Brésil : le handisurf, une thérapie pour "créer du bonheur"

Au Brésil, une école de surf accueille des personnes handicapées, ravies de socialiser et de découvrir les sports extrêmes grâce à des planches adaptées. Pour certains, la glisse est un complément de traitement voire une thérapie à part entière.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Par Rodrigo Almonacid

"Pour moi, c'est une certitude, le surf guérit !" Atteinte de paralysie cérébrale, la Brésilienne Malu Mendes, championne du monde de parasurf (en photo ci-dessous), est au septième ciel quand elle glisse sur les vagues de la plage de Santos, près de Sao Paulo, au Brésil. "Je me sens libre, c'est une sensation de plaisir inexplicable", confie à l'AFP la jeune femme de 28 ans à la longue chevelure châtain clair.

Déjouer les pronostics

Quand elle sort de l'eau, son sourire est radieux, sa joie de vivre contagieuse. Pourtant, dès sa plus tendre enfance, Malu entendait les médecins lui répéter qu'elle aurait des problèmes de mobilité jusqu'à la fin de sa vie. Mais les spécialistes qui la suivent sont aujourd'hui bluffés par son évolution. En mars 2020, elle a été sacrée championne du monde de parasurf sur la place de Jolla Beach, près de San Diego, en Californie. Fille de Paulo Kid, ancien professionnel de longboard devenu entraîneur, Malu Mendes est une des élèves de l'Ecole de surf adapté, fondée il y a deux ans à Santos. Cette école, financée en partie par des subventions publiques, a accueilli gratuitement 280 personnes handicapées depuis sa création, enfants comme adultes. Parmi elles, des personnes autistes, avec trisomie, amputées ou victimes d'accidents vasculaires cérébraux. Pour certains, le surf est un complément d'un traitement. Pour d'autres, c'est la seule thérapie.

Planches adaptées

"Le surf a un pouvoir incroyable. On ne peut pas avoir la santé sans être heureux. Créer du bonheur, c'est notre raison d'être", dit le fondateur de l'Ecole de surf adapté, Francisco "Cisco" Araña, 64 ans, légende du surf brésilien. Dompteur de vagues depuis 1968, il a ouvert sa première école en 1991 et s'est vite rendu compte que certains élèves handicapés avaient plus de mal à utiliser des planches conventionnelles. Il a alors commencé à en créer de nouvelles : certaines émettent des sons pour les non-voyants ou malvoyants, d'autres sont équipées de fermetures spéciales en velcro pour les personnes paraplégiques. La demande a tellement augmenté que Cisco a décidé de créer une école spéciale de surf adapté.

Un sport créateur de liens

"Grâce au surf, on voit une évolution beaucoup plus importante qu'avec d'autres thérapies, je crois que c'est grâce au contact avec la nature", estime Adriana de Souza, dont le fils austiste Joao Vitor, 13 ans, surfe depuis sept ans. Les débuts n'ont pas été évidents. Son fils avait peur de se mouiller la tête et avait du mal à socialiser. Mais aujourd'hui, il est tout heureux sur sa planche et beaucoup plus bavard. "J'adore ça, c'est génial", s'exclame ce jeune adolescent que les médecins ont dispensé de thérapies occupationnelles pour qu'il puisse passer plus de temps sur la plage à surfer. Tout près, Hamilton Fernandes, 63 ans, sort à son tour de l'eau salée. Il y a quatre ans, il a subi un accident vasculaire cérébral qui a en partie paralysé le côté de droit de son corps, le privant de surf, sa grande passion depuis une cinquantaine d'années. Mais quand Hamilton a retrouvé Cisco, avec qui il avait surfé à de nombreuses reprises par le passé, ce dernier lui a proposé de s'y remettre, sur une planche adaptée. Depuis, il assure que sa mobilité s'est améliorée "à 90 %". "J'étais à l'hôpital, maintenant, je suis ici, c'est une nouvelle chance".

Capables de "tout surmonter"

Miguel Almeida, jeune homme de 23 ans au corps athlétique, s'aventure plus loin que Joao Vitor et Hamilton. A l'age de huit mois, il a été atteint de toxoplasmose et a perdu 5 % de la vision de son œil gauche et 10 % du droit. Mais depuis qu'il a cinq ans, Miguel affronte l'océan sans même le voir, encouragé par son cousin, le surfeur professionnel Deivid Silva. "J'ai une grande perception des choses. Mon ouïe est beaucoup plus sensible et j'arrive à ressentir la vague se former", décrit le jeune surfeur, qui rêve de participer au championnat du monde de parasurf en décembre, en Californie. "Beaucoup de gens pensent que les personnes handicapées ne sont bonnes à rien, mais ici, on montre qu'on peut tout surmonter", se réjouit-il.

© Compte Instagram de Malu Mendes

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.