Implants vaginaux : ces femmes mutilées, handicapées à 50 %

A 49 ans, Stéphanie pensait régler une légère incontinence à l'effort en faisant poser une bandelette sous-urétrale. A la suite de complications, son quotidien est devenu un enfer. Elle est aujourd'hui handicapée à 50 %. Témoignage.

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

« La bandelette sous-urétrale qu'on m'a posée a transpercé mon urètre comme un fil à beurre. » A 49 ans, Stéphanie Dupin est reconnue handicapée à 50 %. Elle ne peut plus uriner normalement, rester assise trop longtemps, travailler à temps plein, ni même avoir une vie intime « normale ». La faute à un implant en polypropylène de quelques centimètres, en forme de « hamac », qui lui a été posé sous l'urètre pour empêcher les fuites urinaires. Une intervention de « confort » jugée bénigne et performante. D'après le docteur Peyronnet, chirurgien urologue à Rennes, « les complications sont rares sur la somme des bandelettes posées. Mais, quand ça arrive, cela peut être dramatique ».

80 plaignantes en France

Au total, trois bandelettes de ce type ont lacéré l'appareil génital de la quadragénaire. Comme elle, plus de 80 femmes ont porté plainte en France contre X à la suite de complications. « Certaines victimes sont reconnues handicapées à plus de 80 %, se déplacent en fauteuil roulant, dorment dans des lits médicalisés, ne peuvent plus travailler, n'ont plus de vie sexuelle, ne peuvent plus conduire… Et c'est sans compter les conséquences sur le plan psychologique », déplore Hélène Patte, avocate au Barreau de Paris. Certaines se sont même envolées vers les Etats-Unis pour faire retirer ces implants greffés dans les chairs. Une opération complexe encore peu pratiquée en France.

Deux arrêtés en 2020 et 2021

Pour éviter d'en arriver là, deux arrêtés ont été pris en 2020 et 2021 afin que ces dispositifs soient posés en dernière intention. Le docteur Peyronnet réclame quant à lui plus de transparence et une meilleure circulation de l'information au sein du corps médical, notamment via la création de centres labellisés, avec un meilleur encadrement pluridisciplinaire de ces interventions. Côté judiciaire, un enquêteur de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) a été désigné pour recueillir les témoignages des plaignantes. « Nous ne sommes qu'au tout début de l'enquête. Cela peut durer des mois voire des années », explique Hélène Patte. En attendant, les victimes françaises se sont réunies au sein du collectif « Implant vaginal » notamment présent sur Facebook. 

© Clotilde Costil

Stéphanie Dupin montrant une photo de bandelette sous-urétrale.
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"
Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.