Rentrée (para)sportive : les grandes priorités de 2020, go!

"Transformer le monde sportif, un impératif !" Alors que la sédentarité progresse, le gouvernement s'engage à renforcer la pratique d'une activité physique dès le plus jeune âge et milite pour un sport plus accessible, égalitaire, responsable... Go !

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

« Pratiquer une activité sportive est une nécessité ! », affirment Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, et Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports. 36 millions de Français de plus de 15 ans s'y attellent régulièrement ou occasionnellement*. Vecteur d'épanouissement, le sport est également un puissant levier contre l'échec scolaire et la prévention des maladies, notamment cardiovasculaires. Alors que la sédentarité progresse dangereusement et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le renforcement de la pratique sportive pour tous apparaît comme un enjeu de santé publique. Le 5 octobre 2020, les ministres présentent les « grandes priorités » du secteur lors d'une conférence « inaugurale » trois mois après le remaniement et le rapprochement de leurs deux ministères (vidéo ci-contre).

Handisport : un gros coup d'accélérateur !

« Le renforcement de l'inclusion des personnes en situation de handicap par le sport est une préoccupation majeure du ministère », assure Roxana Maracineanu qui revendique sa volonté, avec l'appui de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat au Handicap, de « mettre un gros coup d'accélérateur dans ce domaine ». Pour développer le handisport à l'école et en dehors, le gouvernement entend renforcer les partenariats éducatifs avec une offre de proximité. Autres ambitions : inciter les enseignants à sensibiliser l'ensemble des élèves au handicap et à la pratique du parasport, favoriser la pratique des jeunes handicapés dans un cadre de droit commun, aider et accompagner ceux ayant un potentiel para-sportif.

Le Handiguide des sports revisité

« Nous avons donné les moyens au Comité paralympique et sportif français de pouvoir employer, sur chaque territoire, une personne qui fait le lien entre le monde associatif sportif, les collectivités et le champ du handicap », poursuit Roxana Maracineanu. Son rôle : améliorer la connaissance des familles sur les différentes possibilités de pratique. C'est tout l'enjeu du Handiguide des sports, « entièrement revisité » en 2020 (lien ci-dessous). Grâce à un système de géolocalisation, cet outil mène les utilisateurs vers les clubs adaptés les plus proches ! « Le sport est le meilleur médicament ! », s'enthousiasme une utilisatrice qui pratique le tennis.

100 nouvelles maisons sport-santé en 2021

« Le sport-santé s'impose comme une solution pour prévenir l'apparition de nombreuses maladies et un outil efficace dans le parcours de soin, notamment pour réduire les risques de récidive », approuve Roxana Maracineanu. C'est pourquoi elle s'est engagée à créer 100 nouvelles maisons sport-santé en 2021, s'ajoutant aux 138 autres labellisées en 2020. Son ambition ? 500 structures d'ici 2022. Ces « maisons » peuvent prendre la forme d'espaces physiques abrités au sein d'associations, d'établissements sportifs, de centres de santé, d'hôpitaux, de structures itinérantes, de plateformes internet... Elles s'adressent aux personnes en bonne santé qui n'ont jamais ou peu pratiqué d'activité physique, celles souhaitant s'y (re)mettre avec un accompagnement mais aussi celles souffrant d'affections de longue durée ou de maladies chroniques nécessitant une activité physique adaptée, sécurisée et encadrée par des personnels formés, sur prescription médicale. Le ministère travaille également sur l'élaboration d'une mesure pour faciliter l'accès des publics fragiles, cumulant pathologies ciblées et faibles ressources, à une activité physique sport-santé sur la base d'incitations financières individuelles.

ESMS : vers une labélisation Génération 2024

Autre chantier en cours : étendre le label « Génération 2024 » aux établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS). Lancé en 2018, ce dispositif vise à encourager la pratique sportive des jeunes en conventionnant avec les clubs sportifs du territoire et en assurant la participation aux événements promotionnels olympiques et paralympiques. « L'ouverture de ce label, jusqu'alors adressé aux établissements scolaires relevant du milieu ordinaire, constitue un levier important du développement de la pratique physique des jeunes en situation de handicap et permettra une intégration plus effective sur les temps scolaire, périscolaire et extrascolaire », plaident les ministres.

Prévenir discriminations et violences

Pour combattre toute forme de discrimination, le gouvernement mise également sur une offre d'accompagnement pour ses établissements -Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (INSEP), Centres de ressources, d'expertise et de performance sportive (CREPS) et écoles nationales-. L'enjeu : organiser des formations sur la prévention des incivilités et des violences dans le champ du sport. Un plan de prévention est également dans les starting-blocks, qui prévoit notamment la généralisation du « contrôle d'honorabilité » des deux millions d'éducateurs sportifs d'ici septembre 2021. En attendant, un kit de prévention des violences, contenant affiches, vidéos et fiches pratiques, a été transmis à l'ensemble du mouvement sportif en septembre 2020 afin de sensibiliser aussi bien les pratiquants que l'encadrement.

La France au plus haut niveau

En 2024, Paris accueillera les Jeux olympiques et paralympiques, cent ans après la dernière édition organisée sur le sol français. Pour être à la hauteur de l'événement, le ministère chargé des Sports affirme avoir engagé une réforme « profonde ». L'Etat a notamment confié à l'Agence nationale du sport la mission d'accompagner les athlètes français vers l'excellence, tout en entreprenant une réorganisation de sa filière d'accession au haut niveau avec le souci de mieux accompagner les sportifs dans leur parcours de vie (adaptation de leur scolarité via des aménagements de cours et d'examens).

Autres mesures de droit commun : le programme Aisance aquatique et le plan Savoir rouler à vélo ; inciter les enseignants à consacrer 30 minutes par jour à une activité physique, en dehors des cours d'EPS ; déployer le plan de prévention du dopage 2020-2024 ou encore favoriser une pratique plus respectueuse de l'environnement notamment via la Charte des quinze engagements écoresponsables. « Un défi mais surtout une obligation, selon Roxana Maracineanu, au vu des 2,5 millions de manifestations sportives organisées chaque année en France. »

Des aides pour soutenir les entreprises sportives

Enfin, le gouvernement débloque trois milliards d'euros pour aider les entreprises du secteur impactées par la pandémie. D'autre part, alors que certaines salles de sport ont fermé, le chômage partiel reste disponible, sans reste à charge pour l'employeur. L'Etat planche également sur des exonérations de charge et « un fonds de solidarité qui permettra de recevoir jusqu'à 10 000 euros par mois ». En outre, des crédits dédiés du plan de relance ont été sanctuarisés afin d'accélérer la transition écologique et numérique du secteur et de stimuler son attractivité avec un investissement massif vers l'emploi sportif des jeunes. Bref, « transformer le monde sportif, un impératif ! », concluent les ministres.

* Selon les chiffres de l'Institut national pour la jeunesse et l'éducation populaire et le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.