Sclérose en plaques en ALD: un fort impact sur l'emploi !

La sclérose en plaques provoque le plus de mise en invalidité en France et affecte donc la vie professionnelle. 88 % des personnes sont en emploi au moment de leur passage en ALD. Dix ans plus tard, elles ne sont plus que 59 %.

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Illustration article Sclérose en plaques en ALD: un fort impact sur l'emploi !

Maladie neurologique chronique, la sclérose en plaques (SEP) est la cause d'affection longue durée (ALD) qui provoque le plus de mise en invalidité en France, d'après l'Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes). L'organisme spécialisé dans l'analyse des données de santé a publié début 2023 une étude sur les « difficultés de maintien en emploi à la suite d'une sclérose en plaques ». Handicap multiformes, parfois invisible, la SEP a souvent un impact négatif sur la vie professionnelle, à travers ses différents symptômes : problèmes de vue, troubles de l'équilibre, déficits moteurs, sensations perturbées…

Des revenus à la baisse

L'étude montre que la maladie entraîne un taux d'emploi et des revenus inférieurs à ceux de la population générale. En effet, au moment de la mise en affection de longue durée pour une sclérose en plaques (ALD SEP), 88,1 % des personnes sont en emploi. Dix ans plus tard, ce chiffre tombe à 59,5 %. Par conséquent, les revenus en pâtissent systématiquement. D'après l'Irdes, les personnes atteintes se trouvent généralement « dans une situation financière relativement favorable avec un ancrage professionnel robuste » avant la mise en ALD. Malgré l'arrivée de revenus de remplacement comme la pension d'invalidité ou les indemnités chômage, elles ne compensent pas suffisamment les pertes de salaires pour rester au-dessus du revenu médian en France. S'ils restent supérieurs aux autres pensionnés, les niveaux de pensions demeurent faibles, se situant en moyenne en dessous de 750 euros mensuels.

Les femmes payent le prix fort

A noter également : les femmes, plus touchées par la sclérose en plaques que les hommes, apparaissent plus déclassées que leurs homologues masculins. Un différentiel qui s'explique par le niveau de salaire initial, pris comme base de référence pour le calcul d'une pension et marqué par des inégalités de genre encore prégnantes (pour rappel, les femmes gagnent en moyenne 14,8 % de moins que les hommes en équivalent temps plein, selon l'Insee en 2023). L'Irdes rappelle que la réforme en cours sur la déconjugalisation de l'AAH permettra aux personnes en couple dont le montant des pensions est faible de pouvoir compléter leur pension d'invalidité avec ce minimum social.

Pour en savoir plus sur ce sujet, rendez-vous sur le site de l'étude de l'Irdes.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"
Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
3 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.