découvrez al nouvelle application référent handicap découvrez al nouvelle application référent handicap découvrez al nouvelle application référent handicap

8,1 millions € de plus pour les mandataires judiciaires

8,1 millions d'euros supplémentaires seront dédiés en 2022 aux mandataires judiciaires qui agissent en faveur des personnes vulnérables. Objectif : "améliorer l'attractivité du métier et recruter des effectifs supplémentaires".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

8,1 millions d'euros supplémentaires seront engagés dès 2022 pour les mandataires judiciaires qui œuvrent à la protection de personnes âgées ou en situation de handicap sous tutelle ou curatelle, avec l'objectif « d'améliorer l'attractivité de leur métier et de permettre le recrutement d'effectifs supplémentaires », selon Brigitte Bourguignon, ministre de l'Autonomie.

10 % des sommes espérées

C'est ce que prévoit le projet de loi de finances pour 2022. Les amendements de la députée Anne-France Brunet (LREM, Loire-Atlantique) réclamaient au moins 35 millions d'euros, juste pour revaloriser les salaires de 300 euros brut par mois. Elle jugeait ces moyens « nécessaires » pour « lutter contre l'insuffisante attractivité de la profession ». Quant à l'interfédération de la protection juridique des majeurs, de l'Union nationale des associations familiales (Unaf), de l'Unapei et de la Fédération nationale des associations tutélaires (Fnat), elle estimait, le 12 octobre 2021, les besoins à 85 millions. En moyenne, un mandataire s'occupe de 60 personnes, beaucoup trop selon la profession qui réclamait la création de 2 000 postes (en plus des 12 000 existants) afin de faire baisser cette moyenne à 45. Confrontés à une « lourde charge mentale au quotidien », les salariés des associations concernées sont rémunérés moins de 1 400 euros net par mois en début de carrière, ce qui pose un « vrai problème d'attractivité », selon la Fnat. Finalement, le secteur n'aura droit qu'à 10 % de ses revendications.

200 postes en plus 

Avec ce « coup de pouce », 200 équivalents temps plein (ETP) supplémentaires devraient être embauchés au sein des services mandataires de la protection juridique des majeurs. La formation continue des mandataires en exercice deviendra quant à elle obligatoire. Par ailleurs, le gouvernement annonce la création d'une commission nationale des droits et de la protection des adultes vulnérables qui doit permettre « grâce à sa représentativité des professionnels, de favoriser le dialogue avec les services de l'État, pour améliorer encore davantage la qualité du service rendu aux personnes protégées ». Ces crédits supplémentaires doivent s'ajouter aux 19,7 millions d'euros déjà prévus. Brigitte Bourguignon, ministre de l'Autonomie, se félicite « du renforcement des moyens alloués par l'État ».

320 000 personnes vulnérables placées sous protection juridique sont actuellement suivies par des mandataires professionnels, et au moins autant par des bénévoles, généralement un membre de leur famille.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.