Stationnement, l'hologramme qui fait fuir les contrevenants

Sans aucun scrupule, ils tentent de se garer sur une place de stationnement réservée pour personnes handicapées et sont accueillis comme il se doit... Cette expérience inédite a été tentée à Moscou. Effet garanti !

4 mai 2015 • Par

Thèmes :

Oseriez-vous prendre une place de stationnement réservée si, à chaque fois, une personne en fauteuil roulant se matérialisait sous vos yeux ? Pas par magie mais tout simplement sous la forme d'un hologramme grandeur nature. On doit cette opération marketing aussi étrange que percutante à l'association russe Dislife. Pour lutter contre l'incivilité qui concerne presque un conducteur sur trois en Russie, elle a décidé de tenter cette expérience inédite.

Un hologramme culpabilisant

Chaque fois qu'un conducteur non muni du précieux sésame (un autocollant placé sur son pare-brise), repéré par caméra, s'apprête à occuper une place réservée, un dispositif composé de plusieurs projecteurs et d'une bande son intégrée projette la silhouette en relief d'une personne en fauteuil qui prend alors la parole : « Pouvez-vous me voir vraiment car, pour 30 % des conducteurs en Russie, je n'existe pas. Je suis plus qu'un picto ! Je dois faire face à de nombreux challenges chaque jour, le seul pour vous est de respecter mes droits. ». Une image plus vraie que nature qui interpelle. L'initiative a été menée dans plusieurs centres commerciaux et d'affaires de Moscou, y compris dans le plus grand d'Europe. Pari réussi puisque tous les contrevenants ont passé leur chemin…

Et en France ?

En France, ces places sont réservées aux seuls titulaires de la carte européenne de stationnement pour personnes handicapées. Les contrevenants risquent 135 euros d'amende. On déplore par ailleurs une recrudescence, via Internet, d'impression et d'utilisation de fausses cartes. L'Association des paralysés de France estime également qu'un tiers des cartes de stationnement handicapé seraient falsifiées ou utilisées de manière frauduleuse. Rappelons les pénalités encourues suite à leur usage indu : jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires6 Réagissez à cet article

Thèmes :

6 commentaires






Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.