Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap

SDF et handicapé : l'urgence sociale inaccessible?

30 sans-abri en situation de handicap moteur ou sensoriel révèlent une expérience négative de l'urgence sociale. Pas d'ascenseurs, toilettes sans accès PMR, des chemins de terre... Des chercheurs ont rédigé un livre blanc pour sensibiliser les acteurs.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

« J'ai le souvenir d'un sans-abri handicapé à qui on a refusé l'entrée dans un centre d'hébergement à cause de son fauteuil », témoigne Stéphane Rullac, professeur en innovation sociale à Lausanne (Suisse) dans le webdocumentaire Handicap sans-abri (en lien ci-dessous). Ce film (bande-annonce ci-contre), qui sera diffusé à compter de septembre 2022, est l'un des quatre supports scientifiques du projet global « Handicap et grande précarité », soutenu depuis  2018 par la Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap (FIRAH) (article en lien ci-dessous).

Absence d'accessibilité

A l'origine de ce travail collectif, mené par différents acteurs du monde universitaire et associatif*, un constat ; en 2018, la mairie de Paris recense 2 952 sans-abri qui n'ont pas fait usage d'un dispositif d'urgence sociale au cours de la nuit hivernale du 15 au 16 février. Pour certains, c'est à cause d'une situation de handicap. S'il est admis que 30, voire 50 %, des sans-abri souffrent de troubles psychiques, qu'en est-il de ceux qui sont malentendants, malvoyants ou avec un handicap moteur ? Les établissements se sont révélés inadaptés à leur accueil. Les ascenseurs sont en panne ou inexistants, contraignant certains bénéficiaires à « manger dans le hall d'entrée plutôt que dans un réfectoire », les toilettes sans accès PMR (personnes à mobilité réduite) les douches inadaptées ou les interprètes en LSF (Langue des signes française) absents... C'est sans compter sur un accès extérieur parfois réduit à un simple « chemin de terre ».

Un public pourtant prioritaire

Résultat, malgré leur éligibilité, et même leur caractère « prioritaire » pour l'obtention d'une place dans les centres d'hébergement d'urgence, les accueils de jour, via le 115 ou le Samu social, ces personnes handicapées préfèrent s'auto-exclure d'un accompagnement auquel elles ont pourtant droit « sur le papier » parce qu'elles redoutent de se heurter à des conditions d'accueil dégradées. « Or, l'accessibilité de l'urgence sociale est le premier maillon du dispositif 'Accueil, hébergement, insertion (AHI)' », affirme la FIRAH ; il est destiné aux personnes en grande difficulté sociale nécessitant une aide globale pour leur permettre d'accéder au logement et de retrouver leur autonomie.

Une expérience négative de l'urgence sociale

Blandine Maisonneuve, chef de projet au sein de la Fondation de l'Armée du salut, explique dans le documentaire : « J'ai connu une dame aveugle qui a fait cinq hôtels différents en un mois. Il a fallu qu'elle se casse la figure dans les escaliers pour qu'on lui trouve une place stable ». Parmi les trente personnes sans-abri, atteintes de déficience motrice et/ou sensorielle, interrogées dans le cadre de cette enquête, toutes rapportent une expérience de l'urgence sociale « négative ». Face à ce constat, les chercheurs ont donc rédigé un livre blanc destiné aux acteurs publics afin d'intégrer la prise en compte des situations de handicap dans les politiques d'urgence sociale, à la fois sur le plan humain et des équipements. Au sommaire : neuf propositions concrètes ! Par exemple, la promotion de la pair-aidance, la nomination d'un référent handicap dans chaque établissement d'urgence sociale ou encore le rapprochement avec le secteur médico-social pour trouver des solutions alternatives, notamment via l'habitat inclusif.


La restitution de cette recherche se fera le 29 mars 2022 à 17h lors d'un webinaire en présence d'Arnaud de Broca de l'UNAFO (Union professionnelle du logement accompagné), animé par le journaliste Franck Seuret.


*Le Centre régional d'études d'actions et d'informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité, l'Université de Paris, APF France handicap, l'Armée du salut… 

Illustration article
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.