Des milliers d'offres d'emploi vous attendent Des milliers d'offres d'emploi vous attendent Des milliers d'offres d'emploi vous attendent

Confinement et covid : la psychiatrie appelle au secours

La psychiatrie face à une véritable course contre la montre pour assurer le suivi de ses 2,5 millions de patients. Selon une asso, la "grande vulnérabilité" de ce public dans un contexte épidémique "fait craindre une perte de chance intolérable".

• Par

Thèmes :

Commentaires2 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Dans une tribune publiée le 8 avril 2020 dans Le Parisien, une centaine de médecins s'inquiètent du sort des 12 millions de personnes souffrant de troubles psychiques (psychotiques, anxieux, schizophréniques…), très perturbés par le confinement et qui consultent beaucoup moins. « Ce sont les grands oubliés de la crise », martèle Marion Leboyer, directrice de FondaMental, fondation dédiée aux pathologies mentales, reprenant en écho les inquiétudes de l'ensemble des associations du champ du handicap. Les 2,5 millions de personnes prises en charge en psychiatrie, en ambulatoire ou en hospitalisation (…) restent dans l'angle mort de nos politiques publiques », ajoute-t-elle. Elle déplore « un plan blanc pour les hôpitaux, un plan bleu pour les Ehpad et rien pour la psychiatrie ! ».

Un public particulièrement vulnérable

La « grande vulnérabilité » de ce public dans un contexte épidémique « fait craindre une perte de chance intolérable ». D'autant que la prévalence accrue de pathologies associées (troubles cardio-vasculaires, diabète, hypertension…), 1,5 à 2 fois plus élevée qu'au sein de la population générale, constitue un facteur de risque d'infection sévère au Covid-19 pour ces patients, auxquelles il faut ajouter une difficulté à prendre en compte la douleur et exprimer leurs besoins en soins somatiques. Le risque d'une propagation de l'épidémie dans les hôpitaux psychiatriques serait-il particulièrement important ? Les personnes hospitalisées dans les unités de soins psychiatriques sont en effet des patients « debout », au contact les uns des autres. « En proie à des altérations de la mémoire et de la concentration, ils peuvent aussi éprouver plus de difficultés à respecter les règles de confinement et les gestes barrière », ajoute Marion Leboyer. Il est ainsi partout demandé à ce que ces patients, s'ils devaient être atteints du Covid19, restent dans les services de psychiatrie, dans des secteurs dédiés, sauf si leur état nécessite des soins de réanimation.

Fermeture des accueils de jour

Dans un contexte de crise et conformément aux directives gouvernementales, la Fondation FondaMental a dû suspendre la programmation des activités médicales non urgentes ; ainsi les consultations en Centres experts sont reportées, au risque de voir toute « pathologie préexistante s'aggraver », poursuit-elle. De son côté, l'Unafam tire le signal d'alarme sur la « continuité des soins, de l'accompagnement et l'effectivité des droits ». Cette association dédiée aux familles de personnes avec un handicap psychique se dit « confrontée à une profonde réorganisation des services hospitaliers et médico-sociaux ». Des changements qui « déstabilisent nécessairement le fragile équilibre sur lequel reposent à la fois la santé mentale des personnes et le système de la psychiatrie dans sa globalité ». Elle déplore la « fermeture de l'accueil des patients dans les unités de jour, les sorties d'hospitalisation accélérées et la mise en place du confinement dans les services restant opérationnels » qui « nécessite un engagement sans précédent du personnel ».

Et en cas de contamination ?

Marie-Jeanne Richard, présidente de l'Unafam, s'inquiète que « le manque de moyens des hôpitaux psychiatriques, s'ajoutant à un déficit en ressources humaines préexistant, ne pèse sur la capacité de l'hôpital à gérer sereinement cette crise (…) d'autant que les contaminations des soignants se multiplient ». Dans ce contexte, un nombre grandissant d'établissements psychiatriques ont créé des unités dédiées au Covid-19 pour permettre le traitement des patients psychiatriques infectés, tout en préservant la santé des soignants. Interpellé sur un possible « tri » des malades, notamment ceux avec un handicap psychique, au moment de l'admission en réanimation, Olivier Véran, ministre de la Santé, a réagi : « Je ne peux pas imaginer que cette pratique existe » et « le handicap ne doit pas être un critère de refus de soins, que l'on parle d'une hospitalisation simple ou d'une réanimation ».

