Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap

Sport adapté: les enseignants APA sur le banc de touche?

A peine adoptée, la loi de démocratisation du sport qui élargit l'Activité physique adaptée (APA) fait déjà grincer des dents parmi les enseignants de l'APA, qui se disent les "grands oubliés".

• Par

Thèmes :

Commentaires4 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

24 février 2022, la loi de démocratisation du sport (dite du « 2 mars 2022 ») est définitivement adoptée à l'Assemblée nationale. Prescription du sport par les professionnels de santé élargie aux maladies chroniques, parité hommes/femmes dans les instances dirigeantes des fédérations sportives, accès des associations aux équipements sportifs (…), l'objectif est clair : construire un modèle sportif français durable incluant la reconnaissance du « sport-santé » (article en lien ci-dessous).

Des oublis au goût amer

Une belle vitrine deux ans avant les Jeux de Paris 2024, certes, mais qui dissimule pourtant quelques oublis au goût amer. La loi encadre désormais l'ouverture de l'Activité physique adaptée (APA), ce qui implique « un plus grand nombre d'intervenants, notamment les fédérations sportives, les infirmiers (en leur permettant, entre autres, le renouvellement de prescription) et les services civiques », indiquent Cyril Thiolier et Stéphane Dijoux, enseignants APA. Mais quid des « professionnels de la réadaptation et de l'intégration par l'activité physique », qui sont en première ligne dans ce domaine ? Leur rôle est d'encadrer des séances d'activités physiques, sportives, artistiques auprès de personnes en situation de handicap et âgées, atteintes de maladies chroniques ou en difficulté d'insertion sociale, au sein des établissements médico-sociaux, dans les associations sportives ou de malades ou encore dans les maisons sport santé (article en lien ci-dessous). Or « il est ici question d'octroyer de nouvelles prérogatives à d'autres professionnels (ou bénévoles), qui ne sont pas spécialistes dans le champ de l'APA et, ce, sans que la loi du sport ne mentionne à aucun moment les enseignants APA », ajoutent-ils. Lassitude et sentiment d'être les grands oubliés ont aujourd'hui gagné les rangs d'une profession qui souffrait déjà. Face à ce constat, une pétition est mise en ligne (lien ci-dessous).

Salaire égal au Smic

Rémunérés à peine plus que le Smic malgré une formation universitaire (Sciences et techniques des activités physiques et sportives STAPS - APA), ils dénoncent un « manque, voire une absence, de reconnaissance du ministère des Sports ». Ils craignent de voir intervenir à leur place des professionnels « peu ou pas armés pour prendre en charge des publics à besoins spécifiques avec plusieurs pathologies ou des limitations modérées à sévères ». Ils se félicitent de l'inscription noir sur blanc de leur profession dans le code du sport qui identifie « les diplômés STAPS APA comme étant les intervenants qualifiés pour adapter les activités physiques à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient » mais qui, paradoxalement, n'apparait ni dans le décret de 2016*, ni de la loi du 2 mars 2022 qui le complète. Le flou juridique est entretenu jusque dans les contrats de travail des enseignants APA qui ne mentionnent pas précisément leur statut ; seule l'inscription « éducateur sportif » apparaît.

« Sortir de l'ombre et de la précarité »

En colère, la profession demande désormais que sa spécialité soit reconnue à titre statutaire et législatif et « qu'elle soit inscrite et mise en exergue dans les décrets et les lois qui portent sur l'activité physique adaptée ». Ils demandent également une clarification de la loi du 2 mars, une revalorisation des salaires mais aussi d'être mieux intégrés « à la politique de remboursement des APA par l'Assurance maladie » actuellement en cours de discussion ou encore de participer à la rédaction de futurs textes législatifs, pour « sortir de l'ombre et de la précarité ».

*Décret de 2016 relatif aux conditions de dispensation de l'activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d'une affection de longue durée

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires4 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
4 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.