 2 février 2021 avoir ouvert une enquête sur des violences commises à l'encontre d'un jeune homme handicapé mental, notamment tondu. Cette scène filmée a été diffusée sur les réseaux sociaux.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Dernière minute du 5 février 2021
Une personne majeure a écopé de six mois de prison avec sursis et trois mineurs ont été mis en examen après des violences sur un jeune homme handicapé mental filmées et diffusées sur les réseaux sociaux, a annoncé le 4 février 2021 le parquet de Belfort. En garde à vue depuis mercredi et déférés jeudi, les quatre individus ont reconnu leur implication. Une cinquième personne majeure, également interpellée, a finalement été mise hors de cause.

Article initial du 2 février 2021
L'enquête a été ouverte pour "violence commise en réunion sans incapacité", "diffusion de l'enregistrement d'images relatives à la commission d'une atteinte volontaire à l'intégrité de la personne" et "atteinte à l'intimité de la vie privée", a précisé à l'AFP le procureur de Belfort, Eric Plantier. Menée par la brigade de recherche de la gendarmerie de Belfort, elle n'a pas encore déterminé si les auteurs des faits "avaient connaissance du handicap" de leur victime, a-t-il indiqué. Les violences ont été commises dans la nuit de samedi à dimanche, et la vidéo a rapidement été diffusée et relayée sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter, avant d'être supprimée de nombreux comptes. Selon le quotidien L'Est Républicain, les images montrent notamment le jeune homme en train d'être frappé au visage avant d'être tondu.

Des images insoutenables

Ian Boucard, député (LR) du Territoire de Belfort, avait annoncé dans la nuit de dimanche à lundi émettre un signalement auprès des autorités "pour que les auteurs soient retrouvés rapidement". Il a fait part de son "soutien" à la victime après ces "actes odieux". Le président (LR) du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a fait état "d'actes de torture" et "d'images insoutenables". "Je déplore et condamne avec la plus grande fermeté ces actes d'une rare cruauté", a-t-il déclaré un communiqué. "J'apprends que des mouvements de colère et de vengeance s'organisent. Je les condamne également", a-t-il ajouté, appelant à "l'apaisement".

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

 
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.