Santé mentale : la France accueille le 3e sommet mondial

La France accueille les 5 et 6 octobre 2021 le 3e Sommet mondial de la santé mentale. 2 000 participants venus de 38 pays sont attendus à Paris. Son credo: "Respectez nos droits, maintenant !", l'objectif étant de promouvoir les pratiques innovantes.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Une semaine après les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie (les 27 et 28 septembre 2021, article en lien ci-dessous), c'est un Sommet mondial qui est organisé à Paris les 5 et 6 octobre, en présentiel et en distanciel (la retransmission de l'événement se fait sur le site dédié en lien ci-dessous).

Focus sur les droits

C'est le troisième après Londres en 2018 et Amsterdam en 2019. Avec pour credo « Mind our rights, now ! » (Respectez nos droits, maintenant !), cette édition française fait un focus sur les droits en santé mentale et entend valoriser des systèmes de soins de qualité et respectueux des droits humains, afin de « sortir le handicap psychique de l'invisibilité que l'on observe partout dans le monde » selon le secrétariat d'Etat au Handicap. Il s'agit, selon le Pr Bellivier, délégué ministériel à la Santé mentale et psychiatrie, de « limiter certaines pratiques médicales, par exemple la contention ou l'isolement » et « d'assurer la promotion des outils qui permettent de mieux accompagner les personnes avec un trouble psychique ». Selon lui, cette « entrée par les droits n'est pas seulement une fin mais un moyen très efficace de faire évoluer les politiques et les organisations des soins en plaçant la personne au cœur du dispositif » et « la santé mentale dans l'ensemble des champs de la santé globale ».

2 000 participants, 38 orateurs, 38 pays

2 000 personnes ont répondu à l'appel de cet événement qui réunit des hauts responsables politiques, des organisations internationales (Onu, Unicef, OMS, OCDE...), des professionnels de santé, des experts et acteurs de la société civile mais aussi des fondations et des personnalités issues du milieu académique. Trois ministres français sont présents : Olivier Véran (santé), Sophie Cluzel (handicap) et Roxana Maracineanu (sport), ainsi que 31 confrères étrangers. Au cours de ce marathon de 48 heures, 38 orateurs venus du monde entier prendront la parole. Il est conçu comme un moment de partage entre les « grands textes internationaux et les acteurs de terrain ». L'objectif d'une telle rencontre est donc de renforcer la mobilisation mondiale en faveur de la santé mentale,  en confrontant les points de vue et en partageant les pratiques innovantes, que ce soit des micro-initiatives ou des réformes nationales, des 38 pays participants, y compris ceux en voie de développement. Une synthèse des débats sera faite à l'issue qui permettra de produire des recommandations pour promouvoir le respect des droits. Selon le ministère de la Santé, il faut « préparer l'avenir sur un thème depuis longtemps orphelin, notamment sur le volet budgétaire ». Il ajoute que « la très prochaine présidence de l'Union européenne par la France (le 1er janvier 2022) engage notre pays dans ce domaine encore trop souvent négligé ». Aucune annonce n'est à attendre du gouvernement français qui a déjà dévoilé une trentaine de mesures suite aux assises de la Santé mentale (articles en lien ci-dessous).

L'impact d'une crise planétaire

Ce sommet s'inscrit dans un contexte sanitaire particulier ; la santé mentale ne représente en effet qu'environ 2 % du budget santé au niveau mondial et cette part n'augmente pas significativement, alors que l'incidence des handicaps psychiques et troubles psychiatriques est croissante. « La situation actuelle a encore aggravé les difficultés en matière de prise en charge et renforcé la nécessité d'une action mondiale pour faire face à ces défis », précise le gouvernement français. L'impact de la pandémie « sera donc dans tous les esprits ». Le prochain sommet aura lieu en Italie en 2022.

La santé mentale des enfants

A cette occasion, l'Unicef dévoile « Dans nos têtes : faire entendre la voix des jeunes sur la santé mentale », une installation éphémère visant à sensibiliser aux enjeux de la santé mentale et du bien-être des enfants. Dix statues sont ainsi exposées dans Paris du 4 au 6 octobre qui témoignent d'histoires réelles de dix jeunes, représentant près d'un million de cas d'anxiété et de dépression infantile en France. Cet événement accompagne le lancement du rapport « Dans ma tête : promouvoir, protéger et soigner la santé mentale des enfants », l'étude la plus complète sur la santé mentale des enfants, des adolescents et des soignants au XXIe siècle (en lien ci-dessous).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.