Moquerie au handicap : le comte de Paris saisit le CSA

Le comte de Paris saisit le Conseil supérieur de l'audiovisuel pour des propos tenus dans l'émission les "Grosses Têtes" après le décès de son fils, handicapé mental. Il y voit une "atteinte à la dignité humaine".

15 janvier 2018 • Par

Thèmes :

Le comte de Paris Henri d'Orléans a saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel après des plaisanteries sur le handicap mental de son fils aîné, le prince François de France, décédé le 30 décembre 2017, dans l'émission Les Grosses Têtes de RTL, a indiqué le 13 janvier 2018 le régulateur confirmant une information du Figaro.

Selon le journal, il a saisi le CSA "au nom de tous les enfants handicapés de France, pour atteinte à la dignité humaine". Le CSA, qui a reçu ce courrier le 12 janvier, n'a pas enregistré d'autres signalements. Dans cette émission datant du 2 janvier, l'animateur Laurent Ruquier demandait à ses invités où allait être enterré le prince. Certains ont alors fait plusieurs blagues sur les personnes avec un handicap mental. " Vous croyez qu'il va y avoir du monde sur les champs Elysées ? (…) Y'a tous ses copains qui vont venir le voir. Moi je l'aimais bien Louis Philippe. Il était sympa. J'aurais voulu qu'il soit roi de France. "

Atteint de toxoplasmose durant la grossesse de sa mère, la duchesse de Montpensier, François d'Orléans avait un handicap mental, comme sa sœur Blanche. Il ne pouvait donc pas être désigné comme héritier du trône de France. Pour cette raison, son frère, le prince Jean de France, a hérité des droits à la couronne.

L'émission est toujours disponible sur le site de RTL (en vidéo et lien ci-dessous, à partir de la minute 39'42''). Toute personne peut saisir le CSA pour l'alerter à propos d'une émission de radio ou de télévision. 

© Capture Twitter

Illustration article
Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires5 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
5 commentaires





Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.