Soupçons de pédocriminalité dans un IME: l'enquête relancée

Après un non-lieu en 2020 suite à des soupçons d'agressions sexuelles sur onze enfants et adolescents par trois éducateurs spécialisés d'un IME, les parents des présumées victimes demandent un complément d'information. L'enquête est relancée.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble a ordonné le 4 février 2021 un supplément d'information en vue de la mise en examen d'un éducateur suspecté de pédocriminalité sur des enfants handicapés d'un Institut médico-éducatif (IME) de l'Isère, a-t-on appris auprès de l'avocat des victimes.

Un non-lieu en 2020

Classée au printemps 2016, l'enquête ouverte pour des soupçons d'agressions sexuelles sur onze enfants et adolescents par trois éducateurs spécialisés de l'IME de Voiron (Isère) entre 2012 et 2015 avait été relancée par l'ouverture d'une information judiciaire quelques mois plus tard. Les parents de quatre victimes présumées avaient en effet déposé plainte avec constitution de partie civile et un magistrat instructeur avait été nommé fin septembre 2016 à Grenoble. Après le non-lieu finalement prononcé par la juge d'instruction en charge du dossier en avril 2020, les familles des victimes avaient fait appel de cette décision et demandé qu'un supplément d'information "avec audition complémentaire, expertise psychologique et psychiatrique" soit ordonné à l'attention du principal suspect.

Pas entendus par des experts du handicap

"C'est une grande satisfaction. Nous allons pouvoir effectuer des demandes d'actes supplémentaires, notamment sur les vidéos des auditions des victimes", a précisé à l'AFP Me Bertrand Sayn, l'avocat des familles. Pour l'avocat, l'enquête préliminaire classée sans suite par le parquet, qui avait argumenté qu'aucune accusation cohérente n'était ressortie de l'audition des enfants, a "manqué de professionnalisme". Me Sayn pointe notamment le fait que les victimes présumées ont été entendues par des enquêteurs spécialistes de l'enfance et non par des experts du handicap, qui plus est dans les locaux de l'IME et en présence d'autres éducateurs.

Des changements de comportement brutaux

Tout avait démarré en avril 2015 avec l'incarcération provisoire d'un éducateur spécialisé travaillant à l'IME pour détention d'images pédopornographiques. Rapidement, plusieurs signalements étaient remontés sur des suspicions d'agressions sexuelles et une enquête avait été ouverte. Le nom du principal mis en cause est déjà apparu, dans le passé, dans deux affaires de viol sur mineur, selon l'avocat des parents. Me Sayn explique que l'homme était employé "sans aucune qualification et sans aucun renseignement sur ses antécédents judiciaires". Il a été suspendu. Les quatre familles qui poursuivent "le combat judiciaire" sont convaincues que leurs enfants, dont certains sont autistes, n'ont pas brutalement changé de comportement pour rien et qu'ils disent la vérité.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.