Santé mentale : face à l'urgence, 30 mesures annoncées

En clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie et face à l'urgence, Emmanuel Macron annonce 30 mesures, notamment le remboursement des consultations psy et la création de 800 postes dans les centres médico-psychologiques. Le point...

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Un Français sur cinq est touché par un trouble psychique, soit 13 millions de personnes. Après les accidents de la route, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 10-25 ans. Au total, avec plus de 23 milliards d'euros par an, les dépenses remboursées au titre de la souffrance psychique et des maladies psychiatriques sont le premier poste de dépenses de l'Assurance maladie, devant les cancers et les maladies cardiovasculaires. Les chiffres sont sans appel. 

Pandémie, facteur aggravant

« La pandémie a révélé l'importance du sujet », a déclaré Emmanuel Macron qui a clôturé les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie organisées les 27 et 28 septembre 2021 à Paris. Le constat est le suivant : dans un « contexte sanitaire encore alarmant », selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, la crise actuelle entraîne une augmentation des états dépressifs et anxieux, des addictions et le développement des troubles psychiques. « Pendant longtemps, les moyens mis n'ont pas été à la hauteur », a ajouté le chef de l'Etat. Le gouvernement compte donc y remédier en annonçant une série de mesures et des moyens décuplés en faveur de la santé mentale des Français, avec une « ambition refondée » et des « approches novatrices » pour un secteur considéré comme le parent (très) pauvre de la médecine. Il entend par ailleurs « lever certains tabous tenaces », expliquant que « loin d'être une fatalité, les troubles psychiques se diagnostiquent et se soignent de mieux en mieux ». « Œuvrer à la non stigmatisation de ces troubles » est une « priorité » de sa feuille de route, avec une « dynamique interministérielle » car cet enjeu public majeur ne doit plus rester cantonné dans le giron du ministère de la Santé.

Les principales mesures

Au total, trente mesures sont annoncées, étalées le plus souvent sur trois à cinq ans. Elles sont consultables en intégralité dans le dossier de presse de 70 pages (en lien ci-dessous). Parmi elles :
• Après la création au printemps d'un forfait psy pour les 3-17 ans et celle du « chèque psy » pour les étudiants en début d'année (article en lien ci-dessous), à partir de 2022, l'Assurance maladie prendra en charge pour l'ensemble de la population à partir de 3 ans, un forfait de huit séances chez le psychologue en ville, mais seulement sur prescription médicale.
• Pour améliorer la prévention, développement des premiers secours en santé mentale dans tous les secteurs de la société.
• Création d'une maison des adolescents dans chaque département.
• Création de 100 places en accueil familial thérapeutique sur deux ans.
• Augmentation sur trois ans de 400 ETP (équivalent temps plein) pour renforcer les effectifs des centres médicopsychologiques pour adultes en 2022-2024. Idem pour ceux dédiés aux enfants, afin de « réduire au maximum les délais d'attente » dans ces structures, qui sont parfois « supérieurs à 18 mois dans les territoires les plus en tension ».
• Création de 20 équipes mobiles pour la prise en charge des personnes âgées en EHPAD et dans les structures médico-sociales.
• Création de 12 postes d'enseignants chercheurs en psychiatrie supplémentaires entre 2022 et 2025.
• Création de l'institut de stimulation cérébrale et le centre e-CARE de prise en charge et de recherche sur l'enfant.
• Un numéro national gratuit de prévention du suicide doit par ailleurs voir le jour dès le 1er octobre. Cette ligne proposera, 24h/24 et 7J/7, une prise en charge sanitaire des personnes ayant des idées suicidaires, depuis les premières idées de mort jusqu'à la crise suicidaire.
• Adrien Taquet, secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, a de son côté promis l'instauration début 2022 d'un repérage systématique de la dépression post-partum, qui toucherait environ 15 % des mères (article en lien ci-dessous).

Priorité à l'entraide

Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat au Handicap, a souhaité « conforter », à l'occasion de ces Assises, les réseaux de soutien par les pairs que sont les groupes d'entraides mutuels (GEM), les « clubs house » (dispositifs informels d'entraide dont le modèle, né aux États-Unis et présent aujourd'hui dans plus de 30 pays, vise la réinsertion sociale et professionnelle en lien étroit avec le monde économique) et les référents pairs dont « l'action participe à la diversification et la simplification de l'offre d'accompagnement afin de permettre à chacun de disposer de solutions personnalisées pour accéder à la pleine autonomie ». La pair-aidance repose sur l'entraide entre personnes souffrant ou ayant souffert d'une même maladie, somatique ou psychique, qui permet le partage du vécu de la maladie et du parcours du rétablissement. Le gouvernement promet également la prise en charge psy­chologique des personnes dans les centres d'hébergement et les lieux d'accueil et le renforcement des centres de psycho-traumatisme.

2 autres rendez-vous en octobre

C'est maintenant un autre rendez-vous d'envergure qui attend la France. Après Londres en 2018 et Amsterdam en 2019, le Sommet mondial de la santé mentale aura lieu les 5 et 6 octobre 2021 au ministère de la Santé, à Paris, et en distanciel. Son credo : « Mind our rights, now ! » (Respectez nos droits, maintenant !) (site web en lien ci-dessous). Réunissant tous les partenaires impliqués, il a pour ambition de « renforcer la mobilisation internationale en faveur de la santé mentale, de promouvoir le respect des droits et de valoriser les expériences innovantes à l'international ». Il sera suivi, du 4 au 17 octobre 2021, des Semaines d'information sur la santé mentale qui promettent de sensibiliser sur les droits des personnes avec un handicap psychique. Nom de code ? #SISM2021.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.