Buzyn veut aider les aidants familiaux dès 2020

Le gouvernement prendra dès 2020 des mesures en faveur des aidants qui soutiennent un proche âgé, malade ou handicapé, sous forme d'un congé rémunéré et/ou de "droits contributifs à la retraite", a annoncé la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn.

26 avril 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Le gouvernement prendra dès 2020 des mesures en faveur des aidants qui soutiennent un proche âgé, malade ou handicapé. Elles "seront prises en 2019 pour une application dès janvier 2020, c'est un engagement très important sur lequel je prends position aujourd'hui devant vous", a déclaré Agnès Buzyn, ministre des Solidarités sur l'antenne de RMC et BFMTV le 26 avril 2019.

Favorable à un congé rémunéré

Le 25 avril 2019, lors de sa conférence de presse (article en lien ci-dessous), le président Emmanuel Macron a souligné la nécessité de mieux "reconnaître" le rôle des aidants familiaux. Il faudra notamment "leur bâtir une place pendant la réforme des retraites et leur construire des droits", avait dit le chef de l'Etat, évoquant "celles et ceux, souvent les femmes, qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, une personne de la famille devenue dépendante". Mme Buzyn a précisé le lendemain qu'elle était "favorable" à l'instauration d'un congé rémunéré pour les aidants. Il est "important que certains puissent être rémunérés, car les pertes de salaires sont parfois très importantes dans les familles", a-t-elle souligné.

Conditions à définir

"Nous y travaillons, je suis en train de modéliser ce que pourrait être une rémunération, et/ou des droits contributifs" à la retraite, a ajouté la ministre, soulignant que la durée et les conditions de rémunération d'un tel congé devaient encore être définies. "Je n'ai pas aujourd'hui la solution concrète, en tous les cas c'est la direction dans laquelle le président de la République nous engage à aller. Je vais faire des propositions concrètes, il y aura des mesures 'aidants' dès cette année", a dit Mme Buzyn. Dans l'état actuel de la législation, les aidants ont le droit de prendre un congé pour s'occuper de leur proche, pendant trois mois maximum (sauf éventuelle disposition plus favorable dans la convention collective). Toutefois de tels congés ne sont actuellement pas rémunérés.

Surtout les femmes

En conséquence, "le nombre de personnes qui demandent à en bénéficier est infinitésimal", a expliqué à l'AFP Claudie Kulak, fondatrice de la Compagnie des aidants (qui revendique 10 000 membres) et présidente du collectif associatif Je t'aide. "Actuellement, personne ne peut prendre ce congé, car quand on s'occupe d'un proche fragilisé, ça a un coût", a ajouté Mme Kulak, dont l'association réclame depuis longtemps l'instauration d'un congé rémunéré. "Nous ne demandons pas que les 11 millions d'aidants en France soient pris en charge et rémunérés car tous n'en ont pas besoin ! Mais il faut s'occuper de ceux qui sont les plus fragilisés, qui sont en majorité des femmes", a fait valoir la militante, persuadée qu'"aucun salarié" n'abuserait du futur dispositif, car "pour un aidant, aller travailler, c'est un répit !". "Ravie" que le chef de l'Etat "rende enfin les aidants visibles", Mme Kulak s'est également réjouie de l'annonce d'un dispositif visant à ce que les aidants "ne perdent pas de trimestres dans leur cotisations retraite", lors des périodes où ils se consacrent à un proche

En mars 2019, un projet de loi sur les proches aidants était en discussion au Sénat mais la majorité des articles avaient été supprimés (article en lien ci-dessous). L'indemnisation du congé de proche aidant n'était toujours pas à l'ordre du jour au prétexte que le chantier autonomie est en cours.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires17 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
17 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.