Millicent Simmonds : une actrice sourde qui laisse sans voix

Au cinéma, Millicent Simmonds donne une leçon d'acting mais aussi de vie. Cette jeune sourde et muette crève l'écran dans 2 blockbusters américains. Elle devrait à nouveau briller dans la suite du film d'horreur Sans un bruit... toujours en silence !

3 mars 2019 • Par

Thèmes :

En France, le 7e art s'ouvre peu à peu à la diversité et montre le handicap sous un angle humoristique, impertinent, loin du « misérabilisme » des débuts… Intouchables, Tout le monde debout, Patients… Ces films mettant en scène des protagonistes en situation de handicap ont remporté un franc succès. Pour autant, les acteurs, eux, sont bien « valides ». Par ailleurs, si les personnes à mobilité réduite sont souvent représentées, qu'en est-il de celles qui sont déficientes auditives ? De l'autre côté de l'Atlantique, une pépite sourde et muette crève l'écran. A seulement 15 ans, Millicent Simmonds est à l'affiche de deux blockbusters américains et s'apprête à en « signer » un troisième…

Sans un bruit 2

La nouvelle vient de tomber ! Mais chuuuut… Mieux vaut se réjouir en silence pour éviter une mort certaine… Le second volet du film de John Krasinski, Sans un bruit (sorti en France en juin 2018), est prévu le 15 mai 2020 aux Etats-Unis avant de remplir les salles obscures françaises. Après une prestation remarquable dans le premier épisode de ce thriller palpitant, Millicent Simmonds devrait revenir pour une suite… « à couper le souffle ». Il faut dire que, dans ce long-métrage, elle est comme un poisson dans l'eau. Pourchassées par des bêtes anthropophages qui identifient leurs proies grâce aux sons qu'elles émettent, Regan Abbott (Millicent Simmonds) et sa famille - ses parents sont joués par John Krasinski et Emily Blunt- se murent dans un silence total pour pouvoir survivre. Pour continuer à communiquer, une seule solution, la langue des signes, que tous connaissent car l'aînée est sourde.

Volonté d'avoir une actrice sourde

Des scènes d'horreur, une tension insoutenable mais aussi des moments d'émotion qui appellent donc un épilogue. Pour le réalisateur et acteur John Krasinski, Millicent Simmonds était une évidence… « Je ne voulais pas d'une actrice entendante faisant la sourde », explique-t-il à l'issue du tournage, prenant le contre-pied des us et coutumes d'Hollywood. Par ailleurs, Millicent lui a permis de s'immiscer dans cet univers mutique pour pouvoir peaufiner son intrigue et chaque personnage. Sur le tournage de Sans un bruit, la jeune actrice sourde bénéficiait de l'aide d'une interprète en langue des signes anglaise pour communiquer avec les acteurs et le reste de l'équipe. En coulisse, « petit à petit, tout le monde se mettait à signer », confiait-elle quelques mois après la sortie du film sorti en 2018.

Révélée dans « Le musée des merveilles »

Millicent s'est fait connaître un an plus tôt dans Le musée des merveilles, de Todd Haynes. Elle y incarne Rose, une jeune fille sourde qui part à la rencontre de son actrice préférée, interprétée par Julianne Moore. Dans un monde parallèle, 50 ans plus tard, Ben (Oakes Fegley), un autre enfant sourd, tente de retrouver son père. Une symétrie étonnante et bouleversante. Cette adaptation cinématographique du roman Wonderstruck, de Brian Selznick, a été nominé à six reprises au Festival de Cannes. « C'est une histoire qui parle de nos différences et du courage qu'il faut avoir pour trouver sa place », résume la bande-annonce. Pour obtenir le rôle, Millicent Simmonds a su se démarquer et a éclipsé ses 250 concurrents présents à l'audition.

Ses premiers pas au cinéma

Elle a toujours été passionnée par le cinéma… C'est à un an qu'elle perd l'audition à cause d'une surdose de médicaments. Pour traverser cette épreuve, elle peut compter sur le soutien de sa mère qui apprend rapidement la langue des signes. A trois ans, elle prend ses premiers cours de théâtre dans une école spécialisée de l'Utah (Etats-Unis), d'où elle est originaire. Elle fait ses premiers pas au cinéma dans Color the world, un court-métrage réalisé par un étudiant sourd. Le début d'une longue série ? Son parcours et sa détermination forcent, en tout cas, le respect et remettent les pendules à l'heure. Handicap et carrière au cinéma sont bel et bien compatibles ! Pour celles et ceux qui voudraient marcher sur ses traces, l'université de Toulouse vient de lancer une formation diplômante de théâtre en langue des signes (article en lien ci-dessous). Histoire de donner à tout le monde les mêmes chances d'être sous les feux des projecteurs…

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.