Tony Moggio, tétra, dévale la Vallée blanche en tandem ski

Tony Moggio défie les sommets ! Le 9 mars 2022, ce challenger tétraplégique de 36 ans dévalera la Vallée blanche en tandem ski. Une descente inédite au cœur du massif du Mont-Blanc qui a nécessité un entraînement intensif de 6 mois. Tout schuss !

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

DERNIERE MINUTE DU 11 MARS 2022

« Le soleil était présent mais pas la neige ! Ce n'est que partie remise. » Tony Moggio n'a pas pu dévaler les pistes de la Vallée Blanche en tandem ski le 9 mars, comme prévu initialement, en raison d'un enneigement trop faible. Ce défi est reporté au mois d'avril, si les conditions climatiques le permettent. Autrement, rendez-vous en 2023. « Ce report m'a fait prendre conscience des conséquences du réchauffement climatique et de l'incidence qu'il a sur notre environnement à moyen et long terme, assure le sportif. Je ne vous cache que ce sujet ne faisait pas partie des conversations que je pouvais avoir au quotidien... Mais aujourd'hui je sais que c'est à chacun d'entre nous de faire un acte positif pour préserver notre planète. A notre niveau, agissons pour préserver notre oxygène. »

ARTICLE INITIAL DU 7 MARS 2022

Décidément, Tony Moggio n'a pas froid aux yeux ! Après avoir bravé l'eau, cet ancien joueur de rugby amateur, devenu tétraplégique à la suite d'un accident en plein match, s'apprête à défier la neige. Près de trois ans après avoir relié le port de Sainte-Maxime à celui de Saint-Tropez à la seule force de ses bras (article en lien ci-dessous), il flirtera, le 9 mars 2022* (initialement prévu le 8), avec les sommets du massif du Mont-Blanc en tandem ski. Le Toulousain s'élancera vers 9h30 de l'Aiguille du midi, avec son binôme Raphaël Faivre, moniteur de ski, direction Chamonix. Une première pour une personne tétraplégique. « A moi la Vallée Blanche ! », s'impatiente ce challenger de 36 ans qui ouvre ainsi la voix aux amateurs de glisse en situation de handicap.

Le dépassement de soi en ligne de mire

Au cours de cette descente vertigineuse, le binôme traversera le glacier du Géant et la Mer de glace, un hors-piste d'un dénivelé de 2 800 mètres et d'une longueur « unique au monde » de 20 kilomètres. Ce duo avide de sensations fortes s'est bien trouvé. Leur point commun ? Le dépassement de soi. Tony imagine un projet à la minute, sportif ou non. Après avoir écrit trois livres, il s'est lancé dans l'entrepreneuriat en concevant un porte-biberon adapté pour les parents ayant des problèmes de motricité ainsi qu'une marque de vêtements pour tous (article en lien ci-dessous). « Avec cette descente, je réalise le rêve de tous les amoureux de la glisse, de la montagne et des sommets », s'enthousiasme Tony Moggio. « Hors de question de passer à côté ! », rebondit Raphaël Faivre pour qui ce sera également une première.

Braver le froid et le manque d'oxygène

A 3 842 mètres d'altitude, le défi majeur sera d'économiser son oxygène, a fortiori pour Tony qui a perdu la moitié de son souffle après son accident. Il devra aussi affronter le froid. « Je ne régule pas du tout la température de mon corps, je vais donc devoir l'habituer aux températures extrêmes, explique-t-il. Sans compter la difficulté de devoir se coordonner avec mon binôme, suivre les courbes et ses mouvements. Pas évident quand tu es tétraplégique jusqu'au cou ! » Pour résister à tous les obstacles de la montagne, Tony mise sur une « observation perpétuelle et le ressenti de son corps ».

Un entraînement intensif de 6 mois

Pour s'y préparer, il a suivi un entraînement intensif de six mois. Au programme : deux à trois heures de natation par semaine (notamment sans respirer pour préparer l'organisme à l'altitude), deux heures de boxe pour booster le cardio et la gestuelle et une à deux heures de renforcement musculaire pour « consolider spécifiquement les muscles du cou et les habituer aux contraintes des impacts et des changements de direction ». Au total, six heures de sport hebdomadaires, rythmées par de nombreux massages pour faciliter la récupération. Sur le plan mental, Tony a fait appel à un préparateur pour travailler sur ses craintes et surmonter le stress. « Un défi n'est pas seulement physique, il est aussi mental. Notre façon de penser fait souvent la différence pour finaliser nos objectifs », assure Tony, toujours en quête de nouveaux challenges. « Je ne marche plus mais je peux vous assurer que j'avance toujours ! », affirme-t-il.

* Date susceptible d'évoluer en fonction de la météo

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.