Santé du pied: téléconsultations gratuites toute la semaine

La téléconsultation, c'est le pied ! Du 7 au 12 juin 2021, des podologues proposent des consultations à distance gratuites pour prévenir les pathologies du pied et sensibiliser les Français à l'importance de prendre soin de leurs "petits petons".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Au cours d'une vie, nos pieds parcourent l'équivalent de 2,5 fois le tour de la Terre, une bonne raison de ne pas les négliger ! Depuis 2003, l'Union française de la santé du pied (UFSP) organise une journée de conseils et de prévention à destination du grand public. L'objectif ? Proposer des consultations gratuites d'une dizaine de minutes avec des podologues, dans les lieux publics, afin de sensibiliser les Français à l'importance d'une bonne santé de leurs « panards ». Cette année, crise sanitaire oblige, cette opération se déroule en ligne, durant toute une semaine. RDV sur le site de l'UFSP (en lien ci-dessous) du 7 au 12 juin 2021 pour réserver un créneau !

Une consultation par an

De même qu'il est recommandé de se rendre chez le dentiste une fois par an, il est conseillé de faire contrôler ses pieds à la même fréquence, que ce soit pour traiter une pathologie spécifique ou simplement vérifier qu'ils n'endurent pas de maux invisibles qui pourraient avoir des conséquences sur leur état global. Selon le dernier Observatoire réalisé par l'UFSP, 73 % des patients consultent pour des problématiques liés aux pieds ; 73 % souffrent de cors et de durillons, 53 % de pathologies de l'ongle, 17 % de mycose. Des maladies qui, au-delà de provoquer de l'inconfort, peuvent être très douloureuses voire invalidantes. En cause notamment ? Une usure excessive de leurs chaussures, une hydratation des pieds trop peu régulière ou encore des troubles de la morphologie du pied non traités.

50 % des patients en ont plein le dos !

Mais c'est loin d'être le seul motif de consultation... En effet, 50 % des patients se plaignent de problèmes de dos, 43 % de genoux et 30 % de hanches -des chiffres en forte augmentation cette année, avec l'incitation au télétravail-. Les podologues peuvent ainsi livrer des conseils adaptés au mode de vie de chacun concernant, notamment, le chaussage, la réalisation d'une pratique sportive ou de soins quotidiens.

Seniors, diabétiques... les publics à risque

Si cette prévention est nécessaire pour toute la population, quatre typologies de patients doivent bénéficier d'un suivi particulièrement accru, à commencer par les personnes diabétiques. Cette maladie chronique « entraîne une atteinte des artères et des nerfs qui fragilise les pieds et peut générer une perte sensorielle qui retarde voire empêche la prise de conscience des maux dont souffre le patient. Les conséquences d'une lésion non traitée peuvent aller jusqu'à l'amputation », explique l'UFSP qui affirme que la consultation chez un podologue est alors « primordiale pour grader le risque podologique tout en apportant des conseils de prévention ». Des conseils précieux qui ont permis de réduire d'un tiers le nombre d'amputations de patients diabétiques ces dernières années. Autres publics particulièrement fragiles : les personnes âgées, les sportifs qui sur-sollicitent leurs extrémités et, enfin, les enfants dont les pieds grandissent d'en moyenne un centimètre par an entre 2 et 5 ans. Les podologues les attendent de pied ferme, dès 4 ans, afin de dépister un éventuel trouble de la statique du pied.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.