Troubles psy: un "club" pour retrouver le chemin de l'emploi

Paul, Maurice et leurs camarades se retrouvent du lundi au vendredi au Clubhouse de Paris. Cette structure vise à sortir les personnes avec un handicap psy de l'isolement et les remettre sur le chemin de l'emploi. Au menu : cuisine, compta, stages..

• Par

Thèmes :

Commentaires2 Réagissez à cet article
Illustration article

Par Charlotte Hill

"Ici, la maladie, ce n'est pas le sujet." Des personnes avec des troubles psychiques prennent le chemin de la réinsertion sociale et professionnelle au sein du "Clubhouse" de Paris, association qui se veut "une passerelle entre le soin et la Cité". Bipolarité, schizophrénie, dépression... Invisible et souvent tabou, le handicap psychique est pourtant loin d'être rare. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un Européen sur quatre est touché par des troubles psychiques au cours de sa vie. Pour les personnes présentant un tel handicap, le parcours professionnel est souvent difficile, parfois entrecoupé d'hospitalisations. Tous handicaps confondus, le taux de chômage est de 14 %, contre 8 % pour le reste de la population.

Des membres "engagés"...

Le modèle du "Clubhouse", né à New York en 1948 et qui compte désormais 326 clubs à travers le monde, se veut un lieu de vie créé pour et avec ces personnes fragilisées, fonctionnant sur le principe de la cogestion. Dans les locaux de celui de Paris -l'un des cinq que compte l'Hexagone-, ce sont des membres qui assurent l'accueil. Le lieu est ouvert "à toute personne concernée par des difficultés psychiques, à condition qu'il y ait un accompagnement par un psychiatre", explique Christine, l'une des sept salariées de la structure. Chaque jour, du lundi au vendredi, les tâches sont réparties sur la base du volontariat : cuisine, nettoyage, comptabilité... S'ajoutent des ateliers emploi, de la sophrologie, etc.

... épaulés par un "staff référent"

Des ordinateurs sont aussi à disposition pour certaines démarches, l'idée étant là encore que les membres soient aidés par leurs pairs. "L'un des principes du Clubhouse est d'être sous-staffé pour que les membres fassent tourner la boutique", souligne d'ailleurs la directrice, Annie Cohen, auprès de l'AFP. Chacun choisit par ailleurs un "staff référent" et réfléchit sur son projet de réinsertion, explique Christine. Dans les vastes locaux colorés du 19e arrondissement, la cuisine ouverte occupe une place centrale. "On découpe les légumes, on fait cuire le repas" conformément au menu établi la semaine précédente, explique Paul (prénom modifié). En moyenne, 30 couverts sont servis quotidiennement (jusqu'à 40 avant le Covid) et chaque membre contribue à hauteur de deux euros. Au menu du déjeuner d'une journée de début février : steak haché, purée de patates douces et bananes plantains rôties que partagent les membres et l'équipe autour de plusieurs grandes tablées.

Sortir de l'isolement...

Marie-Aude, "bipolaire rétablie depuis onze ans", vient depuis plusieurs années, "toujours aussi enthousiaste". "Le fait que ce soit non médicalisé est hyper important, parce qu'on en a jusque-là", glisse cette quinquagénaire, entre deux bouchées. Au total, le Clubhouse compte quelque 500 membres, dont environ 180 qui viennent régulièrement. Les incidents liés à des personnes en crise sont "rarissimes", souligne l'encadrement. Lorsqu'un membre ne donne pas de nouvelles ou a besoin de soutien lors d'une reprise d'activité, une "pêche aux nouvelles" a lieu pour maintenir le lien. En cas d'hospitalisation, le collectif envoie des cartes. Serge, qui vient depuis peu trois jours par semaine, estime que "cela participe beaucoup à sortir de l'isolement, ça remet le pied à l'étrier".

... et avoir accès à l'emploi

"Le but, c'est de se relancer et d'avoir accès à l'emploi", renchérit Maurice (prénom modifié), qui vient de trouver un stage dans le web grâce à l'association. Paul, "en pleine recherche" explique qu'il lui faut un aménagement horaire ou, à défaut, "un contact avec un manager assez régulier". Attaché à la déstigmatisation des troubles psychiques, le Clubhouse organise des actions de sensibilisation en entreprise pour montrer que ces personnes sont tout aussi "employables". La structure, dotée d'un budget de quelque 600 000 euros, est financée environ pour moitié par des aides publiques, le reste doit venir du privé. "Le modèle a fait ses preuves", assure la directrice. Elle fait état de 30 % de personnes dans une démarche de réinsertion (stage, CDD, formation...), un taux qui a un peu baissé du fait du Covid à 26-27 %.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.