Un papa ouvre un collège pour sa fille handicapée mentale

L'amour d'un parent pour son enfant peut soulever des montagnes, ou faire bouger les choses ! Un papa crée le collège Nescens, ouvert aux 12-16 ans. Un endroit, près de Lyon, pensé pour les ados présentant des troubles intellectuels et cognitifs.

11 novembre 2018 • Par Handicap.fr / Margot Blachon

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article
Illustration article

Certaines histoires font naître de magnifiques initiatives ! C'est le cas pour Sébastien, père d'une fillette de 12 ans en situation de handicap mental. Il se lance dans l'ouverture du collège Nescens  (Notre établissement scolaire à enseignement spécifique) à Caluire (69), près de Lyon, dans le but d'accueillir des enfants, entre 12 et 16 ans, présentant des troubles intellectuels et cognitifs légers à moyens, avec des capacités d'apprentissage.

Un IME pour aveugles !

Pourtant, au départ, rien n'était joué d'avance. Après une scolarisation en primaire en classe Ulis, ces parents se « préoccupent » du futur de leur fille : « On se demandait ce qui allait se passer après ». Ils n'ont pas d'autre choix que d'attendre les propositions de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) : « Nous avons eu une proposition de prise en charge dans un IME pour aveugles, très éloigné de chez nous, en internat. Rien qui correspondait à notre fille ! Peu de places sont disponibles et elles ne correspondent pas toujours aux besoins des enfants. ». Face à ce constat affligeant, Sébastien décide de concevoir la « brique » manquante entre les Ulis-collège et les IME, une structure dans laquelle la prise en compte des besoins, de la personnalité et des profils des élèves est primordiale pour permettre leur épanouissement et leur intégration. Grâce au bouche-à-oreille, au sein de son réseau, il constitue rapidement une équipe prête à l'épauler : deux enseignantes, dont une directrice, toutes deux sensibilisées et formées aux spécificités du handicap, ainsi que des thérapeutes.

Privé, hors contrat

Ce collège, dont les programmes pédagogiques s'inspirent des modèles classiques et alternatifs, est privé hors contrat. Dans une classe multi niveaux de 20 élèves, alterneront les travaux en commun et en petits groupes. Un emploi du temps prévisionnel est déjà disponible sur le site (en lien ci-dessous). Chaque année, un projet individuel est défini dans lequel les parties prenantes (professeur, parents, thérapeutes) s'engagent dans un objectif cohérent pour l'élève. Pour l'instant, il faut compter 300 euros par an pour l'inscription et 500 euros par mois pour les frais de scolarité. La phase 2 du projet consistera à lever suffisamment de fonds pour alléger cette charge financière.  « L'objectif est aussi que Nescens passe rapidement sous contrat et que les familles puissent bénéficier d'une prise en charge de la MDPH. Nous sommes convaincus que nous aurons davantage de soutien quand nous aurons fait nos preuves », ajoute Sébastien.

Une ouverture en janvier 2019 ?

La date d'ouverture de la structure est prévue pour septembre 2019 mais une option reste ouverte pour janvier 2019. L'équipe est dans les starting-blocks, les locaux déjà choisis mais il manque encore… des élèves ! Un comble lorsqu'on sait que beaucoup de parents sont dans l'impasse pour scolariser leur enfant. Sébastien l'explique par un mauvais timing : « Par peur de créer une 'désillusion familiale', nous avons communiqué une fois que le dispositif était entièrement en place. En parallèle, les familles des enfants en situation de handicap ont trouvé des alternatives pour l'année scolaire 2018/2019, qu'elles ne peuvent abandonner en cours de route. ». Mais les demandes pour la rentrée de septembre 2019 affluent. À l'heure actuelle, quelques familles seraient tout de même prêtes à tenter l'aventure dès janvier 2019.

© studiodr/Fotolia

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Margot Blachon , journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.