Des options ambulatoires

Dans les services hospitaliers qui restent ouverts, le confinement conduit à la suspension des sorties thérapeutiques et des visites, ce qui perturbe le quotidien des patients et leur lien avec leurs proches. Certains hôpitaux ont donc mis en place des moyens dématérialisés : newsletters, numéros dédiés aux familles, autorisation de l'usage des téléphones portables et connections Internet… Pour ceux qui, à l'inverse, sont suivis en ambulatoire, la continuité des soins est assurée via des appels téléphoniques, soutien psychologique, téléconsultations médicales, visites à domicile, guides d'auto soins… Mais elle varie selon les hôpitaux. Une crise, selon l'Unafam, « révélatrice des inégalités territoriales ». 

Familles en première ligne

Beaucoup de malades, souvent seuls, dans l'incapacité de faire face au confinement ou d'aller acheter leur médicament ou de quoi se nourrir, ont dû revenir vivre dans leurs familles. En première ligne, ces dernières souffrent, selon l'Unafam, d'une « grande solitude », d'autant que « les troubles peuvent être amplifiés par la situation actuelle » (article en lien ci-dessous). Dans ce contexte, l'association regrette l'absence de numéro unique à appeler en cas de décompensation sévère ou de risque suicidaire, le 15 ne pouvant pas, selon elle, « absorber ces demandes ». Rappelons qu'Emmanuel Macron a annoncé le, 1er avril 2020, un aménagement des règles de confinement pour certaines personnes handicapées, notamment psychiques, en les autorisant à sortir « un peu plus souvent » dans des lieux « porteurs de repères rassurants » (article en lien ci-dessous). 

Inspirer la psychiatrie de demain ?

Pour Marie-Jeanne Richard, si, aujourd'hui la réponse est à l'urgence, il « faut se préparer à une crise longue, qui va profondément bouleverser le secteur psychiatrique ». Un brin d'optimisme pourtant… Les idées innovantes qui se déploient pourraient « ouvrir la voie à de nouvelles pratiques qu'il sera intéressant d'évaluer et pourquoi pas de conserver à la sortie de la crise », assure-t-elle. Pour Marion Leboyer, elles doivent « inspirer la psychiatrie française » afin de répondre, demain, « à une nouvelle situation épidémique et à ses effets négatifs en termes de santé mentale sur la population française ».

Quels soutiens ?

• En cas de grande détresse psycho-sociale (caractère anxiogène du confinement, sentiment d'insécurité, difficultés relationnelles…), appelez le 15.

• L'Unafam a mis en place un dispositif complet qui permet, entre autres, de contacter les bénévoles par téléphone dans chaque département, de confier ses inquiétudes à la cellule « Ecoute famille » ou encore de maintenir des permanences juridiques et psychiatriques par téléphone. L'association fait également deux fois par semaine le lien avec la cellule de crise du comité de pilotage de psychiatrie.

• Sur son site, la Fondation FondaMental publie quelques fiches pour inciter son public à « prendre soin de sa santé mentale » durant ce confinement voué à perdurer : faire face aux dépendances, pratiquer du sport pour combattre le stress, comprendre les mécanismes neurologiques de la panique… Mais aussi comment se protéger des fausses informations.
https://www.fondation-fondamental.org/sites/default/files/enc4-_prendresoindevotresantepsychiqueencasdedistanciationsociale.pdf

• Club house, association qui favorise le retour à l'emploi des personnes avec un handicap psychique, a fermé ses maisons d'accueil en France mais assure toujours le suivi de ses membres à distance.

• L'association Espairs propose une ligne téléphonique de soutien (04 26 73 87 99) animée par des « pairs aidants » afin de maintenir un contact et de limiter les angoisses.

• L'Apajh met en place des outils pour maintenir le contact avec les personnes en situation de handicap mental et/ou psychique.

• Le Psycom recense sur son site des ressources pour prendre soin de notre santé mentale et de celle des autres, en période d'épidémie.
http://www.psycom.org/Espace-Presse/Actualites-du-Psycom/Epidemie-et-confinement-ressources-utiles-pour-notre-sante-mentale.fr

• Il est prévu que les Centres médico-psychologiques (CMP) renforcent leur accueil téléphonique pour que les personnes en situation de détresse psychique puissent obtenir une réponse et assurent les prises en charge en urgence des situations de crise.

• Enfin, une étude est menée par l'équipe de l'Unité de psychothérapies et de psychoéducation de l'hôpital du Vinatier à Lyon, en collaboration avec l'Unafam, pour évaluer les conséquences du confinement sur les familles/aidants accompagnant un proche vivant avec des troubles psychiques et de recueillir leurs besoins spécifiques (en lien ci-dessous). Il suffit d'une vingtaine de minutes pour y répondre… 

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.